22 août 2011

Saint Seiya Deluxe Edition

La sortie ce mois du quatrième tome nous permet de revenir sur la nouvelle édition du manga culte Saint Seiya.

Doit-on encore présenter les fameux Chevaliers du Zodiaque ? La série de Masami Kurumada a connu un énorme succès grâce à des combats épiques, de l'émotion et quelques concepts astucieux (les armures liées aux constellations, le cosmos et les 7ème, 8ème et 9ème sens, etc).
Si des suites explorant la mythologie de l'oeuvre ont vu le jour (Episode G, The Lost Canvas...), la série principale, avec sa terrible bataille du Sanctuaire, l'affrontement contre Poséidon et ses Marinas, puis le grand final avec Hadès et ses Spectres, reste la plus mythique et bénéficie maintenant d'une réédition apportant diverses améliorations.

Tout d'abord, précisons que Kana a opté pour le sens de lecture japonais, ce qui est très bien lorsqu'on lit du japonais mais devient une idée absurde quand on lit une adaptation française. Il aura fallu Seiya et ses potes pour que finalement je cède à cette mode snobinarde idiote... arf.
Mais voyons cette nouvelle édition dans le détail. Tout d'abord, elle bénéficie d'une nouvelle traduction et d'un nouveau lettrage, permettant notamment de corriger certaines erreurs de sens (mais qui n'est pas exempte de coquilles, heureusement pas en très grand nombre pour le moment). Les différents volumes, qui sont plus épais que ceux de la collection antérieure (22 volumes permettront de couvrir la saga, contre 28 auparavant), proposent également de petits bonus : mini-posters reprenant des scènes clé ou covers de Weekly Shonen Jump
Le premier tome contenait même des parties colorisées, de manière plus ou moins habile. Si le début, en monochrome, est plutôt agréable à l'oeil, certaines planches, avec leurs couleurs vives et sans nuances qui rappellent le pire de la colorisation des années 60, sont proprement hideuses. Voilà qui apportera de l'eau au moulin des adeptes du noir & blanc qui en sont encore à croire que l'absence de couleurs est liée à une volonté artistique alors qu'il s'agit de contraintes (de temps et d'argent) qui n'existent plus pour des manga tels que Saint Seiya ou Dragon Ball, pour ne parler que des plus connus.
Notons que les schémas des armures qui terminent chaque ouvrage bénéficient également d'une touche de couleur, fort élégante cette fois.

Les deux principales qualités de cette édition tiennent cependant à deux autres éléments : le format, considérablement agrandi (14,5 x 21) et le papier glacé. Le confort de lecture en est vraiment amélioré, tout comme la sensation au toucher. Exit donc le côté cheap de l'ancienne version. 
Au niveau des couvertures cependant, toujours le même système peu pratique de jaquettes. Les couvertures souples situées en dessous sont un peu dépouillées et criardes (il est rare de réussir à produire les deux effets en même temps). Il y a bien un dessin qui permet de former une illustration plus grande lorsque l'on associe les livres par deux, mais on n'en voit pas bien l'utilité. Une fresque formée par le regroupement des tranches aurait été plus astucieuse.
Reste que pour que cette édition soit clairement définitive et propose un plus incontournable, il manque un vrai gros bonus comme le Taizen par exemple. Pour ceux qui l'ignoreraient, il s'agit d'un ouvrage encyclopédique,  qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, reste inédit en français (voici tout de même 10 ans que ce livre est sorti !). Il contient de nombreuses illustrations colorisées, un rappel des notions de base sur Athéna et ses Saints, des fiches de personnages, regroupées par classe, avec caractéristiques techniques, et même de magnifiques plans du sanctuaire, du sanctuaire sous-marin de Poséidon et des Enfers. Voilà de quoi largement faire un 23ème volume qui conclurait de belle manière l'épopée. Kana a 3 ans pour en acquérir les droits (étant donné que les tomes sortent tous les deux mois), ça doit pouvoir se faire... à moins que cela pose un problème technique dont je n'ai pas connaissance.

Une édition avec une colorisation partielle un peu gadget mais également de réels plus esthétiques liés au format et au papier.
Cultissime.





ps : je profite de ce sujet pour vous parler d'une collection de mini-figures Saint Seiya (environ 6 cm, socle compris) sortie il y a quelques années en deux sets (cf photos ci-dessous). Je sais qu'il existe un Grand Pope dans le même style mais je n'ai jamais réussi à mettre la main dessus. Si quelqu'un avait une piste, je serais très heureux de pouvoir en acquérir un. ;o)