18 août 2011

Les absurdités de la BD (partie 1 : franco-belge et manga)

C'est l'été, l'ambiance est à la détente, nous allons donc en profiter pour nous moquer (très) gentiment de certaines oeuvres bien connues, qu'elles appartiennent au genre roi (dit franco-belge) ou qu'elles proviennent du pays du soleil levant.

On commence par le "king", Tintin, gentil reporter à la houppette mondialement connue. Enfin, quand je dis "reporter"... vous avez remarqué que le mec travaille tout de même très rarement. Il fait bien quelques reportages à ses débuts (en URSS, au Congo...) mais, très rapidement, on sent que son rédac-chef lui a lâché la bride. Il a le temps de partir au Pérou pour sauver son ami Tournesol, quand il apprend l'accident de Tchang (dans Tintin au Tibet), il est déjà en vacances en train de se la couler douce, on l'embarque dans une expédition sur la Lune (ce qui prend un peu de temps quand même) sans que cela pose le moindre problème, bref, le personnage a inventé les RTT avant l'heure. S'il écrit peu, il lit tout de même la presse (pour voir les papiers des potes ?). C'est notamment en lisant un article qu'il décide, sans rien demander à personne, de retrouver une statuette volée (dans L'Oreille Cassée). Il ne sait vraiment pas quoi foutre en fait...
Certains ont spéculé sur son homosexualité, sans doute à cause d'une méconnaissance totale du principe de personnage asexué. Il est donc temps de rétablir la vérité. D'ailleurs, un jeune homme qui se désintéresse des femmes, vit sous le même toit qu'un marin barbu et participe à des aventures intitulées Les 7 Boules de Cristal, ne peut être soupçonné d'une quelconque tendance homosexuelle. 

Laissons ce pauvre Tintin respirer un peu et intéressons-nous à Buck Danny, célèbre pilote de l'US Navy. Voilà au moins un mec qui bosse ! Si tout le monde faisait comme lui, plus de problèmes liés aux retraites. Pensez un peu, il commence sa carrière après l'attaque sur Pearl Harbor, sur de vieux coucous, et, à l'heure actuelle, il est encore en activité, pilotant les avions les plus furtifs et modernes. Ah ben, il a bon pied bon oeil le gars. C'est plus ou moins le top de la formation continue.
Il monte également très vite en grade au fil des albums mais stagne depuis longtemps au grade de colonel. Savez-vous pourquoi ? Parce que les généraux ne pilotent pas. Imaginez un album Buck Danny dans lequel il serait général : arrivée au bureau à 9h00, paperasse, un petit café, quelques coups de fil, pause déjeuner, petite réunion de travail dans l'après-midi, un dîner mondain en soirée... ça limite tout de même les péripéties.

Tiens, en parlant de péripéties, vous connaissez le Club des Cinq ? Bon, à l'origine, il s'agit de romans, mais ils ont donné lieu à des adaptations en BD et même à des machins hybrides, mi-roman mi-BD, avec une page écrite, la suivante dessinée, et ainsi de suite (l'une des grandes idées à la con du monde de l'édition). Voilà quand même des jeunes qui n'ont pas de bol. Il suffit qu'ils mettent un pied dehors pour tomber sur des voleurs, des faussaires ou des trafiquants en tout genre. De vrais aimants à emmerdes ! Mais le pire dans tout ça, c'est les parents.
Ils sont totalement inconscients !
Leurs rejetons, ça fait quand même je-ne-sais-combien d'années qu'ils se coltinent malandrins et mecs louches en pagaille dès qu'ils font mine d'aller prendre l'air cinq minutes dans le jardin, mais c'est pas grave, ils leur autorisent tout.
Vous voulez partir seuls en camping dans une région isolée dont on ne sait rien ? Bien sûr, allez-y !
Quoi ? Vous voulez traverser seuls la France en stop ? Chacun de votre côté en plus, histoire de faire une course ? Ben, ouais, pourquoi pas ? Je pense que c'est une bonne idée. Allez-y !
Attendez, y'a jamais une assistante sociale qui s'est inquiétée là ? La plus jeune, Annie, n'a même pas 10 ans !
Bon, c'est vrai, c'était une autre époque. Dans le temps, t'avais le droit de t'écorcher les genoux, de te perdre en forêt, de manger des insectes ou de te faire enlever par un pédophile, c'était considéré comme plus ou moins formateur.

Dans le genre "autre époque", l'on peut aussi citer Les Tuniques Bleues, avec ces bons vieux Blutch et Chesterfield. La série se déroule pendant la guerre de sécession et oppose un petit caporal flemmard et antimilitariste à un sergent maladroit et bourré de principes. Elle a un côté très réaliste puisque les deux s'engagent en fait dans l'armée suite à une mémorable cuite (cf l'album Blue Retro). Oui, si vous avez déjà pris une bonne murge, vous avez dû vous rendre compte que l'alcool, outre un puissant effet désinhibant, possède la particularité de vous faire passer la pire débilité proférée comme l'idée du siècle. 
Du genre "tiens, si on s'engageait dans l'armée" (en pleine guerre en plus) ou "tiens, si j'allais faire le tour de la gendarmerie tout nu en chantant Etoile des Neiges" ou encore "je vais écrire un texto à mon enculé de patron histoire de lui sortir ses quatre vérités".
En général, le lendemain matin, la pertinence de l'idée apparaît tout de suite beaucoup moins évidente. C'est un coup à se réveiller dans une tranchée, une cellule ou à l'ANPE.

Mais, parfois, certains mecs n'ont pas besoin d'être bourrés pour devenir un peu... "lents" d'esprit. Dans Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque) par exemple, c'est un festival. Alors, en gros, pour ceux qui ne connaissent pas, Seiya, Shiryu, Hyoga et toute la bande sont des guerriers au service d'Athéna. Ils disposent notamment d'une force incommensurable provenant en fait de leur "cosmos" (un peu le Ki des arts martiaux, en plus cool). Suivant la spécialité de chacun, ils sont capables de porter des coups à une vitesse phénoménale (dépassant celle du son ou de la lumière même !), d'atteindre le zéro absolu (-273,15 °C, pratique en cas de canicule) ou d'inverser le sens d'écoulement d'une cascade !
Bon, a priori, quand vous baignez dans ce genre d'univers et que vous êtes au service d'une déesse, vous devriez être un poil blasé. Ben eux, non. Les mecs passent leur vie à s'étonner de tout. La réplique qu'ils utilisent le plus souvent, c'est "c'est impossible !".
Deathmask envoie l'âme de l'un d'eux dans une autre dimension : c'est impossible !
Saga est en fait le Grand Pope : c'est impossible !
Shaka n'a même pas besoin d'ouvrir les yeux pour nous botter le cul : c'est impossible !
Le P'tit Wrap est maintenant disponible en trois versions : c'est impossible !
Oui, Aphrodite, chevalier d'or des Poissons, est bien un mec : c'est impossible ! (heu, j'avoue, là j'étais étonné aussi)
C'est simple, dès qu'ils entendent un chat miauler, ils choppent la chiasse. D'étonnement hein.

Finalement, on finit par se dire que c'est Dragon Ball qui présente l'univers le plus réaliste. Un petit vieux (Tortue Géniale) avec un bouc, qui s'habille mal, se la pète un peu et lorgne sur des jeunes filles qui ont quarante ans de moins que lui, là je dis ok, on est raccord. On a d'ailleurs le même en France. Et il utilise aussi un pseudo : Johnny Hallyday.
Bon, j'arrête les frais. La deuxième partie - c'est de bonne guerre - sera consacrée aux comics.

Oh, et au cas où ce ne serait pas très clair, j'ai lu toutes les BD dont je parle, je les apprécie et j'en garde un excellent souvenir. ;o)