20 janvier 2008

Spider-Man Fairy Tales

Oublions l'espace d'un instant les sorties du mois pour jeter un oeil sur une curiosité (en VO) rééditée en TPB le mois dernier : Spider-Man Fairy Tales. Une plongée marvellienne au coeur des contes et légendes du monde entier.

Spider-Man, c'est un concept qui fonctionne. Il fonctionne d'ailleurs tellement bien que Marvel l'a déjà décliné en manga ou dans une version indienne. Cette fois, c'est aux vieux contes de notre enfance que la Maison des Idées s'attaque, avec quatre épisodes fort différents, reprenant chacun un mythe connu (ou pas) à la sauce arachnéenne.
Le premier essai revisite Le petit chaperon rouge avec des graphismes très stylisés (mais assez jolis) et une Gwen jouant de nouveau le rôle de la victime. On ne le dira jamais assez aux petites filles : les bois sont dangereux ! Mais bon, il faut dire que la vieille tante May n'a rien trouvé de mieux que d'aller vivre au milieu de la forêt... ah, elle nous aura vraiment tout fait subir celle-là ! ;o)
La deuxième histoire traite d'un conte africain et met en scène le premier Spider-Man, aux prises avec des élémentaux, le tout dans une très belle ambiance visuelle signée Nico Henrichon. Le troisième épisode est une variation nippone sur les origines du Tisseur avec, pour cadre principal, une légende faisant la part belle aux fantômes et à un esprit plutôt "mordant".
Enfin, tout cela se conclut par une sorte de Cendrillon inversé, avec un mystérieux chevalier séduisant la princesse Gwendolyn et devant s'éclipser avant minuit, en évitant si possible les gardes de la Goblin Brigade. Ambiance médiévale originale mais dessins, ici, parfois un peu pauvres (les visages notamment semblent avoir été dessinés dans les années 60).

L'auteur, C.B. Cebulski, a donc puisé dans les légendes de trois continents pour nous livrer ces fairy tales. Même si le concept peut paraître enfantin, il faut avouer que ce n'est pas désagréable du tout à lire. De plus, les dessinateurs alternant à chaque épisode, tout le monde devrait trouver au moins quelques planches à son goût.
Pour moins de 8 €, port compris, il n'y a pas de quoi se priver de cette petite récréation. Et si vous avez des enfants en bas âge, vous pourrez même les endormir avec un Spider-Man contre le Grand Méchant Loup, histoire de préparer le terrain pour les comics plus classiques auxquels vous ne manquerez pas de les initier plus tard. ;o)

ps : ajout de la scène #44 dans le bêtisier.