20 septembre 2008

*** 500 articles ***

500 articles...
C’est un cap. Que dis-je...c'est une péninsu...heu, non, c'est un putain de cap en fait. D’autant qu’il s’agit bien, et j’insiste sur le terme, d’articles, et non, comme bien souvent avec les « blogs », de posts constitués d’une image, d’une vidéo ou d’une pauvre info glanée sur le Net. J’essaie, peut-être n’y arrive-je pas toujours, d’apporter un soin particulier à ce que je rédige. Je vérifie mes informations, je relis mon texte, j’essaie parfois d’être drôle, je suis parfois courroucé, mais toujours, je tente de prendre au sérieux les gens qui me liront. Parce que je suis passionné par le sujet mais aussi parce que j’accorde une haute importance à la chose écrite.

Bien sûr, en plus de 30 mois, des changements ont eu lieu. Je ne suis pas satisfait de mes premières interventions et elles seraient bien différentes si je devais les réécrire aujourd’hui, mais n’est-ce pas là, après tout, une évolution naturelle ? Peu à peu, mois après mois, je me suis senti plus à l’aise dans ce rôle de critique qui, pourtant, n’est pas celui que je préfère. J’ai tenté de vous faire partager mes sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs. J’ai tenté d’écrire ce que j’aurais aimé lire moi-même - à l’époque où je suis retombé dans les comics - mais que je ne trouvais nulle part (ou pas complètement).
Ai-je été parfois injuste ? Sans doute. Partial ? Evidemment. Nous le sommes tous, même si peu le reconnaissent. J’ai eu parfois la dent dure contre certains, éditeurs ou autres intervenants, mais je ne le regrette pas. Ce que j’ai dénoncé, je l’ai toujours fait avec de nombreux éléments à l’appui et une rigueur qui fait défaut à bon nombre de « professionnels ». Mon…« style », lui, reste ce qu’il est. Je suis entier et n’éprouve qu’un attrait très secondaire pour la diplomatie et les concours de popularité. Par contre, à l’inverse de certains internautes qui ne vivent que par les fora (souvent les plus mal modérés, suivez mon regard vers les p’tits sandwiches italiens), j’ai en horreur cet espèce de snobisme, qui vire souvent à l’agression, et qui consiste à prendre de haut quiconque n’a pas un vieux Strange dans la main, un balai dans le cul et des idées reçues plein la tête.
Cet endroit, je l’ai voulu accessible à ceux qui ne connaissent pas l’univers Marvel. J’ai voulu donner quelques informations essentielles, quelques clés, avec cette volonté, également, de montrer combien les comics avaient évolué en fort peu de temps.

Nous sommes, depuis quelques années, six ou sept au plus, au coeur d'un véritable second âge d'or.
Loin de moi l’idée d’enterrer toute la production antérieure à cette période. Bon nombre de classiques peuvent encore souffrir la comparaison, simplement, il est clair que nous sommes passés, depuis quelques temps, à une vitesse supérieure. Sur le plan du dessin et de la colorisation, c’est évident, mais aussi en ce qui concerne la narration voire l'ambition. Nous vivons une époque où nous pouvons lire, semaine après semaine, de véritables merveilles. Est-ce là une nouvelle norme ? Une constante ? Nos si précieux comics sont-ils en train d'atteindre leur vraie maturité ? Ou bien n’est-ce que passager ? Difficile à dire. Mais les titres qui prétendent à l’excellence n’ont jamais été aussi nombreux : Ultimate Spider-Man est devenu une référence moderne du mythe arachnéen. Récemment, des séries comme les Thunderbolts ou les Runaways ont démontré que l’on pouvait exceller avec n’importe quels personnages, même secondaires, et que seul le talent comptait ! Alors que de grandes figures, comme Daredevil, connaissent leur plus belle période (grâce au talent de Bendis et Brubaker), d’autres, plus obscures, connaissent une seconde renaissance (citons par exemple Iron Fist).
Ne nous arrêtons pas au seul genre super-héroïque.
The Walking Dead de Kirkman est une œuvre magnifique qui dépasse complètement le seul cadre horrifique qui lui était destiné dans un premier temps. L’adaptation de La Tour Sombre, de Stephen King, permet, pour une fois, d’enrichir une œuvre et non de la brader, tant bien que mal, pour le plus grand nombre. Et que dire du 300 de Miller, critiqué superficiellement par de sombres benêts et accusé, car c’est la mode, de copinage avec le petit caporal ? Il faut citer également le Girls des frères Luna pour aller flirter vers le thriller humoristico-épouvanteux et se rendre compte à quel point l’éventail est large.
Et combien d’autres œuvres, d’autres séries, d’autres auteurs encore ?
Des Mighty Avengers à Araña, des Freshmen à Loveless, en passant par Preacher, Y the last man, Wanted, Bug Brothers ou Powers, nous avons, à portée de main, une fantastique bibliothèque. Qui n’a jamais été aussi riche. Qui n’a jamais été aussi prometteuse.
Et ce blog n’en est qu’un reflet très imparfait.
Je peux espérer vous donner l’envie de vous plonger dans cet univers. Au travers de résumés, d’analyses, de décryptages et de conneries à ma sauce. Mais l’essentiel est ailleurs. Il est dans les pages. Dans l’encre. Dans les yeux de ces personnages si fascinants. Et si je gesticule, si je tapote mon clavier, si je passe des heures à tenter d’attirer votre attention, c’est parce que je crois, profondément, que ce moment magique, où auteurs et lecteurs se rejoignent, vaut vraiment le coup. Et comme tous les gens qui cèdent plus facilement à la surexcitation qu'au calcul, je ne suis pas du genre à faire profil bas quand j’ai de l’or entre les mains. Je gueule, je gueule et je gueule encore, en souriant, et en espérant que quelqu’un va surgir de nulle part et être ébloui au moins autant que moi. Et tous les deux, cet(te) inconnu(e) et moi, un peu gênés, notre pépite dans les mains, nous nous regarderons et, par la magie des planches, nous nous sentirons, sinon moins seuls, du moins presque…proches.
Parce que, le secret de l’écriture, du dessin et de l’art en général, ce n’est pas tant de permettre à certains gougnafiers (du forum Panini ? ;o)) de se pavaner comme s’ils avaient compris jusqu’au trognon tous les auteurs. Les andouilles n’ont pas besoin de l’art pour cabotiner, je ne m’en fais pas pour eux. Non, le but véritable, de toute œuvre digne de ce nom, c’est de réunir les plus grandes faiblesses et d’en faire une force. De rapprocher les larmes et d’en faire une simple liqueur, un peu relevée, arrosant les sourires communs.
Je ne crois pas en l’Homme. Ni en la politique. Et pas vraiment en Dieu.
Mais je crois en l’Art.
C’est une richesse que l’on peut partager sans jamais craindre qu’elle ne se raréfie.
Et surtout, c’est un bien précieux qui n’enrichit pas au hasard.

Voilà un fort long discours de 500ème ! Veuillez excuser mes doigts trop bavards. ;o)
Pour ce qui est de l’orientation générale, je pense accorder de plus en plus de place aux TPB par opposition aux revues kiosque ainsi qu’une toujours très large place aux comics extérieurs à la maison Marvel. Je continuerai à proposer, de temps en temps, des entretiens avec des acteurs de la scène comic, du moins tant que je continuerai à trouver des gens suffisamment aimables pour répondre à mes questions (et suffisamment intéressants pour que j’ai l’envie de leur en poser).
Bref, l’avenir sera un peu pareil mais…un peu différent.
Pour l'instant, sachez que vous êtes plus de 450 visiteurs uniques à venir lire ce blog chaque jour. Plus de 14 000 internautes viennent ici, chaque mois. Parce qu'ils ont envie d'en apprendre un peu plus sur la dernière publication Marvel ou, peut-être, parce qu'ils sont mal redirigés par Google, qui sait. ;o)

J’ai eu la chance, dans ma jeunesse, d’être initié à la lecture avant que l’école et ses dogmes absurdes ne puissent m’en dégoûter. J’aimerais, si ce blog peut avoir une utilité réelle, qu’il montre à un seul gamin que l’on peut éprouver un plaisir réel, intellectuel presque autant que physique, à tourner des pages et à se faire son propre film, à aller à la rencontre des Plumes et des Crayons. Car à l’heure où beaucoup rêvent d’effets spéciaux ou d’images numériques, beaucoup oublient que la liberté véritable, d’un point de vue économique mais aussi intellectuel, se trouve dans les mots. Et dans eux seuls.
Je vous souhaite de très bonnes lectures et de fort belles rencontres.