08 juin 2006

Rogue in Japan

Les deux derniers X-Men Extra (55 & 56) étaient consacrés à la charmante Malicia. Tony Bedard met en scène une Anna Marie Raven confrontée à un pan de son passé ayant disparu de sa mémoire, disparition due à Blindspot, une mutante pouvant "voler" les souvenirs, les remplacer, les stocker, bref, un vrai petit disque dur ambulant. Malicia se retrouve donc en partance pour le Japon où elle sera notamment aux prises avec Lady Deathstryke et un Silver Samurai ayant entrepris de devenir le chef de la mafia locale. L'histoire, sans être extraordinaire, est sympathique à suivre. Elle vaut surtout pour l'évolution des pouvoirs de Malicia, celle-ci ayant absorbé de façon permanente ceux de Sunfire (qui a bien dérouillé d'ailleurs dans cette histoire).
En complément (ou en remplissage suivant que l'on apprécie ou pas le procédé), Panini nous propose quelques histoires courtes (deux par numéro). C'est dans l'ensemble plutôt bien, voire très bien même. Certains, qui n'arrivent pas à construire une histoire sensée en 22 planches, devraient en prendre de la graine (oui, je parle de Tito Faraci et de son épouvantable "secret du verre"). Mention spéciale pour "The boy who wasn't there" de Mike Raicht et Carlo Pagulayan, une histoire douce-amère et profondément mélancolique.
En ce qui concerne le prochain numéro de X-Men Extra, ce sera un spécial House of M.