24 septembre 2006

Les 198 et le "09 novembre"...


La saga X-Men : the 198 commence ce mois dans le X-Men Extra 58. On y trouve également la première partie des fichiers O.N.E. recensant les fameux 198 mutants ayant conservé leurs pouvoirs après le jour "M" (en fait, Marvel s'étant gardé une marge de manoeuvre, ce dossier ne concernera qu'une partie de ces mutants rescapés).
La VF commence par l'une des plus belles bourdes de traduction qu'il m'ait été donné de voir. Il s'agit d'une réflexion sur la fin de la "mutanité" qui serait passé à l'Histoire comme l'assassinat de JFK, l'atterrissage sur la Lune ou encore le... 09 novembre. Sur le coup, je me dis "tiens, c'est une date historique ça ?" avant, évidemment, de comprendre que le 09/11 (nine eleven) américain a été stupidement traduit par 09 novembre à la place de 11 septembre.
Geneviève Coulomb, la traductrice, était peut-être absente le jour où son prof a abordé l'inversion jour/mois en anglais. Et elle devait hiberner en 2001 ainsi que les années qui ont suivi pour ignorer à quoi fait référence le fameux 09/11. En tout cas, c'est magnifique de faire l'erreur mais ça l'est encore plus de ne pas s'inquiéter de ce qu'est censé désigner ce fameux 09 novembre. En voilà une dont le sérieux dans le travail vient de prendre une baffe taille XXL (je serais curieux de voir comment elle traduit les tailles US tiens).
Bref, plutôt que la traductrice, mieux vaut retenir les auteurs de cette série : David Hine au scénario (fort bon d'ailleurs) et Jim Muniz au crayon. Les fiches O.N.E. vont de Alchemy à Marvel Girl et concernent 66 mutants. Outre leur nom, leur dangerosité, taille, poids et pouvoirs, chaque fiche dispose d'un bref topo sur les origines et l'histoire des persos abordés. Un achat intéressant donc pour ceux qui découvrent seulement maintenant l'univers X-Men.

20 septembre 2006

Captain Britain par Alan Moore


C'est le mois prochain que sortira, dans la collection Marvel Best Of, un volume consacré à Captain Britain, le célèbre souverain de Hors-le-Monde et gardien du multivers. Cette saga, déjà ancienne (elle date de 1982 mais est, à ma connaissance, inédite en VF), est à ne pas louper puisqu'elle est scénarisée par Alan Moore, mythique auteur de Watchmen, V pour Vendetta, From Hell ou encore La Ligue des Gentlemen Extraordinaires.
Les dessins sont de Alan Davis, ils ont plus de vingt ans donc inutile de s'attendre aux standards actuels. L'histoire, quant à elle, est dans la lignée de ce que fait Moore habituellement, que ce soit dans l'habile manière de façonner des personnages humains et plein de failles ou encore dans l'utilisation de certaines obsessions paranoïaques (et quelque peu délirantes, avouons-le) de l'auteur.
Bref, voilà une bonne occasion de retrouver un personnage qui a finalement peu de place dans la production Marvel actuelle et un auteur culte dont le talent n'est plus à prouver.

17 septembre 2006

Le Punisher de Garth Ennis


Le Punisher tient une place à part dans l'univers Marvel. D'une part parce qu'il n'a pas de pouvoirs (encore que, il en a eu pendant un moment mais bon...), d'autre part parce qu'il traîne une réputation sulfureuse dont j'ai parfois du mal à comprendre la justification. En gros, on lui reproche d'être trop violent et expéditif et de dessouder les criminels qu'il rencontre. Personnellement, ça ne me gêne pas plus que ça. Pour deux raisons. La première, que beaucoup de gens semblent oublier parfois, est que, après tout, ce ne sont que des comics (mais certains font tellement peu la différence entre vie réelle et fiction qu'ils en viennent à détester le personnage comme si ses actes avaient une réelle conséquence). La seconde est plus simple encore : si le Punisher doit entraîner autant de polémiques, pourquoi ne pas alors critiquer le Caïd, Doc Ock, Fatalis, Magneto et j'en passe. Si l'on veut vraiment se triturer les méninges, il y a même le moyen de faire pire, on peut par exemple philosopher sur le manque d'humanité du Tribunal Vivant.
Bref, on le voit bien, il serait ridicule d'avoir un a priori sur Frank Castle simplement parce qu'il a la gâchette facile. Ce personnage, comme les autres d'ailleurs, est intéressant si le scénariste est bon. Et c'est le cas de Garth Ennis qui s'occupe du scénario de la série depuis quelques années maintenant. Ces épisodes sont regroupés en VF dans les collections 100% Marvel (9 tomes) et Max (4 tomes) et couvrent une période allant de 2000 à nos jours (ça tombe bien, c'est la période la plus intéressante à mon sens tant au niveau du style narratif que de l'esthétisme du dessin et des effets).
Venons-en au contenu ! Que trouve-t-on dans le Punisher d'Ennis ? Tout d'abord, du polar, traditionnel et bien musclé. Plus que des super-héros en costume et des pouvoirs originaux, attendez-vous à être confrontés à du mafieux de base et de l'artillerie lourde. Pour autant, le Punisher n'évolue pas dans un monde à part et il rencontre parfois Wolverine (il lui met même une raclée mémorable dans "Ennemis Intimes"), Daredevil ou Spider-Man. L'humour n'est pas absent de cet univers sombre, loin de là, et permet de contrebalancer une ambiance parfois très noire (évidemment, ce n'est pas la bande à Picsou non plus hein, faut aimer le second degré plus que le gag bien gras à la Benny Hill). Le personnage de Soap est notamment fort drôle.
La violence maintenant. Oui, elle est présente. Très. Trop ? Je ne le pense pas. Evidemment, l'on peut toujours s'effaroucher comme un jouvenceau, m'enfin, avant de censurer les dessins de cette série, les plus acharnés défenseurs d' Alice au Pays des Merveilles auront déjà eu fort à faire avec Nip/Tuck ou Les Experts (les séries TV, vous connaissez ? ;o) ).
Bref, ce Punisher vaut le coup d'être lu pour peu que l'on ne cède pas à une pudibonderie facile et trop à la mode pour être sincère. En accompagnant le Punisher dans ses rixes vous aurez l'occasion de découvrir un auteur inventif et talentueux qui vous fera écumer les bas-fonds de New York mais vous trimballera également jusqu'en Russie ou encore en Irlande. Il y aura des coups de feu, des membres tranchés et quelques litres de sang sur les murs mais bon, tant que l'envie ne vous prend pas de reproduire le tout lundi matin au boulot, vous risquez juste de passer un sacré bon moment de lecture !

12 septembre 2006

L'après HoM et les sorties kiosques récentes


Hop, un post un peu fourre-tout pour vous parler de l'orientation des comics Marvel de la rentrée.
Astonishing X-Men vient de sortir aujourd'hui. C'est le moment rêvé pour prendre le train en route puisque sur 4 séries présentes dans ce mensuel, 3 font leur début : X-Men Deadly Genesis, New Excalibur et X-Factor. La 4ème restant l'excellent Madrox de David & Raimondi.
Le numéro 116 de X-Men a également son importance puisque l'on y découvre l'après HoM, dans un monde où les mutants sont redevenus ultra-minoritaires. Fin également de la saga Fortune and Glory des Hellions.
Le Marvel Icons hors-série n°6 nous propose Spider-Woman : Origin de Bendis et des frères Luna (le n°7 sera consacré aux Illuminati). Tout ce qui était prévisible est là. Excellent scénario de Bendis et dessins dans le style de "Girls" en ce qui concerne le boulot des Luna Bros. Je ne déteste pas, notamment la colorisation, mais leur problème récurent au niveau des visages (dont j'ai déjà parlé) continue. Peu de personnalisation, peu de différences entre hommes et femmes, entre vieux et jeunes, quelques effets sympas (un peu cinématographiques) mais sans plus.
C'est le Spider-Man HS qui me cause la plus grande surprise pour l'instant en cette rentrée. Je m'attendais, avec Kevin Smith, a un truc vraiment sympa (vu certains de ces films ou son travail, plutôt sombre et vraiment intéressant, sur Daredevil), et en fait...à part une ou deux vannes, bouuuh, c'est mou, guère passionnant, bref, déçu je suis ! La suite est censée être mieux selon l'auteur lui-même. Il lui a fallu 3 ans pour l'écrire, mais pour nous, la fin en VF ne mettra que 3 mois à nous parvenir. Déjà, je ne comprends pas trop le choix de Panini de nous proposer l'histoire en deux fois vu qu'elle est disponible et que d'autres HS nous ont déjà habitué à des 6 x 22 planches et pas seulement à 3 épisodes. Par contre, la fin a intérêt à être particulièrement relevée vu le manque d'intérêt du début (Smith aura-il été meilleur trois ans après ? A voir en décembre ! ;o) ).
Allez, je termine avec l'excellent Marvel Icons.
Suite de l'escapade japonaise des New Avengers et situation tendue pour notre petite Jessica Drew (Spider-Woman pour ceux qui suivent pas). Trip métaphysique pour les FF. Captain America est toujours sur la piste du Soldat de l'Hiver (que l'on retrouve également dans Wolverine pour une sacrée révélation pour le coup, il était temps) et, fin en beauté avec (de nouveau) Bendis et The Pulse (avec Gaydos au crayon, le type qui donne toute sa personnalité à Jessica Jones, elle est parfois plus belle, comme dans la version McNiven par exemple, mais elle perd en profondeur, ce n'est pas censé être une bombe, juste une fille normale).
Et pour ceux qui préfèrent les sorties librairies, le volume II des Fantastic Four en Marvel Deluxe arrive ce mois !

08 septembre 2006

Quand Spidey rencontre Invincible


Le crossover The Other continue dans le Spider-Man 80 de ce mois.

Les épisodes 4, 5 et 6, scénarisés par Hudlin, ne font pas progresser beaucoup l'histoire, Spidey se contentant de chercher de l'aide un peu partout (du labo de Richards en passant par le Dr Strange ou même le Wakanda) et de passer un peu de bon temps avec sa famille (la tante May et MJ dans les vieilles armures de Stark, ça vaut quand même le coup d'oeil ;o) ).
A signaler tout de même un combat épique contre Morlun qui laisse le Tisseur franchement mal en point (oups, il est ready pour Fear Factor le Morlun dis donc, il bouffe vraiment n'importe quoi !).

Le quatrième épisode de ce mois est, comme depuis un moment maintenant, un Marvel Team-Up avec Kirkman au scénario. Toujours autant d'humour dans ses histoires d'ailleurs. Cette fois, Le Monte-en-l'air fait brièvement équipe avec... Invincible. Si vous ne lisez que du Marvel, vous ne devez pas connaître ce personnage dont la série parait en fait chez Delcourt en France. Il se trouve d'ailleurs que c'est le même Robert Kirkman qui la scénarise. Pour vous présenter un peu ce personnage, Mark Grayson est le fils du plus puissant super-héros de "sa" planète (bah, oui, ce n'est pas la terre 616 marvelienne). C'est un ado qui rêve de suivre les traces de son père et attend avec impatience l'apparition de ses propres pouvoirs. Malheureusement, le "Popa" n'est pas si gentil que ça et, tout héros qu'il est, prépare en douce l'invasion de la planète, ce qui plait moyennement au fiston.
Si, comme moi, vous aimez ce que fait Kirkman, vous pouvez sans crainte vous procurer les deux tomes VF déjà disponibles : "Affaires de famille" et "Au nom du Père".
Revenons-en à Spidey encore un court instant. Le Hors-Série n°23 est sorti en avance (il était prévu pour le 20 normalement), quant au Spider-Man régulier du mois prochain, vous aurez droit avec à un... portefeuille Spidey en cadeau (mince, moi qui rêvait d'un beau caleçon ou d'une cagoule pour l'hiver, Panini me déçoit encore !!).