30 novembre 2007

Classe économique...

Parution aujourd'hui du X-Men Extra #65, intitulé Première Classe, et se plongeant dans des aventures tirées du passé de la toute première équipe mutante.

Il s'agit donc ici de nouveaux récits, inédits, mais censés se dérouler à l'époque de la formation de la première équipe du professeur Xavier. L'on peut tout de suite s'interroger sur la pertinence d'une telle idée. Non seulement, puisque l'on connaît le futur des personnages (notre présent en fait), on sait bien qu'il ne peut rien leur arriver de bien crucial, mais surtout, alors que les scénaristes ont parfois du mal à renouveler les péripéties des X-Men ou les menaces qui planent sur eux, était-il bien utile d'aller se mettre sur les bras une nouvelle série mutante ? Tout n'a-t-il pas déjà été dit (redit et surdit) à propos de Cyclope, Marvel Girl, le Fauve, Angel et Iceberg ?

C'est Jeff Parker qui se charge du scénario tandis que Roger Cruz réalise les dessins. Graphiquement, ce n'est pas moche. Style un peu enfantin et très coloré. Du point de vue de l'histoire, malheureusement, ça n'a pas grand intérêt.
Chaque épisode est un one-shot dans lequel l'équipe affronte une menace déjà connue (le Lézard tiens par exemple) ou nouvelle (une forme de vie franchement kitsch menacée par un forage). Le tout est évidemment vite mis en place et les conclusions prévisibles jusque dans la naïveté de leurs moralités. Le seul intérêt d'une telle série aurait été à la rigueur le relationnel entre les personnages, mais c'est une piste qui reste totalement inexploitée. En prime, alors que le tout se passe il y a très longtemps, on nous parle d'e-mail et d'imax ! Bien évidemment, cela pourrait être totalement acceptable dans le cadre d'une "mise à jour" (indispensable à la continuité) de l'origine des héros, mais ce n'est pas le cas ici. Les termes sont utilisés gratuitement, sans qu'ils soient nécessaires à la narration. Du coup, il aurait été facile d'épargner aux plus vieux lecteurs ce qui sonne bien tout de même comme un anachronisme maladroit.

First Class ferait un excellent story-board pour un DA destiné au jeune public, cependant, en tant que comics, ces épisodes vont probablement vite tomber dans l'oubli tant ils n'apportent rien de neuf sur un terrain déjà bien foulé qui, pour nous surprendre, aurait nécessité d'être parcouru par des pieds plus habiles que ceux de Parker (porter un nom célèbre n'est pas toujours suffisant ;o)).