16 septembre 2011

Trois Ombres : superbe et poignant !

Pas de comic pour aujourd'hui mais l'on ne perd rien au change puisque l'on aborde tout simplement l'un des chefs-d'oeuvre de la bande dessinée : Trois Ombres.

Louis et Lise ont un enfant, Joachim. Ils vivent heureux, à l'écart du monde, profitant de la nature et de leur petite maison douillette. Rien ne semble pouvoir briser ce bonheur fait de choses simples et de moments essentiels, comme les soirées au coin du feu ou les balades dans les bois.
Mais un jour, trois ombres apparaissent en haut d'une colline.
Ce sont des cavaliers.
Ils sont encore là le lendemain, et le jour d'après. Ils se rapprochent de plus en plus, scrutent la maison abritant la petite famille mais demeurent silencieux et insaisissables. Lise, effrayée, va tenter d'en savoir plus auprès de la vieille madame Pique. Celle-ci lui annonce une terrible nouvelle... les ombres viennent pour Joachim. Leur enfant va leur être bientôt arraché.
Louis ne peut se résoudre à accepter un tel destin. Bien décidé à sauver son fils, il part avec lui dans un long voyage destiné à semer ces ombres criminelles. Mais contre le destin, l'amour d'un père ne peut rien.

Delcourt, pour fêter ses 25 ans, a récemment réédités quelques ouvrages dont From Hell (du lourd donc) et, celui qui nous préoccupe aujourd'hui, Trois Ombres, publié dans la collection Shampooing (dirigée par Lewis Trondheim). Et ça, c'est une putain de bonne façon de fêter un anniversaire ! Parce que la claque que nous administre l'auteur, Cyril Pedrosa, est magistrale.
Les dessins, dont le style varie selon les scènes, possèdent un charme indéniable et renforcent le côté onirique du récit. Quant à l'écriture, c'est un modèle du genre.
Le pari était pourtant loin d'être gagné d'avance tant le sujet abordé, la perte d'un enfant, est grave et sérieux. L'auteur s'interroge sur l'absurdité de la mort, son inéluctabilité, mais également sur son refus ou encore le moyen de surmonter la perte d'un être cher. Rien de bien gai me direz-vous, et pourtant, grâce à un style aussi subtil que touchant, Pedrosa parvient à développer sa dramatique thématique avec tendresse, poésie et retenue. La touche fantastique, qui imprègne fortement l'histoire, est pour beaucoup dans la pudeur et la pourtant immense richesse du propos.

En effet, c'est à un long voyage initiatique et à une réflexion douce-amère que Pedrosa nous invite, en jouant sur l'atmosphère et l'expressivité de ses dessins. Les ombres par exemple, tout d'abord mystérieuses et inquiétantes, puis agressives, finissent par se révéler douces et innocentes, comme pour suivre en parallèle l'émotion des protagonistes, d'abord terrorisés, puis en colère et trouvant, enfin, la sérénité dans l'acceptation.
Même les margoulins, toujours prompts à se repaître de la douleur et du désespoir des autres, sont fort bien symbolisés ici.
Les personnages sont eux aussi parfaitement réussis, que ce soit la mère, d'une dignité et d'un courage ahurissants, le petit Joachim, attendrissant, ou le père, véritable vedette de l'ouvrage, qui malgré sa carrure imposante sera terrassé de chagrin.

C'est bien simple, ce roman graphique, de 268 planches, est une pure merveille. Et s'avère très bon marché (moins de 20 euros). Le sujet est sérieux mais son traitement (qui s'inscrit un peu dans les pas d'un Blankets) permet de le conseiller à tous les publics (et peut-être à certains journalistes qui pensent encore que le 9ème art est réservé aux gamins et aux attardés).
Bien sûr, c'est triste. Mais c'est d'une tristesse de papier qu'il s'agit. Et c'est bien là le but véritable des livres : dissoudre dans l'encre les pires saloperies de la vie pour tenter, sinon de les rendre belles, au moins de leur trouver un début de sens. Vous serez sans doute longtemps hantés par Trois Ombres une fois la dernière page tournée. Et je ne garantis pas qu'une petite poussière dans l'oeil ne vous obligera pas à faire une pause de temps en temps dans votre lecture. Mais au final, comme tous les bons auteurs, Pedrosa ne vous veut pas de mal et vous offrira un petit soupçon d'espoir en guise d'au-revoir. Une petite lumière, vacillante parfois, mais qui permet de dissiper les ombres. Au moins pour un temps.

Une oeuvre intelligente, belle et profondément émouvante.
Un auteur exceptionnel à découvrir d'urgence si ce n'est déjà fait.