03 août 2010

Spider-Man : des Filles et des Vilains

Sortie aujourd'hui du Spider-Man #127, avec notamment un Caméléon endossant le rôle de Peter Parker.

Dans les épisodes du mois dernier, nous assistions à l'apparente élimination de Peter Parker, capturé par son vieil ennemi, le Caméléon. Ce dernier s'est donc substitué à notre héros si empoté. Il est d'ailleurs stupéfait de constater à quel point la vie de Peter semble étrange. Il n'est entouré que de jolies filles mais ne sort avec personne, sa chambre est parfaitement impersonnelle, comme s'il n'y passait que fort peu de temps, certains de ses amis semblent lui en vouloir... bref, le bilan n'est pas glorieux.
Du coup, notre brave Caméléon décide de faire un peu le ménage dans tout ça. Il va notamment commencer par se rabibocher avec Michelle Gonzalez (la colocataire de Peter) en la séduisant.
Toujours un excellent Fred Van Lente aux commandes, secondé au dessin par Robert Atkins, Barry Kitson, Javier Pulido et Luke Ross.
Le scénariste continue de mettre en scène un Caméléon revisité et bien plus intéressant que par le passé. Outre le côté serial-killer développé dans les derniers épisodes (cf cet article), l'on découvre ici un autre aspect de sa personnalité : le criminel, lorsqu'il usurpe une identité, adore "rendre service" à ses victimes, en influant sur leur vie. Une fois les grandes lignes de leur personnalité assimilées, il prend des décisions à leur place, sans aucune crainte évidemment des retombées. Voilà une manière d'écrire le personnage qui se révèle inventive et habile, assez éloignée en tout cas de l'espèce de "sous-Fantomas" que l'on connaissait.

Bien entendu, l'on retrouve également Mary Jane. Pas de doute possible, celle-ci connaît donc l'identité secrète de Spider-Man et n'a donc pas été touchée, comme le reste de la population, par l'effet Mephisto (cf cet essai sur le sujet). Pas complètement en tout cas.
Cela donne lieu à des situations amusantes, Peter ignorant, lui, qu'elle sait.
L'on apprend également les raisons du retour définitif de MJ à New York. En apparence, elle vient animer une émission de télé-réalité sur la mode, mais en fait, au contraire de Peter dont l'assassinat de son oncle a modifié toute la vie, elle ne souhaite pas laisser un unique moment peser sur son existence entière. Voilà une attitude bien plus saine psychologiquement que celle du "neveu à sa tantine". Peut-être aussi une manière subtile de critiquer l'éternel retour scénaristique aboutissant aux mêmes pleurnicheries égocentrées de Spidey.
Décidemment, il devient de plus en plus sympathique ce Van Lente. ;o)

Brian Reed prend également part à l'écriture de la fin du dernier épisode. Yanick Paquette en profite pour rentrer en scène au niveau des dessins. Rapide et légère allusion à Raptor et Ben Reilly. Rappelons que ce gars avait déboulé au mariage Jameson/Reilly en prenant Peter pour son clone (cf Spider-Man #125). Quant au fameux clone, censé être mort depuis un bail tout de même, si vous ne le connaissez pas, vous pouvez jeter un oeil aux chroniques concernant la fameuse saga qui lui est consacrée (partie #1, partie #2).
Pour ce qui est du reste du récit, pas de surprise, Peter se prend un râteau. Il faut dire qu'il avait rencard avec une nana et qu'il s'était mis en tête d'y aller costumé pour ne pas dévoiler son identité... du coup, il ne peut pas l'emmener boire un verre quelque part, ni même simplement se balader en ville. Et dire qu'il est censé avoir un QI au-dessus de la moyenne. ;o)
Sur les conseils de Harry Osborn, il va même s'inscrire à un site de rencontre sur le Net. Que de temps gaspillé ! Comme l'a remarqué le Caméléon (et Van Lente à travers lui), ce ne sont pas les rencontres qui manquent, il a des jolies nanas dans tous les coins le pauvre Peter. Ce qui lui manque, c'est la volonté de passer à l'acte. La drague, c'est pas son truc. Il est coincé au dernier degré, c'est à se demander comment il a pu sortir avec une fille et même réussir à se marier ! Encore que, si l'on se souvient bien, quand sa tante voulait absolument lui présenter Mary Jane, il a tout fait pendant un moment pour l'éviter.
Quand je vous disais que c'était pas son truc...

Un très bon numéro, dominé par un Van Lente parfaitement à l'aise sur la série.



ps : un petit mot sur les dates de sorties annoncées pour ce mois.
Apparemment, toutes les publications librairie sont prévues pour... le 25 août !
Ce qui laisse 6 jours pour lire et chroniquer : Spider-Woman, Daredevil, The Hood, The Authority, Batman : Year One, The Boys, Ultimates, Dante's Inferno et j'en passe. Alors que pendant plus de trois semaines, il faudra se faire les dents sur le kiosque seul.
C'est vraiment très bien pensé. A la Panini quoi.