15 septembre 2011

Scarface

Ascension et chute de Tony Guarino, gangster plus connu sous le nom de Scarface.

Les Guarino sont une famille d'immigrés italiens, comme tant d'autres. Alors que son frère s'engage dans la police, Tony, lui, commence à se faire un nom dans le milieu. Culotté, malin, il parvient à mettre en place une vaste entreprise de racket. Rapidement, il monte les échelons et devient le bras droit de son boss.
Jusqu'au jour où un meurtre l'oblige à se faire oublier quelques temps. Il part pour l'Europe et la guerre. Lorsqu'il revient, une cicatrice lui barrant le visage en guise de souvenir, il reprend tout naturellement ses anciennes activités, entraînant une guerre des gangs qui met Chicago à feu et à sang.
Guarino, devenu Tony Camonte, va devoir affronter le gang du northside mais aussi un flic intègre qui a décidé de déclarer la guerre à la mafia. Un italien, comme lui. Un certain Ben Guarino.

Scarface est l'adaptation, publiée dans la collection Rivages/Casterman/Noir, du roman éponyme d'Armitage Trail. Le scénario et les dessins sont signés Christian de Metter, qui avait déjà réalisé Shutter Island. L'on ne sera donc pas étonné de retrouver un style graphique identique.
L'auteur suit les pas d'un gangster (inspiré par Capone) qui progresse rapidement dans la hiérarchie et sait profiter de toutes les opportunités (dont l'interdiction de la commercialisation de l'alcool, véritable aubaine pour les gangs). L'ambiance de l'époque est plutôt bien rendue mais la bande dessinée se lit rapidement, trop rapidement peut-être. Certains éléments, pourtant intéressants, sont très peu développés, comme le passage sous les drapeaux de Guarino ou encore la confrontation avec son propre frère. La centaine de planches semble finalement bien peu tant les évènements finissent par être compressés, enlevant au récit une partie de sa force dramatique.
Pour le reste, l'on retrouvera bien entendu les traditionnels règlements de compte et autres séances de mitraillage en règle. Rien que du très soft cependant, l'auteur ne s'attardant pas sur le côté sanglant des scènes. Notons que l'aspect social des gangs, dans le contexte si particulier de l'époque, est également évoqué. 

Une histoire intéressante, des dessins sympathiques mais malgré tout une légère déception tant l'oeuvre paraît trop condensée pour pleinement livrer son pourtant réel potentiel.