27 avril 2011

True Blood : Bit-Lit, deuxième morsure

Sortie, ce mois, d'un comic tiré de l'univers de True Blood. Les vampires du vieux Sud conservent-ils leur mordant lorsqu'ils sont dessinés ?

Un petit mot tout d'abord pour ceux qui ne connaîtraient pas la série TV ou les romans de Charlaine Harris. L'histoire se déroule dans une petite ville de Louisiane, appelée Bon Temps, où humains et vampires cohabitent. Les dentus, dont l'existence est connue de tous, peuvent s'intégrer grâce à une boisson - le Tru Blood - à base de sang synthétique qui leur permet de se nourrir sans pour autant vider la factrice ou le garagiste du coin.
Bien entendu, certains vampires ont du mal à se contenter de faux sang en bouteille, mais d'autres, comme Bill Compton, se sont pris de sympathie pour les humains. Ce dernier file surtout le parfait amour avec Sookie, une serveuse sexy, télépathe et nunuche (plus que Buffy, sisi c'est possible) qui bosse dans un bar appartenant à un métamorphe, également amoureux de la petite blonde de service.
J'ignore ce que donnent les romans, mais l'adaptation TV se laissait regarder et possède un petit côté sulfureux dû à l'omniprésence de scènes assez chaudes.

L'adaptation BD dont il est question ici est tirée de la série et basée d'ailleurs sur une idée de ses créateurs, le producteur Alan Ball et les scénaristes Elisabeth Finch et Kate Barnow. Attention, eux, ils ramènent juste l'idée. Le scénario du comic est écrit par Mariah Huehner et David Tischman. Quant aux dessins, ils sont l'oeuvre de David Messina, assisté de Claudia Balboni.
Le résultat de cette association donne donc ce premier arc, All Together Now, qui ne possède pas de titre en VF et n'est pas non plus numéroté alors que, pourtant, IDW Publishing a prévu de sortir plusieurs tomes. L'intrigue se déroule au Merlotte's - le fameux bar évoqué plus haut - et met en scène tous les personnages principaux, que ce soit Sookie, Bill, Jason, Sam, Tara ou Lafayette. Ils sont bloqués sur les lieux par un vieux démon amérindien qui se nourrit de honte. Toute l'équipe est du coup invitée à confier ses plus douloureux secrets afin de satisfaire l'appétit de leur étrange invité.
Il s'agit donc de petites anecdotes, à l'intérêt inégal. Rien de bien extraordinaire, même si cela permet de fouiller un peu le passé des protagonistes (que l'on parvient à identifier sans peine) et de conserver une ambiance un peu coquine (bien moins tout de même que dans la série).

Pour un premier tome, l'on pouvait s'attendre à mieux. Il faut dire que les choix effectués (un seul lieu du début à la fin, des anecdotes racontées, des personnages nombreux) n'aident pas particulièrement à bâtir une intrigue solide et efficace. Les lecteurs qui ne connaissent pas déjà la série auront certainement du mal à trouver de l'intérêt à cet opus qui se révèle néanmoins, dans le genre, plus réussi que le récent Mercy Thompson.
Le prochain arc, Tainted Love, semble toutefois plus prometteur avec une intrigue basée sur du Tru Blood contaminé qui réveille l'instinct de prédateur des vampires et les transforme en fous furieux. A voir...

L'ouvrage contient les covers, des photos tirées de la série TV, une intro de Ball (hihi), la biographie de toute l'équipe artistique et le script détaillé des quatre premières planches. Niveau traduction, ça commence super mal puisque, dès la première page, l'on a droit à une énormité : "la tempête de ce soir frise avec la colère divine".
Arf. Evidemment, l'on dit soit "flirte avec" soit "frise" tout court. Un truc pareil d'entrée de jeu, ça donne franchement envie de refermer le bouquin, heureusement, c'est la seule ânerie de l'ouvrage.

Vampires romantiques, sauce redneck, pour jeunes filles émoustillées.
Si dans la série, des personnages comme Tara, Jason et Lafayette permettent de donner un peu de piment à l'ensemble, leur présence ici ne parvient pas à masquer l'extrême mièvrerie de Sookie et Bill. De quoi faire retourner le pauvre Abraham Stoker dans sa tombe...



25 avril 2011

100% Marvel : Avengers Prime

Sortie ce mois de la mini-série Avengers Prime en VF, qui signe la réconciliation, survendue, de Thor, Iron Man et Captain America.

Depuis Civil War, qui a vu la communauté super-héroïque se diviser, les membres historiques des Vengeurs étaient quelque peu en froid. Thor a succombé au Ragnarok, Cap à un tireur embusqué, et le brave Tony Stark a même perdu la mémoire. Rien de bien méchant puisque revoilà les trois gaillards en pleine forme et sur le devant de la scène. Ils n'ont cependant pas le temps de réellement s'engueuler, après la chute d'Asgard et la mise hors d'état de nuire d'Osborn (cf Siege) que, déjà, les voilà propulsés dans un monde peuplé de trolls, de dragons et de gobelins...

Ces cinq épisodes sont dessinés par Alan Davis et scénarisés par Brian Michael Bendis. C'est peu de dire qu'ils sont décevants.
L'essentiel de l'intrigue semblait pourtant reposer sur la confrontation entre de vieux amis qui sont devenus, par la force des choses, d'impitoyables adversaires. Cela, a priori, pouvait donner lieu à d'intéressants échanges (rappelons-nous de certaines scènes concernant les Illuminati par exemple). Malheureusement, confrontations d'idées et joutes verbales sont soigneusement évitées au profit de plates péripéties qui flirtent avec l'heroic-fantasy et la métaphysique liée à la conception asgardienne de l'univers.
De la tension de Civil War, il ne reste rien, quant à la rancune qui sous-tendait tout le Dark Reign, elle fait office ici de petite brouille sans importance. La discussion de fond, tant attendue, est limitée à une petite prise de bec et, la réconciliation, artificielle et convenue, n'en est que plus fade.
Il reste bien une ou deux lignes de dialogue qui surnagent et font pointer un humour aussi rare que bienvenu, mais pour du Bendis, c'est tout de même bien peu. Trop peu.

Pas de doute, l'on est revenu aux "fondamentaux", ceux qui fondaient les bases des récits du Silver Age en tout cas. Le problème réside dans le fait qu'ils ne fonctionnent plus, pas en tout cas sans une adaptation nécessaire. Les combats présents dans cette saga sont mous, tristes et sans enjeux. Même le petit coup de coeur de Rogers est surjoué et artificiel. Au final, voilà un thème excellent, des personnages sympathiques, un auteur doué, dont l'association donne un résultat écoeurant de médiocrité.
Si cette histoire est représentative de l'évolution durable du marvelverse, voilà qui n'augure rien de bon. Car ce qui faisait son attrait a totalement disparu. Les personnages, même connus et populaires, ne suffisent pas. Il ont besoin que des magiciens leur insufflent un peu de cette vie qui leur fait tant défaut actuellement.
Straczynski parti, Bendis en perte de vitesse, Ennis dénigrant les super-héros, qui va sérieusement s'occuper de leur cas ? Ou peut-être faut-il voir, dans ce désert créatif, une volonté de s'aligner sur la majorité des adaptations au cinéma ? Dans ce cas, c'est réussi, le propos étant suffisamment tiède pour enthousiasmer Hollywood et convenir à la masse. Les amateurs de comics et de bonnes histoires, eux, pourront légitimement se sentir déçus, voire trahis.

Aucun intérêt, du début à la fin.
Plus que décevant, inquiétant.

19 avril 2011

Marvel Heroes Extra : Hawkeye & Mockingbird

Oeil de Faucon et Oiseau Moqueur se retrouvent dans le Marvel Heroes Extra #6 pour une saga intitulée Fantômes.

Bobby Morse a connu un destin pour le moins difficile. Après avoir fondé les West Coast Avengers, la jeune femme subit un viol, fait une entorse au code d'honneur des Vengeurs en laissant mourir son agresseur, se fait quitter par son compagnon, Clint Barton, puis meurt en lui sauvant la vie. Ce n'est pas tout, après Secret Invasion, l'on apprend qu'elle avait en fait été enlevée et remplacée par un Skrull. De retour sur terre, elle renoue avec Clint et, surtout, fonde sa propre agence antiterroriste, loin du SHIELD ou des Vengeurs.
Entourée par divers spécialistes, elle mène une lutte sans merci contre Crossfire qui, après la chute de Hood, semble vouloir s'imposer dans le milieu criminel. Malheureusement pour Bobby, de vieux fantômes vont rapidement ressurgir du passé, avec à leur tête Phantom Rider, ou plutôt sa nouvelle incarnation.
Autant d'épreuves qui vont mettre en péril la fragile relation renouée entre Bobby et Clint.

La revue contient le premier (et dernier) arc de la série Hawkeye & Mockingbird, remplacée par la suite par des mini-séries (qui conviennent sans doute mieux à ces personnages somme toute secondaires). Au scénario, Jim McCann, qui avait déjà pris en main les deux protagonistes en mettant en scène leurs retrouvailles (cf Dark Reign Saga #1). Le résultat était à l'époque franchement médiocre, il est ici un peu meilleur (en même temps, on partait de bien bas) mais toujours insuffisant.
Dans les points positifs, l'on notera les nombreuses références à la continuité et la volonté de faire évoluer la relation, plutôt complexe, qui unit Bobby et Clint. Pour la partie graphique, McCann est de nouveau associé à un David Lopez qui se débrouille relativement bien.

Malheureusement, tout n'est pas réussi pour autant, loin de là. Les dialogues sont d'une rare platitude. Le fait qu'il y en ait beaucoup n'est pas un souci en soi, mais encore faut-il qu'ils soient bons. A la décharge de l'auteur, la traduction et ses habituelles maladresses n'aident pas franchement à améliorer le tout.
L'intrigue en elle-même est également assez peu captivante et accumule des clichés dignes d'une série B d'espionnage : les gadgets improbables, la petite rivalité entre deux membres de l'équipe qui finissent ensuite par s'apprécier, le méchant qu'on pense sonné et qui se relève au dernier moment pour le tir final, bref, il ne faut pas chercher une quelconque innovation là-dedans.
En soi, les personnages ne sont pas inintéressants (ils sont de toute façon ce que le scénariste en fait) et pourraient même réserver de jolies surprises, mais McCann ne semble guère inspiré et peine à leur donner du coffre. Surtout, à quoi sert-il d'utiliser des personnages secondaires, offrant une plus grande liberté éditoriale que les grands noms du marvelverse, si c'est pour nous servir un plat tiède, interchangeable et déjà goûté 100 fois ?
L'on peut même se demander comment les responsables éditoriaux américains, devant un tel résultat, ont pu penser qu'il intéresserait les lecteurs sur le long terme (le titre a commencé aux alentours des 27 000 ventes aux Etats-Unis, ce qui semble déjà énorme pour ce que c'est, avant de chuter régulièrement, jusqu'à moins de 15 000).

Il faudra vraiment être bienveillant pour prendre du plaisir à cette lecture.
Totalement dispensable.

18 avril 2011

Block 109 : suite(s)

Le point sur les ouvrages, déjà parus ou à venir, faisant suite au roman graphique uchronique Block 109.

Au départ, il y a Block 109, un livre intense et visuellement magnifique, mélangeant fantastique, science-fiction et action. Le récit, particulièrement bien documenté, se déroule dans un monde où Hitler est assassiné en 1941, ce qui déclenche une série d'évènements désastreux, comme l'opération "Nuit Noire" qui aboutit en 1944 à l'anéantissement des forces britanniques et américaines sous le feu nucléaire.
Cette épopée, publiée chez Akileos, connaît un réel succès commercial et c'est tout naturellement que ses auteurs, Vincent Brugeas (scénario) et Ronan Toulhoat (dessin) vont lui donner une suite prenant la forme de quatre one-shots. Deux sont déjà disponibles, deux autres sont en préparation. Voyons en détail de quoi il s'agit.

Etoile Rouge
Ce premier opus, sorti en juin 2010, s'attache à suivre les pas d'un groupe d'aviateurs français parti rejoindre le front de l'Est pour combattre aux côtés des russes. Même style graphique mais format plus grand et resserré (une soixantaine de planches) se rapprochant des standards classiques du franco-belge. Si les combats aériens et les appareils sont plutôt bien rendus, l'ambiance est différente, les personnages peinant à prendre vie et consistance.
Un résultat quelque peu mitigé mais vite rattrapé dès le deuxième essai.

Opération Soleil de Plomb
Il s'agit d'une sorte de "Vietnam" (il faut entendre par là l'enlisement des forces américaines) transposé dans l'univers de Block 109 et publié en février 2011. Ici, les nazis luttent pour le contrôle du Congo belge et de ses mines d'uranium. Dans l'immense jungle, moite et hostile, ils doivent surtout mettre la main sur le colonel Leclerc, ancien officier français devenu leader d'une petite troupe de résistants. Pour cela, le Reich fait appel aux Légions Pénales, des unités de combat formées de criminels n'ayant pas grand-chose à perdre.
Tension palpable et plans très cinématographiques tirant parti du décor exotique et des hélicoptères allemands, particulièrement bien mis en scène.
Techniquement, l'histoire est un peu plus longue (près de 70 planches), l'on passe sur papier glacé et un petit making-of a été ajouté.

New York 1947
Prévu pour septembre de cette année, le troisième volume nous emmène dans New York, dévastée par la bombe atomique. Un commando teuton y est envoyé afin de récupérer des plans enfermés dans le coffre d'une banque. Les auteurs nous promettent une ambiance très "survival" et ont accepté de nous montrer un peu de quoi tout cela aurait l'air. Avouons que les visuels sont franchement sublimes et donnent envie de se jeter sur cette aventure américaine post-apocalyptique.

 




Ritter Germania
Dernier chapitre se déroulant dans l'univers de Block 109 et programmé pour avril 2012, Ritter Germania est, de l'aveu du scénariste, un peu son "Batman" dans le sens où il met en scène un héros germanique, au style très sombre, dans un Berlin inspiré de Gotham. L'on plonge ici dans un thriller politique, quant au Ritter, personnage principal dont vous pouvez apprécier le look sur l'étude graphique ci-dessous, il semble des plus prometteurs.


Au final, voilà des auteurs talentueux qui ont su développer dans chaque oeuvre une thématique très différente mais toujours cohérente par rapport à leur univers, riche et intéressant.
Entre les exploits aériens, le crapahutage en pleine jungle, le survival et le thriller flirtant avec le super-héroïque, chacun devrait pouvoir y trouver son lot de surprises et de bons moments.

Mary Jane & vieille ballade

On commence la semaine par un petit montage rendant hommage à Mary Jane Watson-Parker, rousse compagne du Tisseur priée d'aller se faire épouser chez les grecs par décision éditoriale. Je ne reviens pas sur les conséquences désastreuses de One More Day, certaines chansons en disent parfois plus qu'un long discours. Et être aidé par Scorpions, ce n'est pas si mal. Il fallait en tout cas bien ça pour hurler haut et fort que MJ fait partie de l'univers de Peter et que si Mephisto peut l'effacer de sa vie, il faudra bien plus que le diable en personne pour l'effacer de nos mémoires... ;o)





16 avril 2011

Geek : Special Super-Héros !

Le nouveau numéro de Geek est en kiosque et, pour l'occasion, toute la rédaction vous a concocté un spécial "Super-Héros".

Au menu, analyses en profondeur des encapés avec de nombreux aspects abordés : politique, psychologie, sexe, religion, pouvoirs & science... le tout commenté par deux spécialistes du genre : Alex Nikolavitch et Jean-Marc Lainé.

Tout cela est complété par les rubriques habituelles sur le cinéma, la musique, les jeux vidéos, les séries TV... plus quelques invités prestigieux, dont Matthew Vaughn, Mark Zuckerberg ou encore Simon Astier. Et on rajoute encore du cosplay, un sujet sur le "supercomputer", meilleur sidekick des Masques, un autre sur la "musique des comics", autrement dit les onomatopées, plus encore Thor, Green Hornet, Marvel vs Capcom 3, les pouvoirs "à la con", bref, vous pourrez vous vanter d'avoir fait le plein de super pour seulement 5,90 euros. Par les temps qui courent, c'est plutôt exceptionnel ! ;o)

Pour ma part, j'ai eu le plaisir de me charger des parties psychologie et religion, ainsi que d'un sujet sur l'avènement du super-vilain (eh oui, les méchants ont tendance à se mettre en avant de nos jours).
Plus de détails sur le sommaire ici et .

Profitez qu'il fait beau pour vous balader fièrement ce week-end avec votre Geek sous le bras, il paraît qu'il n'y a rien de mieux pour draguer. ;o)
Bonne lecture ! 

14 avril 2011

Marvel - Les Grandes Sagas

Lancement d'une nouvelle mini-collection kiosque centrée sur les grands noms du marvelverse. Le premier numéro de Marvel - Les Grandes Sagas accueille notre bon vieux Spider-Man.

Après Spider-Man - Les Incontournables, Marvel - Les Incontournables et Spider-Man et les Héros Marvel, Panini lance une quatrième collection à bas prix proposant des histoires complètes. Comme souvent, c'est le Tisseur qui est mis en avant dans ce premier opus vendu au prix modique de 4,95 euros.
La collection comportera 10 numéros (le suivant sera à 6,95 € puis les autres à 8,95). Toutes les deux semaines, l'on retrouvera un personnage phare ou une équipe bien connue, dont, entre autres, Wolverine, Thor, Hulk, Cap, les X-Men ou encore les Vengeurs.

Le principe reste identique aux séries précédentes, avec un livre contenant un arc complet (plus de hardvocer cependant cette fois mais une couverture souple) accompagné d'un fascicule. Pour ce dernier, il ne s'agit plus d'épisodes de présentation mais d'une saga complète, Marvels en l'occurrence, qui a été divisée en 10 parties. Un choix judicieux pour ceux qui n'auraient pas encore découvert cette jolie épopée signée Kurt Busiek et Alex Ross, d'autant qu'elle revient sur les grands évènements de l'univers Marvel et colle donc parfaitement au sujet.

Voyons plus en détail l'ouvrage concernant Spidey. Il s'agit essentiellement d'épisodes datant de fin 2003/début 2004, signés J.M. Straczynski pour le scénario (difficile de demander mieux, cf cette série de chroniques) et John Romita Jr (qui jouait moins les tire-au-flanc à l'époque). L'arc choisi est Happy Birthday, un récit qui s'achève sur le 500ème numéro de Amazing Spider-Man et qui est ensuite suivi par quelques one-shots (dont certains tirés du numéro #600).
Globalement... très bons choix ! Non seulement l'histoire principale est plutôt plaisante, avec quelques bonnes vannes et un passage en revue des plus fameux ennemis du Tisseur, mais les petits récits qui la complètent permettent de bien cerner le personnage tout en offrant quelques moments émouvants.
Et en prime, le tout est bien présenté, avec un sommaire détaillé, un topo sur les auteurs, quelques infos sur les personnages et un texte d'introduction situant l'action (ils ont dû embaucher un stagiaire, c'est pas possible ! (hein ? oui, je l'avais déjà faite celle-là)).

Vu le prix et la qualité du contenu, voilà une collection sur laquelle il serait dommage de faire l'impasse.

12 avril 2011

Best Of des Séries et Graphic Novels Hors Marvel

Nouveau dossier dans la section Zoom (permettant, à gauche du blog, un accès rapide à diverses rubriques facilement identifiées par un visuel adapté) avec le Best Of Hors Marvel.
Il existe bien sûr déjà une rubrique best of, mais celle-ci n'est finalement qu'un libellé parmi tant d'autres et, surtout, certaines séries finissent par y apparaître plusieurs fois, noyant un peu les publications plus rares ou particulières.
Partant de ce constat, et tenant compte des demandes répétées que je reçois régulièrement par mail, j'ai pensé qu'il serait intéressant et pratique, notamment pour les lecteurs un peu perdus et en quête d'ouvrages de qualité, de faire un récapitulatif de ce que l'on peut trouver de mieux en comics ou même BD au sens large en dehors des titres phare du Marvelverse.

Pour chaque oeuvre listée ci-dessous, vous trouverez : le titre, une illustration, le genre (souvent accompagné de précisions permettant de mieux situer l'oeuvre), l'éditeur français, les liens vers la ou les chroniques détaillant la série ainsi qu'un bref commentaire qui, évidemment, ne peut remplacer la lecture des articles complets. Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive et évoluera dans le temps.



Walking Dead

Genre : post-apocalyptique à base de zombies

Editeur : Delcourt 

Lien(s)tome #13 (+ liste des articles consacrés au sujet)
Quand les morts marchent (article de fond sur les premiers tomes)

En résumé : la lutte d'un groupe de survivants après une invasion de zombies ayant entrainé la chute de la civilisation. Suspens et scènes choc. Psychologie des personnages très développée. Excellent.



Bone 

Genre : Heroic-Fantasy Fantasque (personnages à gros nez, humour et une pincée d'émotion)

Editeur : Delcourt

Lien(s) : L'étrange périple des cousins Bone (série)
Le projet Bone (artbook)

En résumé : les péripéties de trois cousins confrontés à un monde étrange au bord de la guerre.



Preacher

Genre : road comic trash (violence, humour et perversions)

Editeur : Panini

Lien(s) : tomes #1 - #5 - #7 - #8

En résumé : une oeuvre détonante et intelligente qui mérite bien la note de 7 coups de pied au cul sur l'échelle ouverte de Custer.



Fables

Genre : Urban Fantasy (terme quelque peu barbare pour dire que ça se passe de nos jours mais qu'il y a de la magie)

Editeur : Panini

Lien(s) : Fables (présentation de la série)
tomes #9 & #10
Jack of Fables (spin-off)
Peter & Max (roman tiré du même univers)

En résumé : les personnages des contes de notre enfance réactualisés dans un récit mélangeant combats épiques, romance, humour et enquêtes.



Girls

Genre : Thriller paranormal

Editeur : Delcourt

Lien(s) : Les filles de Pennystown

En résumé : un petit village de la campagne américaine dont la tranquillité est bouleversée par l'arrivée d'étranges filles dénudées quelque peu psychopathes et par la présence d'un dôme isolant les habitants de Pennystown du reste du monde.


The Unwritten

Genre : Harry Potter-Like

Editeur : Panini

Lien(s) : Entre les Lignes

En résumé : le fils d'un romancier à succès qui porte le même nom que l'un des personnages de son père se voit entrainé dans une rocambolesque aventure remettant en cause jusqu'à sa propre existence.



C'est un Oiseau

Genre : Indéfinissable. Ou alors du genre qui vous rend meilleur.

Editeur : Panini

Lien(s) : C'est un oiseau

En résumé : un écrivain à qui l'on propose de prendre en main la série Superman doit faire face au manque d'inspiration et à un douloureux secret de famille. Emouvant, brillant, magistral.
 


Logicomix

Genre : de la science passionnante, avec un brin de philosophie

Editeur : Vuibert

Lien(s) : Logicomix

En résumé : la quête, historique, de la logique mathématique. A conseiller à tout le monde et spécifiquement aux professeurs souhaitant démontrer à leurs élèves que l'aventure scientifique est l'un des plus passionnants thriller qui soit.



We3

Genre : action & bestioles (avec grosse charge émotionnelle)

Editeur : Panini

Lien(s) : We3

En résumé : d'innocents animaux de compagnie, utilisés comme cobayes pour mettre au point de nouvelles armes, s'enfuient et cherchent à retrouver leur maison. Poignant.



Loveless

Genre : western, yep !

Editeur : Panini

Lien(s) : Loveless

En résumé : des brutes et des flingues, habilement mis en scène.






Strangers in Paradise

Genre : action/émotion/humour/filles sexy (strike !)

Editeur : Kymera

Lien(s) : SiP

En résumé : la douce et romantique Francine et la pétillante Katchoo sont confrontées à divers problèmes qui vont du petit ami indélicat à des règlements de compte avec une faune interlope. Très loin des clichés, l'écriture de cette série trop peu connue est un exemple de savoir-faire.



Légendes de la Garde

Genre : heroic-fantasy à base de souris pour les grands

Editeur : Gallimard

Lien(s) : tomes #1 & #2

En résumé : complot et lutte pour la survie dans un monde hostile où la Garde constitue l'élite du petit peuple des souris. Efficace.




VHB

Genre : uchronie mi-SF mi-horrifique et totalement addictive

Editeur : Phylactères

Lien(s) : Vampires Hunters Brigades (tomes #1 à #4)
VHB #5

En résumé : dans un monde futuriste dans lequel les peuples de la nuit ont quitté les ténèbres pour faire partie intégrante de la société, des brigades spécialisées s'occupent des affaires impliquant vampires et lycanthropes. Styles graphiques divers et bien souvent magnifiques servant une intrigue bien fichue. Ambiance radicalement différente selon les épisodes mais un vrai liant donne au tout un charme indéniable.



Locke & Key

Genre : thriller paranormal

Editeur : Milady

Lien(s) : tome #1

En résumé : suite à l'assassinat de leur père, trois gamins déménagent pour une demeure pleine de secrets et de surprises. Savoureux cocktail mélangeant maison hantée et serial-killer. Servi frais et sanglant.



FreakAngels

Genre : post-apocalyptique/fantastique

Editeur : Le Lombard

Lien(s) : tomes #1 - #2

En résumé : dans un Londres recouvert par les eaux, 12 enfants aux capacités spéciales protègent un petit quartier.





The Boys

Genre : super-héroïque réaliste/trash/intelligent

Editeur : Panini

Lien(s) : tomes #1 - #7

En résumé : dans le monde réel, les super-héros ne se comportent pas toujours bien. Pour les encadrer, des barbouzes aux méthodes musclées n'hésitent pas à trancher dans le vif ! Une réussite à la Ennis, épicée mais sensée.



Rex Mundi

Genre : Uchronie historique (à fort relents religieux)

Editeur : Milady

Lien(s) : tomes #1 - #2 - #3

En résumé : le monde et la géopolitique présentés ici prennent rapidement le pas sur des personnages un peu fades. La richesse de l'univers et le suspens présent permettent néanmoins de s'immerger totalement dans une France des années 30 sous la coupe de l'Inquisition.



From Hell

Genre : sublimation de fait divers

Editeur : Delcourt

Lien(s) : From Hell

En résumé : 1888. Dans le quartier de Whitechapel, Jack va bientôt devenir une légende. Un travail absolument monumental, peut-être le plus impressionnant d'Alan Moore.



Block 109

Genre : uchronie (suspens/action)

Editeur : Akileos

Lien(s) : Block 109

En résumé : aux confins de plusieurs influences, une histoire brutale et intelligente, aux graphismes séduisants.





Identity Crisis

Genre : super-héroïque accessible et bien fichu

Editeur : Panini

Lien(s) : IC en DC Deluxe

En résumé : tuer un héros, c'est une chose. S'en prendre à sa famille, c'en est une autre. La JLA est en danger. Une enquête classique mais maîtrisée qui débouche sur de fort jolies scènes. Un très bon moment parmi les Masques.



Chew

Genre : polar déjanté (humour/pouvoirs bizarres)

Editeur : Delcourt

Lien(s) : tome #1 (VO) - tome #2 (VF)

En résumé : l'agent Tony Chu est cibopathe. Il peut voir ce qui est arrivé à un aliment (ou à... autre chose) lorsqu'il le goûte. Original et agréable.



Powers

Genre : polar super-héroïque

Editeur : Semic puis Panini

Lien(s) : Powers

En résumé : des flics enquêtent sur des affaires impliquant des encapés. Multiples références, clins d'oeil et bons moments. Culotté et profond.




Blankets

Genre : regard sur l'adolescence et les premières émotions

Editeur : Casterman

Lien(s) : Blankets

En résumé : banal en apparence mais terriblement prenant. Une réflexion douce-amère à aborder au chaud sous la couette.



Courtney Crumrin

Genre : fantastique féminin original et impertinent (le contraire de la Bit-Lit ?)

Editeur : Akileos

Lien(s) : Courtney Crumrin

En résumé : une écriture d'une rare qualité qui décrit l'enfance telle qu'elle est et non telle que les adultes la fantasment une fois qu'ils en sont sortis. Meurtres et petites perfidies. Tout public.



Le Fluink

Genre : expérimental accessible

Editeur : Le Cycliste

Lien(s) : Le Fluink

En résumé : il est possible de révolutionner complètement la forme graphique de la BD tout en proposant une vraie histoire, les auteurs du Fluink ne sont pas les premiers à le démontrer mais leur univers, étrange et poétique, est sans doute l'un des plus attachants qui soit.



Freaks' Squeele

Genre : inspirations diverses, action, humour, personnages charismatiques

Editeur : Ankama

Lien(s) : tomes #1 & #2

En résumé : une université déjantée pour apprendre le super-héroïsme. Une BD française puisant dans les codes des manga et comics et parvenant à les digérer et réinventer de belle manière.



L'Art Invisible

Genre : essai

Editeur : Delcourt

Lien(s) : Understanding Comics

En résumé : quand Scott McCloud explique quelque chose, il est conseillé d'être attentif. Le type sait de quoi il parle et, en plus, son propos didactique est limpide, tant sur le fond que la forme. Indispensable pour tout auteur, conseillé même pour les lecteurs.



Luther Arkwright

Genre : uchronie complexe (prouesse visuelle)

Editeur : Kymera

Lien(s) : Luther Arkwright

En résumé : science-fiction et steampunk sont ici magnifiés par des dessins d'une virtuosité hallucinante. Bryan Talbot est un génie, quiconque prétend s'intéresser à la BD se doit un jour de lécher ses planches du regard (et seulement du regard, parce que sinon c'est dégueulasse et ça ne sert à rien).



Torso

Genre : polar historique

Editeur : Semic

Lien(s) : Torso

En résumé : une histoire vraie impliquant Eliot Ness et le premier serial-killer de l'Histoire ! Du très grand Bendis.





Strangehaven

Genre : inclassable, thé et verdure, mystères et voisins étranges (une merveille !)

Editeur : Akileos

Lien(s) : Strangehaven

En résumé : ça, ça ne plaira peut-être pas à tout le monde, c'est spécial, on ne sait pas trop où l'on va, mais... ça fonctionne.



Watchmen

Genre : chef d'oeuvre indispensable

Editeur : Delcourt/Panini/Urban Comics (version Delcourt et Urban vivement conseillées au niveau de la traduction)

Lien(s) : la série 
Watching the Watchmen (genèse de l'oeuvre)
Rorschach : L'Encre des Origines (étude de personnage) 
Heroclix Watchmen (produits dérivés)
Watchmen (version Urban Comics)

En Résumé : un classique, une borne artistique et chronologique donnant plus ses lettres de noblesse au genre super-héroïque qu'il ne le "commente" ou en détourne les codes. Brillant, tant sur le fond que la forme.



Fell

Genre : polar/ambiance glauque/cauchemar éveillé

Editeur : Delcourt

Lien(s) : Les jours et les nuits de Snowtown
En Résumé : entre un meurtre par lavement au whisky ou un vol de foetus, Richard Fell va découvrir Snowtown et sa faune. Un flic face à l'horreur quotidienne et la tâche harassante qui consiste à tenter de... protéger et servir. 





Top 10

Genre : polar super-héroïque

Editeur : Urban Comics à l'heure actuelle

Lien(s) : les mini-séries  
La série principale

En Résumé : La vie ordinaire d'un commissariat dans une ville extraordinaire, peuplée de surhumains, de robots et d'étranges créatures. Très bien écrit et bourré de références.



Les Seigneurs de Bagdad

Genre : chef-d'oeuvre animalier

Editeur : Urban Comics

Lien(s) : le graphic novel

En Résumé : Naguère, ils étaient les seigneurs de Bagdad, aujourd'hui, libérés par un bombardement, Zill, Safa, Noor et Ali découvrent le prix de la liberté. Une fable touchante et percutante, mettant en scène de nobles félins.