01 août 2008

Les liens du sang

Le Spider-Man #103, débarqué ce matin en kiosque, contient la fin du premier arc estampillé "Brand New Day", la suite des Thunderbolts et un one-shot tiré de Spider-Man Family.

Deux épisodes d'Amazing Spider-Man dans la même revue, c'est déjà un changement notable. Il faudra attendre 2009 pour que nous en ayons trois par mois, comme les lecteurs américains. La première saga, signée Dan Slott pour le scénario et Steve McNiven en ce qui concerne les dessins, se termine donc.
Comme prévu, le "chapitre 2" de Spidey s'avère être un vrai-faux nouveau départ puisque l'on revient ici aux fondamentaux du Tisseur : identité secrète, problèmes d'argent, célibat et mauvaise réputation chez les flics. S'il n'avait pas fallu sacrifier une partie de la continuité pour en arriver là, on pourrait même s'en réjouir car l'histoire n'a rien de désagréable. Le nouveau vilain, Mr Negative, tient la route et le Monte-en-l'air n'est pas avare de ses habituelles vannes. Pour ce qui est de l'intrigue, il va devoir déjouer un attentat visant à éliminer deux familles mafieuses, ce qui va le rendre du coup très populaire au sein de la Maggia mais beaucoup moins dans les bureaux du NYPD.

L'épisode tiré de Spider-Man Family s'intitule Undone et met en scène le bon vieux Venom du temps de Eddie Brock. Le scénario est de Sean McKeever (auteur de Sentinel ou encore de Spider-Man loves Mary Jane) et les dessins de Kano & David Lafuente. Plutôt sympa pour un épisode de "remplissage". Et puis, on y retrouve Mary Jane qui n'a pas encore été sacrifiée par cet ahuri de Peter. ;o)

La suite des Thunderbolts est toujours aussi enthousiasmante. Warren Ellis (Nextwave, New Universal) fait vraiment du très bon boulot à l'écriture et il bénéficie en plus du graphisme de l'excellent Mike Deodato Jr. C'est nerveux, finement dialogué et les personnages, assez nombreux, sont d'une rare profondeur. On a droit ce mois-ci à un petit pétage de plomb de la part de Penance qui fait quelques dégâts. La situation est ensuite exploitée à son avantage par ce cher Osborn qui, décidemment, se révèle aussi odieux qu'excellent dans ce rôle de patron des repentis.

Tiens, pour une fois, il y a l'amorce de l'ombre d'une demi critique dans le courrier des lecteurs. Un fan estime qu'en matière de "cadeau", les fameux badges n'avait pas grand intérêt (je vous rassure, il se confond ensuite en compliments sur les posters et remercie Panini à la fin, ah ouf, tout va bien alors). Le préposé au courrier répond que "de nombreux lecteurs ont trouvé l'idée des badges intéressante". Oui, c'est ce que je me suis dit tout de suite quand j'ai eu dans la main ces petits bouts de métal de mauvaise qualité. "C'est intéressant." ;o)
Enfin, trêve de taquineries, le prochain cadeau est vraiment pas mal cette fois puisque l'on aura droit à un nouveau jeu de cartes (différent de celui de 2005) dans les numéros du mois prochain (le Spider-Man contiendra la boîte et les coeurs).

Un numéro fort bon si l'on met de côté le traumatisme de la violente "remise à zéro" que la série principale a subie récemment.