27 juin 2006

Supreme Power : Nighthawk

Le tome 5 de Supreme Power, l'excellente série de Straczinsky, paraîtra vers la mi-juillet. Bonne nouvelle donc sauf que...malheureusement, il ne s'agit pas de la suite de la série principale (tomes 1, 2 & 4) mais d'un nouveau spin-off. Le tome 3 avait permis d'approfondir le background de Dr Spectrum, le 5 sera, lui, consacré à Nighthawk. C'est le tandem Daniel Way/Steve Dillon qui signe cet opus.
Outre le fait que ces mini-séries "tampons" cassent un peu le rythme de l'ensemble, je suis particulièrement réservé sur le traitement de ce personnage pour le moins détestable, Nighthawk étant une sorte de fanatique anti-blanc, ouvertement raciste. D'un certain côté, il était temps que l'on admette dans les comics (à défaut de l'admettre dans la vie réelle) que le racisme n'est pas forcément exclusivement le fait de "méchants blancs", d'un autre côté, ce type de perso nécessite une grande maîtrise scénaristique si l'on veut éviter de tomber dans l'excès voir même donner du grain à moudre à certains qui, eux, se reconnaissent parfaitement dans le personnage. Bon, on ne va pas faire une tribune politique non plus, m'enfin, pour une fois qu'un auteur ne nous brise pas les burnes avec une 257ème critique du gouvernement US (en ayant l'impression de faire un acte de courage ahurissant), c'est plutôt une bonne chose. On jugera sur pièce d'ici une bonne quinzaine.

19 juin 2006

Ultimate Power : un crossover prometteur

En lisant le dernier Comic Box, je suis tombé sur une nouvelle plutôt alléchante ; Marvel prépare un crossover entre les univers Ultimate (Ultimates, USM, UXM, UFF) et celui de Supreme Power. On retrouve donc sur le coup non seulement Bendis et Straczynski mais aussi Jeph Loeb et Quesada himself, quasiment le carré magique quoi. Le non moins talentueux Greg Land (dont on peut admirer le travail actuellement sur l’arc Phoenix : Endsong dans Astonishing X-Men) s’occupera, lui, des dessins de la saga qui devrait sortir en octobre aux US. En ce qui concerne l’histoire, elle devrait avoir des retombées durables et importantes, tout le monde ne rentrant pas dans sa dimension d’origine et certains voyant leurs pouvoirs évoluer.
La sortie VF est encore lointaine mais nous aurons de quoi patienter avec The Other ou Civil War…

12 juin 2006

Le chant du Phénix


Je suis réconcilié avec Astonishing X-Men ! Whedon parti, c'est une véritable bouffée d'air frais qui s'engouffre dans ce mensuel avec notamment le premier épisode de "Phoenix : Endsong" ("Le chant du Phénix" en VF) dont vous avez déjà pu avoir un aperçu ici. Le scénario est signé Greg Pak et les dessins, fort beaux, Greg Land. Le mois prochain, nous aurons droit à deux épisodes de cette saga.
Mais continuons à feuilleter ce numéro de juin : deux épisodes des Exilés clôturent l'arc "Ronde de nuit". Bon, je ne suis pas très fan de cette série mais c'est honnête et ça se lit bien. Madrox enfin élève très franchement le niveau. Cette série Marvel Knights est fort bien conçue, avec un personnage charismatique possédant un pouvoir original. Le tandem Peter David/Pablo Raimondi nous livre une sorte de polar inventif et bien dialogué avec quelques petites touches d'humour en prime. Voilà encore une preuve qu'il faut avant tout une bonne histoire pour faire un bon comic et que l'emploi de personnages surmédiatisés se contentant de se bastonner à longueur de planches a fait long feu.

09 juin 2006

Quand Spidey remonte le temps


Hier est sorti le dixième volume des Intégrales Spider-Man, couvrant toute la production de l'année 1972. Bon, évidemment, tout cela a beaucoup vieilli, tant au niveau du dessin que du scénario, reste tout de même qu'il s'agit d'une agréable façon de se constituer une belle collection des anciens numéros (et un peu de nostalgie ne fait pas de mal, avouons-le). Quelques petites critiques toutefois :
- En ce qui concerne spécifiquement ce numéro, pas de petit bonus sympatoche autre que les covers... dommage, en général, il y a toujours quelques broutilles comme des fiches de perso (de l'époque hein, qui ne sont pas folichonnes donc mais bon, c'est dans le ton), des détails sur les différents lieux, les auteurs, etc.
- En ce qui concerne toute la collection, il est très dommage (surtout vu le prix) que la couverture soit vierge de toute illustration (seule la jaquette est illustrée). De plus, tant qu'à faire dans l'édition un peu classouille, l'éditeur aurait pu également penser à insérer un marque-page en tissu, comme cela se fait déjà dans la collection "Origines".
Allez, malgré tout, il serait dommage de se priver de ce petit retour en arrière. Allez chercher un bon vieux jean pattes d'eph', demandez à votre coiffeur de reproduire sur vous l'une des coupes des Bee Gees, et hop, plongez-vous directement en... 1972 !! ;o)

08 juin 2006

Rogue in Japan

Les deux derniers X-Men Extra (55 & 56) étaient consacrés à la charmante Malicia. Tony Bedard met en scène une Anna Marie Raven confrontée à un pan de son passé ayant disparu de sa mémoire, disparition due à Blindspot, une mutante pouvant "voler" les souvenirs, les remplacer, les stocker, bref, un vrai petit disque dur ambulant. Malicia se retrouve donc en partance pour le Japon où elle sera notamment aux prises avec Lady Deathstryke et un Silver Samurai ayant entrepris de devenir le chef de la mafia locale. L'histoire, sans être extraordinaire, est sympathique à suivre. Elle vaut surtout pour l'évolution des pouvoirs de Malicia, celle-ci ayant absorbé de façon permanente ceux de Sunfire (qui a bien dérouillé d'ailleurs dans cette histoire).
En complément (ou en remplissage suivant que l'on apprécie ou pas le procédé), Panini nous propose quelques histoires courtes (deux par numéro). C'est dans l'ensemble plutôt bien, voire très bien même. Certains, qui n'arrivent pas à construire une histoire sensée en 22 planches, devraient en prendre de la graine (oui, je parle de Tito Faraci et de son épouvantable "secret du verre"). Mention spéciale pour "The boy who wasn't there" de Mike Raicht et Carlo Pagulayan, une histoire douce-amère et profondément mélancolique.
En ce qui concerne le prochain numéro de X-Men Extra, ce sera un spécial House of M.

03 juin 2006

Sentry de retour !


On ne le dira jamais assez, Marvel Icons, dont le numéro 14 sortait aujourd'hui, regroupe des séries et auteurs de poids ! J'ai assez ronchonné hier contre Panini, je m'intéresse donc cette fois au contenu.
Les New Avengers tout d'abord, de Bendis et McNiven : l'arc Sentry se termine. Bob Reynolds, enfin guéri grâce aux bons soins de la divine Emma Frost, rejoint les Vengeurs (qui souhaitent garder un oeil sur lui au cas où). On a même le droit à une petite réunion des Illuminati à la fin.
Les Fantastic Four ensuite, de Straczynski et McKone : Red Richards s'arrange pour saboter l'engin spatial qui était censé amener dans l'espace quelques gros bras afin de reproduire les mêmes conditions qui, à l'époque, avaient donné leurs pouvoirs aux FF. On apprend surtout que les fameux rayons cosmiques, qui ont entraîné les modifications chez Red et sa petite bande, sont en fait très probablement une tentative de communication de la part d'une intelligence E.T. Voilà qui expliquerait pourquoi les rayons ne donnent pas uniformément les mêmes pouvoirs à tous mais s'adaptent à la personnalité de chacun. Une idée à la Straczynski donc, un vrai régal.
La seconde partie du mensuel est quelque peu chamboulée ce mois-ci puisqu'elle est consacrée à House of M. Un one-shot sur Captain America et surtout le premier épisode d'un "The Pulse" spécial HoM. Pour ceux qui auraient raté le début, The Pulse est la suite logique de "Alias" (du même Bendis) qui nous avait entraîné dans les enquêtes, les galères amoureuses et le passé pas évident de Jessica Jones, aka Jewel. Les premiers épisodes sont parus dans le Spider-Man HS 17 (mais bon, Alias était bien mieux à mon goût).
Voilà, on a fait le tour ! Du très bon donc et en plus une cover sans cet affreux "ton cadeau gnagnagna" auquel on a droit ce mois-ci sur 3 mensuels ! A bientôt et puisse la Force Enigma vous transformer en Captain Universe au moins le temps de ce long week-end. ;o)

02 juin 2006

L'impéritie de Panini


Le Spider-Man 77 est sorti aujourd'hui et il est excellent. Je ne vais donc pas m'étendre comme d'habitude sur le travail des auteurs mais plutôt sur la gestion de la publication VF par Panini Comics. Tout d'abord, pourquoi diable ont-ils été défigurer la couverture (pourtant magnifique, bravo à Steve McNiven) avec un "en cadeau ton cordon Spider-Man !" ?? Ils ne savent pas depuis le temps que la plupart des acheteurs de comics sont des adultes, collectionneurs de surcroît ? Ou carrément, ils s'en foutent ? Déjà, je n'aime pas trop que l'on me tutoie, même par couverture interposée (je n'ai pas gardé les cochons avec Christian Grasse), je me fiche de leur gadget (ridicule d'ailleurs) pour accro du portable et je ne vois pas ce qui aurait empêché l'emploi d'un autocollant sur le blister plutôt qu'une impression à même la cover. Bref, c'est du n'importe quoi, comme d'habitude avec Panini (d'ailleurs, à ce sujet, leur forum, quasiment non modéré et où règne une ambiance détestable est bien à l'image de cette société).
Allez, continuons par le courrier des lecteurs tiens. A quoi ça sert ça ??? Dans "Elle" ou "Télé 7 jours", passe encore, mais dans un comic...s'ils ont une page à remplir, on peut toujours placer une fiche de personnage issue d'une encyclopédie ou encore une interview d'un artiste Marvel, ça sera toujours plus intéressant que de lire les énièmes compliments ou boniments de la part d'inconnus dont on se fout complètement (et dont Panini se fout encore plus par l'intermédiaire de Olivier Jalabert puisqu'il ne répond jamais aux questions posées). Bref, vous l'aurez compris, Panini et moi, ce n'est pas le grand amour. Vu que les droits Marvel ne semblent pas en passe de changer de mains, on peut toujours espérer un éclair de clairvoyance au sein du groupe et le remplacement des incapables par de vrais professionnels, mais bon, au pays de la franchouillerie, ça ne risque pas d'arriver de sitôt.