17 décembre 2008

Derniers Chapitres pour Annihilation : Conquest

Le Marvel Universe #12 de décembre accueille la fin de la saga Annihilation : Conquest et la suite des aventures de Nova.

Ultron, à la tête du Phalanx et de ses Elites, a déjà vaincu l'empire Kree mais sa soif de conquêtes n'en est pas pour autant épanchée. Son but ultime est la planète d'origine de son créateur : la Terre.
Alors que Nova atteint Kvch, le monde de la Technarchie, à la recherche d'informations sur le Phalanx, Ronan l'Accusateur s'apprête à "libérer" son peuple en le faisant massacrer (c'est radical comme libération !) par 15 000 sentinelles kree préservées du virus qui a fait tomber toutes les autres machines. Du côté de Star-Lord et de son groupe de résistants, tout ne va pas pour le mieux non plus, plusieurs membres de l'équipe étant obligés de se sacrifier pour mener leur mission à bien. Rien ne semble en mesure de stopper Ultron et ses forces. L'avenir de l'univers entier se joue maintenant dans cette dernière confrontation.

La revue débute avec le premier annual consacré à Nova suivi des épisodes #11 et #12 de la série régulière. Toujours Dan Abnett & Andy Lanning au scénario ainsi que Paul Pelletier au dessin (ainsi qu'une flopée d'autres dessinateurs sur l'annual). Graphiquement, l'on continue à en avoir plein les yeux avec des planches parfois magnifiques et très inspirées. Les amateurs de trip cosmique devraient en avoir pour leur argent. Sur le plan de l'histoire, on retiendra surtout un petit retour plutôt sympa - mais assez bref - sur les jeunes années de Richard Rider. Des bribes de souvenirs en fait, arrachés à l'esprit de Rider par le terrible virus qui met à mal son organisme.
Le final d'Annihilation : Conquest possède son lot d'actes héroïques et d'effets pyrotechniques. Les auteurs (les mêmes que sur Nova) nous apprennent, d'une manière un peu facile, comment Ultron s'est retrouvé à la tête du Phalanx. Il est même fait référence à la récente bataille ayant opposé le dit Ultron aux Mighty Avengers (dans Marvel Heroes), le robot sans gêne avait même pris possession de Tony Stark pour l'occasion. C'est cette fois Tom Raney qui se retrouve aux crayons. Là encore le style est joli et efficace.

Beaucoup de personnages et même de civilisations différentes pour cette conclusion qui manque un peu d'émotion pour être totalement réussie. Groot et Rocket Raccoon (cf Marvel Universe #10) restent, de loin, les personnages les plus originaux. A la fois drôles et touchants, l'on ne peut que regretter qu'ils ne soient pas plus utilisés. Spectre aussi d'ailleurs, nouveau venu prometteur (que l'on nous avait longuement présenté dans le Marvel Universe #9), se fait plutôt discret. Bon, il faut dire qu'il y a pas mal de "vedettes" à gérer et que les seconds rôles ont forcément du mal à se faire une place.

La petite virée spatiale habituelle, de bonne qualité sans être exceptionnelle. Si le côté space opera reste spectaculaire, il manque au récit quelques touches plus intimistes qui lui auraient permis d'échapper à une certaine froideur.

ps : le prochain article sera consacré à l'énorme Omnibus, publié récemment, qui accueille la deuxième partie de la Saga du Clone de notre brave Tisseur.