02 janvier 2011

Fables : Peter & Max

Le premier roman issu de l'univers de Fables est maintenant disponible en français et s'intitule Peter & Max.

Les Piper sont une famille de musiciens itinérants. Ils passent leur temps sur les routes du royaume de la Hesse, passant de villages en hameaux à l'aide de leur roulotte branlante, tirée par leur fidèle mule. Johannes, le père, est le leader de la petite troupe. Il est accompagné par sa femme, qui joue du tambourin, et ses deux fils, Max et Peter. Max, l'ainé, est un bon musicien, mais son petit frère, bien que plus jeune, le dépasse déjà dans l'art subtil d'enchanter les foules par les mélodies qu'il tire de sa flûte à bec.
Lorsque Johannes fait don de la précieuse Givre - une flûte enchantée - à Peter, Max en est affreusement peiné. Quelque chose se brise en lui. Alors qu'il pensait que l'instrument lui revenait de droit, voilà qu'on lui vole ce qu'il considérait comme son bien !
Mais l'incident est vite relégué au second plan. En effet, des troupes étrangères viennent d'envahir le royaume. Pour les Piper et leurs amis, les Peep, c'est maintenant le temps de l'exil. A travers la Forêt Noire, les fuyards tentent d'échapper à la tyrannie. Ils ignorent, bien évidemment, que le plus grand danger viendra de leurs propres rangs. Dans les profondeurs des bois, Max rumine et imagine sa vengeance. L'adolescent blessé se transforme peu à peu en un monstre que plus rien n'arrêtera.
Pour Peter et la jolie Bo Peep, c'est le début d'un périple qui les conduira à devenir des criminels et à affronter un Max à la puissance démesurée...

Fables est une série Vertigo (cf cette chronique) écrite avec talent par Bill Willingham. L'auteur y réinvente les contes de notre enfance avec un ton et une approche résolument modernes. Cette fois, il ajoute une pierre de taille à son univers sous la forme d'un roman. Dès les premières pages, les éventuelles craintes sont immédiatement levées ; l'homme possède une plume habile et parvient sans peine à retranscrire l'essentiel de ce qui a fait le succès du titre.
Les personnages sont magnifiquement campés et possèdent des personnalités attachantes, un humour subtil et un fort potentiel dramatique. L'on navigue entre tendresse et cruauté, sans jamais verser dans la niaiserie ou l'horreur pure.
L'ouvrage alterne en fait intrigue actuelle et évènements anciens, peu à peu révélés. La partie située dans les Royaumes constitue tout de même l'essentiel du récit et devrait sembler familière aux habitués de certains jeux de rôle, avec Gobelins, sorcières et autres Guilde de Voleurs à la clé. Willingham cuisine des ingrédients connus mais (et c'est bien là l'essentiel) parvient à en tirer une recette unique, pleine de sensibilité et agréablement épicée.
Bien entendu, puisque l'on parle de flûte, vous aurez compris que l'histoire est inspirée de la légende allemande du joueur de flûte de Hamelin. Sa réinterprétation est suffisamment bien fichue pour que l'on oublie rapidement les vagues réminiscences de l'enfance pour se plonger dans de bien actuelles émotions. Seul léger bémol : la conclusion (dans le monde moderne), un peu trop rapide et manquant de panache. Rien toutefois qui puisse se révéler insurmontable tant l'ensemble est agréable et bien construit.

Alors, pour ceux qui ne connaitraient pas les comics Fables, pas d'inquiétude, ce roman peut se lire et s'apprécier de manière totalement autonome. Par contre, si vous avez comme projet de lire les BD (celles déjà publiées en VF), mieux vaut le faire avant puisque ce livre dévoile tout de même quelques évènements importants (pour éclairer un peu les habitués sans trop en dire, il se situe après le changement de maire et après un certain mariage retentissant).
Peter & Max est publié chez Bragelonne et est doté d'une très bonne traduction de Maxime Le Dain. L'ouvrage contient quelques illustrations de Steve Leialoha ainsi qu'une petite BD inédite de huit planches. Le tout fait plus de 350 pages et coûte 20 euros.

Willingham démontre avec aisance qu'il n'a pas besoin d'images pour nous fasciner, les mots suffisent largement à ce bougre de sorcier !
Un beau conte vivement conseillé, que l'on soit ou non lecteur de la série.