19 octobre 2008

Ultimate Iron Man II : Stark, père & fils

Cela aura été long mais la deuxième mini-série consacrée aux origines de Iron Man vient de paraître dans le Ultimates hors série #6. Armures, terroristes et petit complot sont au menu.

Son père arrêté et expédié en prison pour un crime qu'il n'a pas commis, le jeune Tony Stark se retrouve propulsé à la tête de l'entreprise familiale. Prouver l'innocence de son paternel ne va pas être son seul souci puisque le gouvernement, persuadé que Iron Man est un robot, exige qu'on le lui remette afin de nettoyer un nid de terroristes. Tony se doit donc de participer secrètement à l'opération et, ce faisant, découvre que plusieurs bombes atomiques ont été placées à New York et Washington...
Du pain sur la planche donc pour le jeune homme qui, heureusement, peut compter sur un étrange pouvoir qui permet à ses membres de repousser lorsqu'ils sont sectionnés. Pratique, d'autant que Tony va vite prendre l'habitude de se retrouver à proximité de tout un tas de machins qui explosent.

Peut-être ne vous souvenez-vous pas de la première mini-série consacrée à notre tête de fer, si c'est le cas vous serez aisément pardonnés car sa publication en VF remonte tout de même à plus de deux ans (juillet 2006). A l'époque, il avait été demandé au romancier Orson Scott Card (il a écrit de nombreux romans mais pour l'anecdote, sachez que c'est lui qui a assuré la novellisation du film Abyss, de Cameron) de revisiter les pourtant récentes origines ultimate d'Iron Man, remplaçant ainsi celles que Bendis avait mises en place dans ses Ultimate Marvel Team-Up. Il s'agit ici de la suite directe de ces premiers évènements qui dévoilaient, entre autres, comment Stark fils se voyait refiler un virus modifiant son ADN et permettant à son corps de se régénérer très rapidement (coup de bol, nous quand on choppe un virus, on se mouche toutes les cinq minutes pendant deux semaines et on crache des machins verts gluants, lui il a les jambes qui repoussent !). Stark père, lui, se faisait dérober sa société par Zebediah Stane, un rival sans grande morale affublé, en plus, d'un insupportable rejeton du nom d'Obadiah.

L'histoire est plutôt agréable à lire même si elle semble par moment plus embrouillée et moins fluide que les premiers épisodes. Certaines scènes, pourtant gourmandes en planches, laissent perplexe quant à leur pertinence (et ne sont pas toujours très claires). Faut-il y voir un manque d'expérience du scénariste ? Eventuellement, d'autant que la mini, prévue en quatre chapitres à la base, a été rallongée d'un épisode à sa demande. Le résultat final est tout de même très largement satisfaisant, avec des personnages savoureux et quelques traits d'humour pour pimenter le tout.
Pour le dessin, nous sommes en terrain connu avec Pasqual Ferry (Ultimate Fantastic Four) qui s'en sort fort bien mais a dû laisser la place, pour les dernières pages de l'épisode final, à Leonardo Manco. Ce brave Ferry n'a pas été viré, il n'est pas non plus parti précipitamment en vacances, il a simplement été obligé de se consacrer à un autre travail, en l'occurrence l'adaptation de Ender's Game (La stratégie Ender, publié chez J'ai Lu), un roman de...Orson Card dont la version comics sera éditée par...Marvel.

Un Ultimates hors série, ce n'est pas si courant, celui-ci possède suffisamment de qualités pour séduire au-delà des seuls fans du célèbre Iron Man. Et pour une fois que l'on voit Tony sans son bouc...

ps : ajout de Quicksilver dans les Figurines Marvel.