31 janvier 2011

Légendes de la Garde

La sortie du nouveau tome de Légendes de la Garde nous permet aujourd'hui de faire un petit tour d'horizon de la série.

Dans les Territoires se cachent des villages et cités qui échappent au regard des hommes. C'est là le domaine des souris. Sous la roche et les feuillages ou dans le tronc creux d'un vieil épicéa, toute une civilisation évolue, commerce et tente de se protéger des nombreuses menaces du monde extérieur.
Pour assurer la protection du petit peuple, la Garde a été créée. Ses membres servent d'éclaireurs, de guetteurs d'orage et de guides. Servant la communauté au péril de leur vie, leur courage et leurs prouesses sont devenus légendaires.
Liam, Kenzie et Saxon font partie de ce corps d'élite. Un jour, alors qu'ils partent à la recherche d'un marchand égaré au coeur de la forêt, ils découvrent l'existence d'un vaste complot. Quelqu'un tente de se procurer les plans de Lockhaven, la place forte qui abrite la Garde.
Le temps des combats est arrivé. Le temps de l'automne, là où tout semble rougir, s'écrouler et se dessécher lentement. Puis viendra l'hiver, qui glace les os et apporte famine et isolement.
Au terme de ces deux saisons, certains auront trouvé l'amour, d'autres la mort ou un destin. Et les Gardes auront fait honneur à un principe qui leur est cher : privilégier le bien de tous avant le leur...

Des souris dans une ambiance heroic-fantasy, oui, ça rappelle bigrement Mice Templar. Et effectivement, les deux oeuvres ont beaucoup de points communs, que ce soit le côté épique, la richesse des "nations" dépeintes et bien d'autres qualités, dont un univers graphique au charme certain.
Tout cela est issu de l'imagination de David Petersen, qui signe scénario et dessins. Le premier tome, intitulé Automne 1152, avait été traduit de l'américain et publié en 2008 par Gallimard. Cette fois, l'éditeur sort la suite, Hiver 1152. Il est plus simple de vous parler des deux en même temps, d'autant que le récit, bien entendu, se suit et que les deux volets sont tout aussi bien réalisés l'un que l'autre.
D'un point de vue visuel, les souris sont peut-être un peu moins expressives que celles de Mice Templar (je vais bientôt me spécialiser en rongeurs je crois), cependant, les décors sont souvent fort beaux et détaillés. La colorisation est également très réussie, permettant de plonger le lecteur dans des ambiances subtiles et différentes, donnant surtout tout leur cachet aux deux opus basés sur des saisons (et donc des couleurs) très différentes.
L'on passe d'immenses salles souterraines à de vastes étendues neigeuses ou encore à de petits recoins éclairés à la bougie, bref, c'est varié et l'on se surprend plus d'une fois à s'attarder longuement sur les planches.
L'histoire est déjà plus convenue (en gros, une lutte pour le pouvoir) mais il faut reconnaître qu'elle est parfaitement mise en valeur. La narration est efficace, l'auteur nous plonge rapidement au coeur de l'intrigue et les personnages prennent de l'épaisseur sur la durée et se révèlent plus complexes qu'il n'y paraît.
Surtout, Petersen a créé un monde crédible et passionnant, basé sur des concepts finalement assez logiques. Les souris n'étant pas (et de loin !) les animaux les plus effrayants, elles sont obligées de vivre dans des villes ou hameaux qui, par la force des choses, deviennent un peu leurs prisons. Pour assurer ravitaillement et communication entre les différents lieux, il était donc logique de créer une sorte de troupe capable de se débrouiller dans un environnement hostile. Différents problèmes d'ordre sociaux et politiques surviennent toutefois : le manque de coordination et de gouvernement central, mais aussi, dans le cas de villes spécialisées dans une production spécifique, une pénurie structurelle, concernant certains produits vitaux, qui oblige les souris à maintenir coûte que coûte leurs voies de communication ouvertes (tiens, je me rends compte que, de la manière dont je l'explique, ça a l'air chiant, mais en fait non, ça ne l'est pas du tout). ;o)

Du coup, le côté parfois déjà-vu des concepts relatifs à l'heroic-fantasy est largement gommé par des applications liées aux problèmes spécifiques des souris. Guerres contre les furets, tractations amicales avec les lièvres qui servent de montures "version TGV", relations tendues avec les chauves-souris qui, en raison de leurs ailes et de leurs poils, ne sont acceptées ni par les peuples de l'air (oui, les oiseaux donc) ni par ceux du sol (les mammifères), les idées ne manquent pas !
Chaque tome est divisé en six chapitres qui ont la particularité de tous commencer par un petit texte introductif permettant de faire le point sur l'histoire. Le récit est également parsemé de poèmes et chansons, souvent plutôt bien traduits d'ailleurs. Enfin, des annexes, présentes à la fin de chaque livre, reviennent plus en détails sur différents lieux ou métiers. Sans parler bien entendu des traditionnelles cartes, avec même parfois les itinéraires précis de groupes de personnages.
Le tout se présente en format carré, avec hardcover. Le tome #2 est tout frais mais le premier est bien évidemment encore disponible.

Une excellente série, tout public mais pas niaise pour autant, et qui se révèle à la fois touchante et très agréable à l'oeil.