14 septembre 2008

Du sexe et des capes

Aventures amoureuses, ton décalé et super-pouvoirs sont au menu de Ultra, publié en VF chez Delcourt en 2005. Ou comment se pencher sur les problèmes sentimentaux d'une héroïne.

Pearl Penalosa est une employée de l'agence Heroïne Inc. et partage son temps entre la lutte contre la criminalité et la gestion de son image. Car dans le monde hyper médiatisé de Spring City, la façon dont sont perçus les Capes compte presque autant, sinon plus, que leurs actes. Malgré sa réussite, la célèbre Ultra n'est pas totalement heureuse. Sa vie sentimentale, notamment, est un véritable échec. Il y a bien eu quelques super-héros dans son lit, mais Pearl rêve essentiellement d'un type normal. Qu'elle tenterait de ne pas estropier pendant leurs ébats...
Et si le déclic venait d'une diseuse de bonne aventure ? Certaines prédictions peuvent ébranler les plus invulnérables des filles.

Ce n'est pas la première fois que nous abordons ici le travail des frères Luna puisque j'avais déjà eu l'occasion de dire tout le bien que je pensais de leur excellente série Girls. Il est encore une fois question de filles avec Ultra, mais le côté thriller/épouvante laisse la place à une très agréable comédie de moeurs.
Le scénario et les crayonnés sont signés Joshua Luna, les dessins et la colorisation sont l'oeuvre du frangin, Jonathan Luna. Graphiquement, l'on va retrouver les mêmes qualités et défauts que pour Girls : colorisation très douce et agréable, visages trop semblables et affublés parfois de moustaches ou cheveux ressemblant à des postiches. C'est évidemment l'histoire et l'originalité de son traitement qui constituent le réel intérêt de ce comic. Les Luna y abordent, avec humour, les difficultés relationnelles entre hommes et femmes (l'aspect super-héroïque n'étant pas vraiment essentiel ici) et en profitent même pour égratigner au passage quelques institutions, comme les media et leurs "pouvoirs" démesurés. La quatrième de couverture cite la série "Sex in the city" comme référence (je suppose que c'est une coquille et qu'il s'agit bien de Sex AND the city). S'il y a bien le point commun des sorties et papotages entre filles, les Luna apportent en plus une tendresse et une fragilité particulières qui ne me semblent pas être présentes dans la série précitée (mais je peux me tromper, j'avoue avoir une préférence, en matière de série TV, pour The Sopranos ou The Shield, plutôt que pour les anecdotes new-yorkaises des pintades jacassantes ;o)).

L'action n'est tout de même pas totalement absente de cette saga. On se surprend même parfois à avoir franchement peur pour certains personnages (d'autant qu'il ne s'agit pas d'une on-going mais d'une maxi en 8 épisodes). Les chapitres sont entrecoupés d'articles ou de couvertures de magazines ainsi que de pubs mettant en scène les héros, des éléments qui semblent, finalement, totalement logiques (comment la presse et l'industrie pourraient-elles passer à côté de l'impact des surhumains s'ils existaient ?) et permettent de crédibiliser l'univers dépeint.
Vie privée, obligations professionnelles et aléas purement héroïques s'imbriquent en tout cas parfaitement dans ce petit cocktail s'avérant aussi piquant qu'il peut être doux à l'occasion.

Au final, voilà un livre qui conviendra autant aux habitués des Masques qu'aux lecteurs cherchant à s'éloigner des sentiers battus, notamment grâce à une écriture et une colorisation de qualité qui rattrapent largement les petits défauts des trognes. ;o)
L'ouvrage contient les covers originales et un petit sketchbook. Pour moins de 17 €, voilà un investissement dont le rapport qualité/prix et même plaisir/prix joue largement en faveur de l'achat.