30 avril 2006

Deodato sur New Avengers


Une fois n'est pas coutume, profitons de ce long week-end (au cas où vous ne le sauriez pas, c'est la fête du travail demain...bizarre non que cela puisse se fêter ? Pourquoi pas fêter la grippe tant qu'on y est ! D'autant qu'en plus, on n'est pas censé travailler le jour de la fête du travail. Paradoxal non ? Enfin, bon, laissons là ces digressions) pour poster une petite info sur la VO : Mike Deodato (qui a signé une exclusivité chez Marvel jusqu'en 2010) rejoint Bendis sur New Avengers (à partir de l'épisode #17 de la numérotation US).
L'on peut voir sur cette petite illustration issue du site officiel Marvel que Warbird (alias Mrs Marvel, on ne sait plus trop comment l'appeler au fil des changements de look et de nom) refait parler d'elle. A part cela, on reste dans la vague. On nous annonce que le passé de certains héros revient les hanter et pourrait entraîner la mort de certains d'entre eux. Cette nouvelle menace proviendrait de l'énergie libérée à la fin de "House of M".
Pour terminer, un petit exemple du travail de Deodato, une cover crayonnée puis encrée. Cliquez joyeusement sur les liens ci-dessous et vous pourrez constater la différence de rendu et l'importance de l'encrage.


Cover #01 °oO§Oo° Cover #02

Top 5

Petit ajout d'un "top 5" des meilleures séries du moment (à gauche, en dessous des "liens"). En cliquant sur le titre de chaque série, vous vous reporterez à un article leur étant consacré et les présentant un peu.
Tout cela est évidemment totalement subjectif et ce classement n'engage que moi mais si vous désirez découvrir une partie des comics Marvel actuels, je vous encourage vivement à commencer par ceux-ci.
De plus, j'ai rajouté une section "Zoom" (tout en haut cette fois) destinée à accueillir des articles de fond ou des éléments généralistes comme le petit lexique posté hier. Voilà qui permettra d'y accéder facilement, sans avoir à faire de fastidieuses recherches, au cas où vous vous poseriez des questions sur le sens du charabia que j'utilise dans certains articles. ;o)

29 avril 2006

Petit lexique


A
A.I.M. : (Advanced Idea Mechanics) organisation terroriste, et séparatiste de l'Hydra, dont le but est le renversement des gouvernements mondiaux par des moyens essentiellement technologiques et scientifiques.
Annual : publication annuelle en marge d'une série principale et offrant divers bonus et/ou une histoire plus longue et/ou plusieurs histoires courtes. En France, bizarrement, Panini intègre les annuals Ultimate dans la numérotation normale de la série à laquelle ils sont rattachés.
Arc (story-arc) : ensemble d’épisodes formant une histoire complète (notons cependant que la plupart des évènements ont des conséquences sur la vie des personnages et sont donc, par nature, une partie d'un tout en devenir et non une histoire à part entière pouvant s'arracher de la continuité).

B
Bronze Age : désigne habituellement l'ensemble des comics parus entre le début des années 70 et le milieu des années 80, ce qui fait correspondre la fin de cette époque avec les grandes bornes chronologiques que sont Watchmen et The Dark Knight Returns.

C
Capes : terme générique désignant parfois les super-héros (cf "Masques").
CCA (Comics Code Authority) : organisation approuvant (par un sceau sur la couverture et non une réelle censure) les publications de comics aux US. Les éditeurs se soumettaient volontairement à ce qui a souvent, injustement, été qualifié de "censure". Si le code imposait (à ceux qui souhaitaient avoir sa bénédiction) des règles qui semblent parfois désuettes aujourd'hui (comme le fait que le Bien doit toujours triompher du Mal), d'autres peuvent être légitimement considérées comme bien en avance sur leur temps (notamment le fait de bannir la publicité pour le tabac). La tendance actuelle est plutôt (notamment chez Marvel) à l'auto-régulation, chaque éditeur adoptant une classification de ses publications selon l'âge auquel elle est destinée.
Cliffhanger : procédé narratif consistant, dans le cadre d'un comic, à clore un épisode sur une situation dramatique non résolue destinée à accroître l'intérêt du lecteur et à susciter un sentiment de curiosité censé le garder en haleine jusqu'à la parution de l'épisode suivant.
Comic(s) : BD américaine.
Continuité : ensemble des éléments se rattachant à toutes les séries d'un même univers et permettant de conserver une certaine cohérence à ce dernier tout en le faisant évoluer (en savoir plus (<--click)). Comment ne pas en avoir peur ? C'est simple. Imaginez une jolie jeune fille que vous rencontrez pour la première fois. Vous ne connaissez rien de sa vie et ce n'est pas cette méconnaissance qui va entraver votre attirance. D'ailleurs, au bout de quelques mois, cette personne vous sera familière. Non parce que vous aurez suivi le film de sa vie depuis son plus jeune âge, mais parce que vous aurez accompagné ses pas dans le présent. On peut prendre le train en marche, jamais aller le chercher à sa gare de départ. Il faut faire avec. Le plaisir n'est pas moindre, il est différent.
Cover : couverture, illustration réservée à la première de couverture d'un comic. Minimum syndical en matière de "bonus" lors de rééditions en librairie.
Creator owned : série dont les personnages appartiennent à un auteur (à l'inverse de Spider-Man ou Batman par exemple qui appartiennent, eux, à Marvel et DC, et non aux auteurs qui s'occupent pendant un temps de leur destin).
Crossover : histoire se déroulant dans différentes séries et faisant éventuellement se rencontrer des protagonistes issus d’univers différents.
CW : Civil War, crossover (et série éponyme) contant l'affrontement de nombreux héros lors de la promulgation du Superhuman Registration Act. Les deux camps ont à leur tête Captain America (pour les anti-recensement partisans de la clandestinité) et Iron Man (pour les légalistes fidèles au sénat et au peuple américain). L'expression Civil War a une plus grande signification aux US qu'en France puisqu'elle fait directement référence à la guerre civile américaine (bien réelle celle-ci) qui a déchiré les Etats-Unis de 1861 à 1865 et que l'on connaît mieux en France sous l'appellation "guerre de sécession".

D
Deadline : date butoir pour rendre un travail à un éditeur.
Distinguée Concurrence : manière, chez Marvel, de désigner parfois, sans le nommer vraiment, le concurrent DC Comics (les initiales DC étant en fait, à l'origine, une abréviation de Detective Comics).

E
Event : Evènement global (House of M, Civil War, World War Hulk, Secret Invasion...) ayant des répercussions importantes sur de nombreuses séries. Dans les faits, contrairement au crossover classique qui "traverse" différentes séries, l'event moderne est constitué d'une série principale indépendante autour de laquelle s'articulent des tie-ins.

F
Fill-in : épisode « tampon » entre deux équipes d’artistes sur une même série (ou épisode permettant aux artistes principaux de rattraper leur retard).

G
Geek : terme, souvent péjoratif, désignant un fan, un "mordu". A l'origine, "geek" est employé pour désigner un adepte de l'informatique (ou des jeux vidéos) qui, de par une supposée addiction, devient associal ou affiche un comportement ouvertement déviant (comme le fait de ne se nourrir que de pizzas lol). Dans le cadre des comics, le terme conserve, à mon sens, son côté négatif, bien que j'avoue ne pas bien cerner en quoi la lecture (même régulière) peut être dangereuse (en tout cas, pas plus que le jardinage).
Golden age : désigne l'ensemble des comics parus jusqu'au milieu des années 50. Chez Marvel, Captain America, Namor ou encore la première Torche sont issus de cette époque. Le Superman de Siegel et Shuster reste toutefois le grand précurseur du genre super-héroïque.
Graphic novel : littéralement, « roman graphique », histoire complète publiée en grand format et supposée de « qualité ».

H
HoM : House of M, crossover (et série en 8 épisodes de Bendis et Coipel) où l'on a vu s'installer, suite à une perte de contrôle des pouvoirs de la Sorcière Rouge, une réalité altérée dans laquelle les mutants, avec à leur tête la Maison Magnus, dirigeaient le monde. La principale conséquence des évènements, après le retour à la réalité classique, est la disparition des pouvoirs de la plupart des mutants. De plusieurs millions, ceux-ci passent maintenant à 198 (ce qui donnera lieu à la mini-série du même nom).
Hydra : organisation subversive visant la domination mondiale. Son nom fait référence à l'Hydre mythique et à sa particularité ("Coupez une tête, il en repousse deux !"). Le salut utilisé par ses membres, Hail Hydra, est une variation évidente du Heil Hitler national-socialiste. Spider-Woman a un temps été utilisée comme agent double au sein de l'Hydra par Nick Fury. L'une des grandes opérations récentes de l'Hydra a été la tentative d'empoisonnement de l'Ogallala Aquifer, des nappes phréatiques fournissant en eau potable la population de huit états américains.

I
Illuminati : Groupe de héros, créé après la guerre Kree/Skrull, et regroupant Reed Richards (des Fantastic Four), le professeur Charles Xavier (fondateur des X-Men), Blackagar Boltagon (alias Flèche Noir, chef des Inhumains), Tony Stark (Iron Man, ex ministre de la défense des Etats-Unis, ex directeur du SHIELD et membre fondateur des Vengeurs), Namor (souverain des Atlantes qui contrôlent les océans) et enfin le Dr Strange (maître des Arts Mystiques).
Les six hommes ne constituent pas une équipe classique, se battant contre une menace précise, mais plutôt un groupe occulte prenant de graves décisions lorsque la situation l'exige (ils vont notamment exiler Hulk dans l'espace ou encore se pencher sérieusement sur le cas de Sentry).
Notons que Black Panther (souverain du Wakanda), bien que sollicité à l'origine, a refusé de rejoindre le groupe et que des tensions régulières opposent Namor à Stark.

L
Latveria : (Latvérie) pays imaginaire dirigé par Victor Von Doom (Dr Fatalis) et situé en Europe centrale. Il est bordé au sud par la Symkarie (autre pays fictif), à l'est par la Roumanie, à l'ouest par la Serbie et au nord par la Hongrie. Bien qu'ayant des lacunes en matière de justice (plutôt expéditive) et très autoritaire, le régime de Fatalis a notamment remporté de grands succès en matière de sécurité, d'emploi et de santé publique, ce qui lui vaut une certaine popularité intérieure (qui a du mal à se transposer sur la scène internationale). La capitale est Doomstadt. La langue, le latvérien, est un dialecte dérivé du hongrois. La population serait d'environ 500 000 habitants. De par son haut niveau technologique, ce pays a un rôle géostratégique important en Europe voire dans le monde.

M
M Day : Jour M, moment où la plupart des mutants, dans l'univers Marvel classique, perdent leurs pouvoirs. Restent alors les "198", soit moins de 0,01% des mutants, et non 10% comme certains l'affirment dans leurs éditos. De même, bien des personnages sont abusivement recensés comme "membres" des 198 sur des sites francophones alors qu'ils ne sont même pas mutants à la base (Black Cat par exemple). Les seules sources officielles valables sont les fichiers O*N*E, parus, en VF, dans les X-Men Extra #58 et #60. Tout le reste n'est qu'extrapolation.
Mainstream : littéralement, « courant principal », désigne les séries majeures dans le monde des comics, voire même les éditeurs pricipaux.
Marvel : l'un des deux géants (avec DC Comics) de l'édition de comics aux US. La maison Marvel a été créée en 1939 sous le nom de Timely Comics.
Masques : terme utilisé parfois pour désigner les super-héros, même non "masqués" à proprement parler. L'expression n'est pas récente, Alan Moore lui-même l'utilise dans son roman graphique "Watchmen" en parlant de "tueur de masques".
Maxi et mini-séries : séries comprenant un certain nombre d'épisodes en marge des publications (on-going) principales. Le nombre varie suivant les sources ou même les éditeurs, pour ma part, j'utilise le terme mini-série de 2 à 6 épisodes, le terme maxi-série pour 7 épisodes ou plus. Je précise qu'à l'origine cependant, le terme maxi-série semblait plutôt désigner un ensemble de 12 épisodes.
MGH : Mutant Growth Hormone (hormone de croissance mutante), drogue illégale dotant ses adeptes de pouvoirs génétiques temporaires. Cette substance permet également de booster, pendant un temps, les pouvoirs de ceux qui en sont déjà dotés.
Modern Age : désigne l'ensemble des comics parus depuis le milieu des années 80 jusqu'à nos jours.

O
On-going : série mensuelle régulière, non limitée dans le temps.
One-shot : épisode unique (avec un début et une fin).

R
Relaunch : relance d'une série à partir du numéro 1 (il ne s'agit pas d'une réédition mais d'une "remise à zéro" de la numérotation des comics).
Retcon : (Retroactive Continuity) changement ou ajout apporté à la continuité d'une série. Il faut différencier la retcon de "complaisance", utilisée par un auteur pour justifier sa vision d'un personnage, la retcon de "nécessité", permettant de se débarrasser d'anachronismes ou de non sens (certains personnages participent à des conflits récents en opposition à la guerre du Vietnam par exemple, cela afin de leur garder un âge supposé "raisonnable") et la retcon "pure", permettant d'enrichir le passé d'un personnage ou d'un univers, sans pour autant le dénaturer.
Run : intégralité du passage d’un dessinateur ou scénariste sur une série.

S
Sandwicherie : ou "sandwicherie italienne" [expression purement Neaultèsque]. Sous-entend, de manière quelque peu péjorative, la maison d'édition Panini et ses tares.
S.H.I.E.L.D. : Supreme Headquarters, International Espionage, Law Enforcement Division dans un premier temps puis Strategic Hazard Intervention, Espionage and Logistics Directorate. Agence d'espionnage et d'intervention spéciale dont Nick Fury est le directeur (il ne le sera plus à la suite des évènements de Secret War et sera remplacé par Maria Hill puis, après Civil War, par Tony Stark). Le SHIELD sera dissout après Secret Invasion.
Silver age : désigne l'ensemble des comics parus de la fin des années 50 jusqu'au début des années 70. L'époque est caractérisée par l'apport de Stan Lee (plus que secondé par Kirby et Ditko) chez Marvel, avec une nette humanisation des héros et un foisonnement créatif assez exceptionnel.
Sidekick : ("acolyte") personnage secondaire servant de faire-valoir au héros principal.
Sketchbook : carnet de croquis.
Splash Page : pleine page, visuel impressionnant censé "éclabousser" l'oeil du lecteur.
Spin-off : série dérivée de l'univers d'une autre.
Spoiler : passage d'un article contenant des informations censées gâcher le plaisir d'un lecteur et/ou spectateur.
Storytelling : narration, manière de scénariser une histoire.
Superhuman Registration Act (SRA) : (loi de recensement des surhumains) loi promulguée par le sénat des Etats-Unis d'Amérique et visant à mettre fin à la clandestinité des métahumains en les obligeant à révéler leur identité aux autorités (et non au grand public) et à évoluer dans un cadre légal en tant qu'employés du gouvernement, un peu à la manière des agents du S.H.I.E.L.D. ou du FBI.

T
Terre 616 : univers des héros Marvel "classiques".
Tie-in : histoire liée à une saga précise mais non nécessaire à la compréhension de cette dernière.
TPB : trade paperback, album regroupant les épisodes d’une même histoire, comics paraissant en librairie et non en bureau de presse.

U
Ultimate : collection regroupant des titres modernisant l'origine et réinterprétant les aventures des héros Marvel dans un univers différent (la terre 1610).
UMAC : acronyme de Univers Marvel & autres Comics (le nom de ce blog), qui évoluera par la suite, plus ou moins officiellement, en Univers Multiples, Axiomes et Calembredaines.

V
Variant : terme désignant un comic disponible avec une couverture différente de la version "normale". En France, ces "variants" sont disponibles uniquement dans les comic shops ou les boutiques online.

W
What If : histoire, en général en un seul épisode, présentant un futur alternatif à partir d'une hypothèse remettant en cause un élément clé d'un personnage (ex : "Que se serait-il passé si Magneto avait fondé les X-Men à la place de Xavier ?" ou encore "Que se serait-il passé si Jessica Jones avait rejoint les Vengeurs ?").



24 avril 2006

Spider-Man : House of M


L'épopée House of M continue avec cette fois le Spider-Man hors série #22.

Le scénario est signé Mark Waid et Tom Peyer, le dessin est, lui, laissé aux bons soins de Salvador Larroca (qui signe également les covers d'ailleurs). L'histoire, en cinq parties, est un peu plus longue donc que celle qui nous contait les aventures de Hulk. Dans la réalité altérée (par les pouvoirs de Wanda, alias la Sorcière Rouge, on l'aura compris maintenant), Spider-Man est un héros respecté et populaire, à la tête d'entreprises florissantes. Accessoirement, le Tisseur tourne même des films (à succès) en compagnie d'une certaine... Mary Jane Watson. MJ qui n'est pas son épouse puisque, dans cet univers, Gwen Stacy n'est pas morte. Parker a même embauché J. Jonah Jameson pour s'occuper de ses relations avec la presse (et surtout pour en faire son souffre-douleur).

Bref, tout va bien pour le Monte-en-l'air jusqu'à ce que le même Jameson rentre en possession du journal intime de Peter et dévoile au monde que Spider-Man est un humain et non un mutant comme tout le monde le pensait jusqu'alors. Commence alors une véritable descente aux enfers.
Décidemment, HoM s'est fait attendre mais il faudrait être bien difficile pour être déçu. Ce Tie-In est d'excellente facture, bien rythmé et bourré de trouvailles (le Rhino en garde du corps de Spidey par exemple). En bonus, on a même le droit à un nouveau costume et à une nouvelle et étonnante coupe de cheveux pour Parker. ;o)

22 avril 2006

Hulk HoM : Terra Incognita


Après la première partie de House of M, voici une mini série en 4 épisodes et parue intégralement en VF dans le Marvel Mega 26 : Terra Incognita. Peter David (scénario) et Jorge Lucas (dessin) nous montrent ce que devient Hulk dans la réalité altérée de HoM. Et le sort du géant vert est plutôt surprenant puisqu'il n'est rien moins que le nouveau dirigeant de l'Australie.

En fait, Bruce Banner vit heureux parmi les aborigènes lorsque des soldats à la solde du gouvernement mutant australien envahissent un territoire sacré en poursuivant des réfugiés. Il n'en fallait pas plus pour que Hulk intervienne et, après quelques péripéties, renverse Exodus, le chef des mutants en place dans le pays. L'Australie devient ainsi, sous l'égide de Banner/Hulk, une terre d'asile pour les humains du monde entier, persécutés par les sbires de Magneto.
Cette histoire n'est pas indispensable à la compréhension de la série principale de HoM mais elle a le mérite de l'enrichir de belle façon. Avec un Banner adopté par les aborigènes et un Hulk chef de gouvernement, on fait plutôt dans l'original. Les mutants sont effrayants à souhait et certains humains ne sont guère mieux, on saupoudre le tout d'un petit complot et on obtient une histoire franchement réussie !

Petite précision : la montagne sacrée dont il est question au début de l'histoire existe réellement. Plus tard, on reconnaît aussi fort bien le magnifique opéra de Sydney et son architecture particulière (qui sera encore plus particulière une fois que Hulk s'en sera occupé, car comme chacun sait, Hulk n'aime pas l'opéra).

21 avril 2006

Tomorrow Men


Après les comics et la série animée, les Ultimates sont maintenant déclinés en roman sous la plume de Michael Jan Friedman. Voilà 350 pages qui mettent en scène les personnages de Millar et Hitch, confrontés à des émissaires du futur venus les avertir d'un grave danger pour l'humanité. Le monde serait en effet à la merci d'une organisation secrète appelée Tiber. Les Ultimates se voient dans l'obligation de mettre ces nouveaux ennemis en échec, l'occasion pour Tony Stark de trouver un moyen d'échapper à la terrible maladie qui le terrasse peu à peu, même si pour cela, la réalité entière doit être modifiée.
La VO sortira aux Etats-Unis au mois d'août chez Pocket Star, pas de traduction française prévue pour l'instant.

20 avril 2006

M...


Enfin ! Après 15 jours de retard, le premier numéro de House of M en VF vient de sortir en kiosque. Rappelons d'abord que si Esad Ribic signe les covers, c'est Olivier Coipel que l'on retrouve à l'intérieur, avec des dessins modernes, bien dans la ligne de ce qui se fait actuellement et plutôt réussis. Le scénario est, quant à lui, l'oeuvre de Brian Michael Bendis (qui s'occupe également de New Avengers et Ultimate Spider-Man). Justement, quid donc de cette fameuse histoire, "évènement de la décennie" selon Marvel ? (m'enfin, à les écouter, nous avons un évènement de la décennie tous les 6 mois (j'exagère à peine))
Le point de départ se situe en fait dans une histoire contée il y a quelques mois, lorsque Wanda Maximoff entraîne la mort de Hawkeye, de l'Homme fourmi et de la Vision (le tout raconté dans l'arc "La séparation" qui a démarré la revue Marvel Icons voici maintenant un an et qui s'est soldé par la dissolution des Vengeurs ancienne version). Or, notre fameuse Sorcière Rouge ne va toujours pas mieux, elle perd le contrôle de ses pouvoirs, peu à peu, et altère la réalité. Elle devient si dangereuse que les Nouveaux Vengeurs et les X-Men se réunissent pour décider de son sort. Certains, comme la douce Emma Frost, souhaitent carrément son "élimination", alors que d'autres, comme ce bon samaritain de Parker, répugnent à en venir à de telles extrémités. Au final, ils décident de se rendre a Genosha, là où se trouve Wanda, afin de voir sur place si l'on peut éviter de la dessouder. ;o) Une fois arrivés, ils se rendent compte qu'elle a disparu, probablement emmenée par Magneto, son gentil papounet.
Voilà pour la première partie qui se solde sur une explosion de lumière, n'augurant pas de très bonnes choses.
Ouverture de la seconde partie sur un Peter Parker se réveillant tranquillement chez lui en compagnie de MJ, oups, ah non, ce n'est pas elle ! C'est une blonde...Gwen Stacy ?? Mais, mais...bah oui ! Nous voici en pleine réalité altérée, dans un monde où les mutants dominent la planète et où seul Wolverine semble se rendre compte que quelque chose "cloche".
Alors, sera-ce l'évènement de la décennie ? Difficile encore à dire pour l'instant, on nous promet en tout cas des conséquences "énormes" et durables. Ce premier opus se lit très bien, même si la seconde partie est (volontairement) un peu confuse. La foultitude de personnages mis en scène rend l'ensemble particulièrement épique et, dans une réalité altérée par une Wanda pétant les plombs, l'on peut s'attendre à d'excellentes surprises (comme à un Spidey, pour une fois, adulé des foules).
Reste à attendre le mois prochain pour avoir droit à la suite !

18 avril 2006

GRRR (Gros Retards, Râleurs et Réprimandes)

Le fait de se procurer les nouveautés en comics relève parfois du chemin de croix !
D’autant que le mois était pour le moins chargé, entre les « reprint » en librairie et les divers HS, Ultimate annuals (pas encore sortis mais là pour l’instant c’est normal) et House of M en bureau de presse. Première constatation : Panini devrait arrêter de publier une checklist tous les mois tellement les dates semblent être décidées au hasard. Le X-Men HS est sorti en retard, l’Astonishing…en avance (c’est rare dans ce sens là pourtant !), et à l’heure où j’écris ces quelques lignes, le Spider-Man HS et le House of M (HoM dont la date de sortie était prévue le 04 avril) ne sont disponibles que sur commandes dans les comics shops.
Bref, le joyeux bordel !
En librairie, c’est encore pire (mais là, ce n’est plus de la faute des sbires paninièsques).
Le jour où les fameux « reprint » devaient sortir…nada dans les librairies mosellanes ! Je n’ai réussi à dégoter que le volume 2 de NYX (en Graphic Novel) mais dans un tel état que je n’ai pas pu l’acheter non plus (il faudra un jour que l’on m’explique comment on peut bousiller un livre simplement en le foutant en rayon, c’est un véritable exploit). Aujourd’hui, mêmes déboires, je flâne tranquillement dans une grande surface disposant d’un centre culturel bien fourni en comics de tous genres, je me mets à farfouiller dans les nouveautés, je jette mon dévolu sur un Daredevil, je l’examine méticuleusement, ah, tiens, la tranche est décollée. Bon, je vais prendre le suivant, pas grave. Ah, merde, pareil ! J’ai fait les sept de la pile, aucun, je dis bien aucun, n’était dans un état plus que « correct » voire passable (sur un exemplaire, les pages étaient même carrément mal coupées, ça donnait l’impression que l’on avait déchiré l’ensemble avec les dents).
Résultat : je n’ai quasiment rien eu à temps ce mois-ci, les librairies étant vides (ou remplies de bouquins tellement abîmés que l’on a l’impression qu’ils ont 20 ans et sont passés par je ne sais combien de lecteurs différents) et les maisons de presse désespérément en retard. Heureusement, Internet existe, mais là encore, ce n’est pas parfait. Sur Legends, un comics shop en ligne, le Marvel Mega n’est toujours pas dispo (bravo Panini, décidemment, le professionnalisme à ce point, ça impressionne), quant à Amazon (dont le sérieux n’est plus à prouver (heu, là c’est vrai, je ne suis pas ironique)), ils ont eu également en retard l’un des X-Men « reprint » (le n°3) et le « Best Of » Age of Apocalypse volume 2.
Du coup, on ne viendrait pas nous gonfler le mou avec des checklists fausses, on ne serait pas déçu et on éviterait de courir à droite à gauche pour du flan, ballottés que nous sommes par l’incompétence crasse de quelques ahuris dont la place serait certainement plus au rayon fruits & légumes du Leclerc près de chez eux que dans le milieu de l’édition. Alors, oui, bon, des erreurs ça arrive, évidemment, personne n’est parfait, ok, mais se tromper sur autant de titres et en plus de plusieurs semaines, là, tout de même, cela dépasse la simple maladresse.
Aaah, ça va mieux ! ;o)

09 avril 2006

Luna & Spider-Woman

La mini-série Spider-Woman Origin se termine ce mois-ci aux Etats-Unis. Outre Brian Michael Bendis au scénario, l'on retrouve Jonathan Luna au dessin, une première dans l'univers Marvel. Les frères Luna ne sont pourtant pas totalement inconnus des amateurs de comics car ceux-ci sont les auteurs de deux séries à succès (parues en France chez Delcourt). Ultra tout d'abord, une sorte d'histoire de super-héroïnes à la sauce "sex and the city", mais surtout Girls, un thriller où se mêlent fantastique et épouvante (on lorgne donc clairement vers une ambiance à la Stephen King, comme l'annonce la quatrième de couverture).
Un petit bémol pourtant en ce qui concerne les visages (qui ne sont manifestement pas le point fort de Luna). Peu expressifs, ils se ressemblent tous et l'on en arrive même parfois à avoir du mal à distinguer un homme d'une femme. Mais bon... on fait avec et ce n'est pas une raison suffisante pour se priver de Conception, le premier tome donc de cette série sans super-héros mais aux dialogues finement ciselés et aux couleurs froides renforçant l'impression d'angoisse. Si vous aimez les histoires un peu tordues et les petites bourgades isolées de l'Amérique profonde, Girls est fait pour vous ! ;o)



Le site des frères Luna

08 avril 2006

Figurines et Fascicules Marvel Heroes

La collection Classic Marvel Heroes propose, toutes les deux semaines, une figurines en plomb, peinte à la main, accompagnée d'un fascicule retraçant l'histoire du personnage concerné. Vous retrouverez ici cette collection, actualisée dès qu'un nouveau numéro sort en kiosque. En cliquant sur les fascicules, vous aurez accès à une photo en gros plan de la figurine correspondante.


























































































































































































































































































































































































































Hors-Séries