12 juin 2008

Le Kree sans Nom

Le Marvel Universe #9 continue sur la lancée de Annihilation : Conquest avec la suite de la série Nova et l'apparition d'un nouveau personnage très réussi.

La première partie du bimestriel est consacrée à la suite de la série Nova (dont nous avions pu suivre les premiers épisodes dans le Marvel Universe #7). Le dernier centurion du Nova Corps se retrouve piégé dans l'espace Kree alors que ce dernier est sous la domination des Phalanx, une terrible force techno-organique.
Le pauvre Richard Rider n'est pas au bout de ses peines car c'est dans un état désastreux qu'il va aboutir sur Drez-Lar, une planète ravagée par les incendies atomiques ayant suivi la guerre d'Annihilation et sur laquelle sont réfugiés quelques soldats Kree ayant survécu au crash de leur croiseur.

La seconde partie contient la mini-série dédiée à Wraith (appelé Spectre dans la VF). Ce Kree, en plus d'être dépourvu de nom au début de l'histoire (ce qui ne doit pas être pratique pour recevoir son courrier), est également sans âme. Il a en fait été contaminé, il y a fort longtemps, par les Exolons, des parasites issus de la latitude exotérique, qui se nourrissent de l'âme de leur hôte. Cela a des côtés fâcheux, comme la perte de la notion du temps ou l'absence de conscience, mais en contrepartie, les infectés obtiennent immortalité, force, guérison et un petit pouvoir d'invocation des Exolons en prime. Si l'on ajoute au lot une arme métamorphe dérobée au chef des Sans Nom ainsi qu'un véhicule sympa à mi-chemin entre la moto et...un machin qui vole, on a là un personnage plutôt exotique et au look, en plus, particulièrement bien trouvé.

C'est Javier Grillo-Marxuach qui est l'auteur du scénario. Les dessins sont l'oeuvre de Kyle Hotz. Moi qui n'aime pas trop les histoires SF, ni les personnages cosmiques, ce Wraith m'a plutôt séduit. Personnage torturé (il est obligé de s'infliger lui-même les pires souffrances pour se rappeler l'être vivant qu'il était autrefois) au look esthétique, Wraith est un peu une sorte de Penance de l'espace (ou de Ghost Rider non kitsch).
Les couvertures de Clint Langley (qui représentent justement ce personnage) sont sublimes. Malheureusement, c'est une cover, bien plus classique, avec Nova qui a été choisie pour illustrer le volume de ce mois. Dommage, d'autant que le prochain Marvel Universe sera doté d'une cover pratiquement identique.

Un numéro plutôt agréable, recentré sur quelques personnages charismatiques et une intrigue compréhensible (ce qui n'est pas toujours le cas avec les sagas cosmiques).
A signaler un "pour lecteur avertis" qui semble un peu exagéré tant il n'y a, ici, ni sexe, ni propos orduriers et une violence toute relative et très aseptisée. On se demande qui pourrait s'en choquer, même pour les plus jeunes.
(allez, pour la peine, une autre cover sur le site Marvel)

ps : les excellents Bullet Points et Loveless, déjà chroniqués ici, sont bien sortis aujourd'hui.