04 septembre 2008

Messiah Complex

Le crossover mutant débute ce mois dans le X-Men #104. Le Complexe du Messie tient-il ses promesses ?

Depuis le jour M, les mutants sont une espèce en voie d'extinction. Le gène X a été éradiqué de la surface de la terre, seule une poignée de mutants a été épargnée. Les rescapés, autrefois destinés à hériter de la terre, sont condamnés à disparaître. Le temps de l'Homo Superior semble fini avant d'avoir réellement commencé. Pourtant, alors que les X-Men semblent résignés, voilà que Cerebra, l'appareil du professeur Xavier, détecte la présence d'un nouveau mutant en Alaska. Un mutant si puissant qu'il détraque la machine.
Envoyés sur place, Wolverine, Cyclope, Emma Frost et leurs collègues découvrent la petite ville de Cooperstown en flammes. Les Purificateurs, une dangereuse secte anti-mutant, et les Maraudeurs de Sinistre se sont affrontés, ne laissant que des ruines sur leur passage. Pire, tous les bébés de la ville ont été exécutés. Car ce mutant, contrairement à la règle qui veut que le gène responsable de la mutation ne s'active qu'à l'adolescence, est un nouveau-né. Il incarne le changement, l'espoir, la vie... et pour s'en emparer ou l'anéantir, beaucoup sont prêts à endosser la responsabilité d'un nouveau Stamford.

Après House of M et la réduction drastique des rangs de nos mutants, il était évident que la situation n'en resterait pas là. Après le long (et peu utile) Endangered Species qui faisait office d'introduction, voilà que nous rentrons dans le vif du sujet avec ce Messiah Complex. Cette revue contient les deux premiers épisodes. Le crossover, lui, s'étendra jusqu'en décembre à travers les mensuels X (Astonishing X-Men et X-Men).
Le scénario est laissé aux bons soins de Ed Brubaker, les dessins sont signés Marc Silvestri & Billy Tan. On retrouve Frank d'Armata à la colorisation, ainsi que, entre autres, Danny Miki à l'encrage, une association particulièrement efficace que l'on a pu voir à l'oeuvre avec Finch sur Moon Knight par exemple. Visuellement, il faudrait être difficile pour faire la fine bouche. Ici, pas question de se la jouer clair-obscur et "ambiance suggérée", le but est d'en mettre plein la vue et il est atteint. C'est beau, propre, très travaillé, bref, un régal.

Pour l'histoire en elle-même, difficile de juger sans avoir lu l'intégralité, néanmoins, ça part plutôt bien. Déjà, on comprend tout. Je sais que c'est un peu bizarre comme "point positif", mais il se trouve que les séries X figurent, parfois (ça dépend des arcs et des auteurs), parmi les plus complexes à suivre (même pour moi, sisi) : personnages très nombreux, action confuse, textes abscons ou mal traduits, ellipses hasardeuses, bref, il n'est pas toujours évident de s'y retrouver. Là, à moins de débarquer pour la première fois en terres mutantes, c'est limpide.
Question personnages, on retrouve les principaux (déjà cités plus haut), plus Angel par exemple (qui concurrence ici Logan en ce qui concerne les poses classes qui en jettent !) et quelques invités issus de X-Factor : Madrox, Rictor et Layla Miller. L'incorporation des éléments secondaires semble se faire petit à petit, tant mieux, l'on évite ainsi la grosse foire d'empoigne. Les attitudes et réactions semblent également assez cohérentes par rapport aux évènements récents. Cyclope est plus à l'aise dans son rôle de chef et il se permet même de remettre - dans une scène assez jouissive - Charles Xavier à sa place. Le lecteur assidu n'aurait de toute façon pas bien compris qu'il en fût autrement. Ceux qui, comme moi, sont devenus des inconditionnels du Madrox de Peter David peuvent également se réjouir de sa présence et du rôle important qu'il semble maintenant tenir au sein de la communauté mutante (un peu normal vu la "petite" équipe qu'il dirige).

Bon, comme d'habitude, on va vous dire que c'est LE binz qui va révolutionner tout, cette fois, c'est sans doute, au moins en partie, vrai. On a en tout cas très envie de lire la suite, ce qui est bon signe.