18 septembre 2010

Siège : prologue et régime minceur

Mini-prologue pour Siège, le futur évènement Marvel, dans le Dark Reign Saga #4.

J'évoquais hier les nombreuses références au futur event important dans le dernier Marvel Icons, nous entrons presque dans le vif du sujet avec ce très bref prologue.
L'on commence par Siege : The Cabal, un épisode écrit par Brian Michael Bendis et dessiné par Michael Lark. Comme son nom le laisse supposer, ce chapitre tourne autour du petit groupe réuni par Norman Osborn et remanié depuis le départ d'Emma Frost et Namor. Taskmaster a du coup gagné sa place à la table des grands (ou bien il joue le bouche-trou selon les points de vue).

La rencontre est plus que tendue entre Osborn et Fatalis, dont on connaît le caractère entier. Comme l'indique assez clairement l'illustration, la conversation ne reste pas longtemps courtoise et Norman utilise même son fameux joker dont on n'a toujours pas découvert le visage. Toutes les hypothèses restent ouvertes. Pour le reste des protagonistes, Loki et Sentry sont présents et jouent un rôle important.
L'introduction s'avère sympathique et le rythme soutenu, mais nous sommes encore loin d'avancer vraiment. Une mise-en-bouche disons. Ou plutôt une mise-en-oeil, l'ingestion de comics n'étant pas conseillée.

Le reste de la fort mince revue se divise en deux parties. Une scène, toujours de Bendis mais cette fois illustrée par Lucio Parrillo, qui montre Loki en train d'expliquer à Osborn la conception asgardienne de l'univers. Un petit rappel joliment mis en images.
Le reste est en fait constitué de fiches de personnages rappelant brièvement leurs origines. L'on retrouve ainsi de petits topos sur Spider-Man, Wolverine, Captain America, Iron Man, Sentry, Wolverine, Bucky, Loki, Fatalis, Arès, Hood et Osborn, alias le Bouffon Vert. Très utile pour les nouveaux lecteurs, surtout à la veille d'une saga importante. Pour les plus anciens, évidemment, cela sera à ranger dans le superflu. Avec seulement 47 planches pour 4,20 euros, ce trimestriel n'était déjà pas à classer parmi les bonnes affaires du mois, mais si l'on enlève en plus les 12 planches de présentation des personnages, il ne reste alors plus que 35 pages de récit. Pour des raisons économiques, il n'était sans doute pas possible de baisser le prix, mais une solution toute bête consistait à mettre un peu plus d'éditorial. Par exemple, Panini se lance dans une sorte de résumé vite bâclé (sur HoM, CW...) en troisième de couverture, alors que cette chronologie aurait pu avoir plus de gueule sur 4 ou 5 pages, avec quelques illustrations. Apparemment c'est trop demander. Ah ben c'est sûr, ça supposerait un peu de travail, quand on n'est pas habitué, ça peut laisser des séquelles. On s'en voudrait de leur causer une méningite.
Toujours le service minimum donc, dans la droite ligne du Panini Way. A comparer avec l'excellente revue Les Chroniques de Spawn, de Delcourt, dont le dernier numéro propose même des planches en preview (celles de Chew, une série vivement conseillée), idée que bien entendu les vendeurs d'autocollants n'ont jamais eu, même pour soutenir de petites merveilles qu'ils ont préféré laisser couler dès le premier numéro par manque de communication...

Un prologue que l'on aurait aimé plus fourni, d'autant que les informations qu'il contient le rend presque indispensable pour les nouveaux venus qui souhaiteraient se mettre un peu à jour et découvrir une partie des forces en présence. Avec un boulot correct, l'éditeur en faisait un point d'entrée obligatoire. Mais rien n'est plus éloigné de "correct" que "Panini"...