24 avril 2008

Tête de Fer débarque dans les Incontournables

La collection Marvel - Les Incontournables s'enrichit d'un nouveau héros en la personne du très controversé Iron Man. Ou comment mettre la main sur une saga qui sent le réchauffé mais qui reste bon marché.

Après le Tisseur, c'est donc au tour de Tony Stark de se voir offrir les honneurs de la nouvelle collection lancée par Panini. Même si l'on peut penser que cette sortie (qui coïncide avec l'arrivée du Vengeur au cinéma) est un peu opportuniste, elle était inévitable tant le personnage est, aujourd'hui plus que jamais, l'un des piliers du Marvelverse.
Ne vous y laissez pas tromper, même si la cover est de Adi Granov, il ne s'agit pas du récent Extremis mais d'une saga bien plus ancienne : The Mask in the Iron Man de Joe Quesada (scénario) et Sean Chen & Alitha Martinez (dessins).

L'histoire est assez classique et met en scène un Stark hanté par ses vieux démons (l'alcool en tête) et sa vie dissolue. Il doit faire face ici à une armure si évoluée qu'elle en devient consciente. Malheureusement, comme souvent avec les robots/ordinateurs/IA dans la littérature ou au cinéma, le sosie informatique de Stark n'a pas tout à fait les mêmes préoccupations morales que lui et va même aller jusqu'à tuer...

Bien que cet arc date de 2000 (il n'est pas si ancien que ça), il a pris tout de même un petit coup de vieux en regard de la production actuelle. Graphisme et storytelling sentent encore les 90's et charrient, avec ce parfum particulier, les petits défauts qui vont avec. C'est parfois bien bavard (et c'est là que l'on se rend compte que tout le monde n'a pas le talent d'un Bendis pour ce qui est des dialogues) et relativement simpliste. On peine à rentrer dans l'histoire et à s'inquiéter pour ce pauvre Tony, malgré un final plus subtil que ne le laissait penser l'évolution de cet étrange conflit entre l'homme et la machine qu'il a créée.
Le fascicule qui accompagne le livre contient un épisode, assez vieux, de Bob Layton et (déjà) John Romita Jr. L'histoire n'a guère d'intérêt (ça n'introduit même pas spécialement bien le perso) si ce n'est une occasion de se fendre la poire avec un Stark au look improbable (à l'époque il n'a pas de bouc, juste la moustache, et surtout il a des cheveux assez longs et un brushing des plus ridicules, on le croirait tout droit sorti d'un soap).

Bon, j'ai un peu la dent dure mais avec un prix aussi bas (6,95 €) et un livre aussi joli (hardcover et belle reliure), ce serait dommage de passer à côté. Seulement, sachez qu'en fait d'Incontournable, cette tranche de vie d'Iron Man aurait pu aussi bien s'intituler Dispensable.
Il est d'ailleurs dommage que le contenu de cette collection (et de la précédente) évolue sans cesse entre véritables morceaux d'anthologie et arcs secondaires dont on n'a que faire. Vous voilà prévenus.