21 octobre 2008

House of M : Avengers

Le Marvel Heroes hors série #3, paru aujourd'hui, revient sur l'épopée House of M et s'intéresse plus particulièrement à la résistance sapiens conduite par Luke Cage.

Le monde est dominé par la Maison Magnus. Les mutants, autrefois minoritaires, ont pris le pouvoir sur presque la totalité du globe. Aux Etats-Unis comme ailleurs, il ne fait pas bon être un sapiens. Les discriminations et brimades sont nombreuses, la vie de plus en plus dure.
Mais du ghetto où sont parqués les humains, un homme, et avec lui un vent de révolte, vont se lever. Luke Cage rassemble des combattants, corrige certaines injustices, parvient à unifier les gangs et, surtout, incarne maintenant l'espoir.
Sur les murs, des A commencent à fleurir. Car pour les opprimés, ces êtres d'exceptions qui prennent leur défense ont maintenant un nom. Avengers. Pour la police et le FBI, acquis à la cause mutante, il s'agit maintenant d'éliminer ces dangereux agitateurs. Et pour cela, tous les moyens seront bons. Même les pires.

Voilà une publication qui peut paraître étonnante puisqu'elle a lieu deux ans après House of M. Panini n'est pas en cause car cette mini-série date, en VO, du début de cette année. Il s'agit là de revenir sur la formation de l'équipe de Luke Cage (vite expédiée dans la série principale de l'époque) et de conter l'âpre lutte qui l'opposa aux forces de l'ordre. Le scénario, excellent et sans temps morts, est signé Christos N. Gage dont on connaît déjà les qualités (il a officié sur Avengers : The Initiative, WWH : X-Men ou encore le magnifique Captain America/Iron Man : Rubicon). L'histoire fait référence, par certains côtés, à la lutte menée aux Etats-Unis contre la discrimination ou encore à la Résistance pendant la deuxième guerre mondiale, pourtant, c'est presque un polar, musclé, tendu, que Gage nous livre ici. Avec, bien sûr, son lot de trahisons, de meurtres et de retournements de situation.
Les protagonistes principaux, en plus de Cage, sont Iron Fist, Moon Knight ou Hawkeye mais d'autres persos, comme le Punisher ou Black Cat, sont très bien utilisés dans le contexte et permettent de contenter les fans tout en ne rendant pas le récit plus obscur pour autant pour les nouveaux lecteurs. Surtout, l'auteur évite le simple affrontement entre figures connues et parvient à construire une trame intelligente et passionnante.

Le dessin est de Mike Perkins, irréprochable, d'autant qu'il a su retranscrire avec talent les différents looks des personnages à travers le temps, l'affrontement s'étalant sur de nombreuses années (mais avec en fait deux époques principales). Voilà l'occasion de revoir Cage avec son ancien "costume" (sa vieille chemise jaune ouverte jusqu'au nombril) avant qu'il ne daigne se fringuer de manière moins ridicule. ;o)
Niveau traduction, c'est assez médiocre. Encore et toujours la fameuse confusion entre futur simple et conditionnel présent (il est temps d'investir dans un Bescherelle peut-être, surtout lorsque l'on ne maîtrise pas des temps aussi basiques, c'est quand même pas compliqué de se foutre une bonne fois dans le crâne que "je mettrai", au futur, ça prend pas de "s" !). Plus gênant, il y a parfois des fautes de sens, comme lorsque le Punisher remercie les Vengeurs de l'avoir "aidé à fuir le Wakanda" alors qu'ils l'ont aidé à quitter en fait les Etats-Unis pour se réfugier, justement, au Wakanda. Si le traducteur s'intéressait à l'histoire qu'il a entre les mains, de telles confusions seraient impossibles. Evidemment, quand on fait du phrase par phrase dans l'idée de bâcler au plus vite pour ne pas rater Julien Courbet ou je ne sais quel match de foot, c'est sûr que c'est plus dur de se concentrer. Hmm ? Je suis sévère ? Ben oui mais un comic, ce n'est pas un roman, il y a très peu de texte à traduire et parvenir à se planter autant et aussi souvent, c'est tout de même ahurissant.

Une excellente histoire qui aurait eu plus d'impact en étant publiée plus tôt mais dont il serait dommage de se passer tant elle est bien menée. Sans doute d'ailleurs le meilleur tie-in HoM.

ps : un petit mot pour signaler que le deuxième tome de Gamekeeper est disponible. Je suis étonné de ne l'avoir vu dans aucune librairie (par chez moi) et, comme j'avais plutôt apprécié le premier volume, je tenais à signaler cette suite, toujours chez Fusion.