26 janvier 2010

Dark Reign : Elektra

Nouvel hors série chez Panini avec le Marvel Heroes Extra #1 qui est consacré au retour d'Elektra.

Nous le savions avant même le début de Secret Invasion, Elektra avait été enlevée et remplacée par un skrull. C'est d'ailleurs elle - ou plutôt son double - qui avait permis aux New Avengers de découvrir le complot orchestré par les extraterrestres. Comme tous ceux qui avaient été enlevés, la jolie mercenaire est de retour sur terre et fait déjà l'objet d'une attention toute particulière.
D'abord protégée par Stark, elle tombe entre les mains de Norman Osborn pour ensuite être victime d'une tentative d'assassinat. Quelqu'un a en effet engagé le Paladin pour la supprimer. Pas aussi facile qu'il n'y paraît car ses vacances forcées n'ont pas diminué l'habileté de la jeune femme dans le maniement des armes.
De nombreuses énigmes entourent notre amie grecque. Pourquoi a-t-elle été la seule prisonnière torturée par les skrulls ? Qui veut absolument se venger d'elle et pourquoi ? Et personnellement je rajouterais : puisque c'est une tueuse professionnelle et que ce genre de boulot réclame un minimum de discrétion, pourquoi s'habille-t-elle tout le temps en rouge ?

Ce nouveau trimestriel contient donc les cinq épisodes de la mini-série Dark Reign : Elektra. Le scénario est de Zeb Wells (Amazing Spider-Man, Venom : Dark Origin, SI : Who do you trust ?, CW : Young Avengers & Runaways), les dessins sont de Clay Mann.
Le récit, sans être d'une importance capitale, est très ancré dans la continuité. On retrouve d'ailleurs en guests Osborn, Foggy Nelson, l'Infirmière de Nuit, Wolverine et surtout Bullseye (l'actuel Hawkeye) qui s'offre une petite traque histoire de voir s'il peut tuer Elektra une deuxième fois. Oui, il l'a déjà tuée mais là elle va mieux (elle avait été ramenée à la vie par la Main). ;o)
Attendez-vous donc à quelques combats bien sanglants (en même temps, quand on dit "Wolvie, Bullseye et Elektra", y'a comme un côté tranchant dans l'air). Les questions soulevées plus haut trouvent leur réponses, l'histoire se lit plutôt bien même s'il manque un petit quelque chose, comme un soupçon d'humanité au personnage d'Elektra, pour être pleinement efficace. Il est vrai que la froideur et le côté silencieux de la guerrière ne jouent pas en sa faveur. Même si elle ne manque pas de classe, elle aura bien du mal à inspirer autre chose au lecteur qu'une crainte respectueuse.
Un peu dommage.

Une mini-série sympathique mais certainement vite oubliée.

ps : à venir dans les prochains jours ; le tome #15 du Punisher (avec une nouvelle équipe créative), une chronique sur la série Sleeper et une petite critique du Patrouilleur de Pierre Minne, série dont on verra si elle parvient à me réconcilier avec les "french comics". ;o)