29 juin 2008

Behind Enemy Lines

Le premier World War Hulk hors série nous offre, tout comme lors de Civil War, la version journalistique du conflit. Grand retour donc de Ben Urich et Sally Floyd.

Première surprise, Christian Grasse a enfin compris que Ben Urich n'était pas Phil Urich (son neveu). Comme quoi, tout arrive, même à la sandwicherie. Nos deux reporters vont couvrir l'arrivée de Hulk et ses troupes, l'évacuation de Manhattan et les premiers affrontements. L'occasion de donner une version "civile" des évènements. On replonge également dans l'ambiance "complotiste" des précédents Frontline puisque l'action des journalistes va être financée par un mystérieux commanditaire...
C'est le même duo que lors de la guerre civile qui est aux commandes, à savoir Paul Jenkins et Ramon Bachs. Pas de surprise donc, les deux auteurs maîtrisent leur sujet.

Le bimestriel est complété par deux épisodes de Ghost Rider. Eh oui, Johnny Blaze s'attaque aussi au géant vert. Vu la facilité avec laquelle Hulk s'était débarrassé des Vengeurs et des Fantastic Four, on ne s'attend pourtant pas vraiment à ce que le petit motard fasse le poids, d'autant que l'esprit qui l'habite se fiche pas mal des actions de notre gros gladiateur.
Il s'agit de l'on-going que l'on retrouve en 100% Marvel, c'est donc Daniel Way qui signe le scénario et Javier Saltares qui s'occupe des dessins. Rien de crucial en tout cas et un peu léger en comparaison des Frontline.

Voilà des évènements connus éclairés d'un jour nouveau dans un style réaliste qui trouve son origine dans le Marvels de Busiek et Ross. Pas indispensable pour comprendre la saga mais intéressant et agréable à lire.