10 janvier 2012

Avant-Première : Locke & Key, tome #3

Une chronique consacrée à La Couronne des Ombres, le nouvel opus de Locke & Key dont la sortie est prévue dans une dizaine de jours.

A Lovecraft, alors que leur mère sombre peu à peu dans la dépression et l'alcoolisme, Tyler, Kinsey et Bode tentent de se remettre des derniers évènements violents qu'ils ont vécus.
Kinsey, qui grâce à la Clef de Tête ne connait plus la peur, s'en sort apparemment mieux, mais sa nouvelle témérité va rapidement la conduire à se mettre en danger et à entraîner avec elle ses nouveaux amis. 
La famille Locke en apprend toujours un peu plus sur les mystères entourant Keyhouse. Bode notamment met la main sur de nouvelles clés aux propriétés toujours aussi inattendues. C'est grâce à l'une d'elles que Tyler va tenter de repousser un terrible assaut contre la maison. 
Visiblement, la puissance des clés n'a pas fini d'attiser la convoitise des âmes les plus noires...

Encore un nouvel arc magnifiquement écrit par Joe Hill et tout aussi bien dessiné par Gabriel Rodriguez. Le tandem est tout simplement en passe de créer l'un des comics les plus exceptionnels de ces dernières années. 
Les qualités des tomes précédents (cf tome #1 et #2) ne se démentent pas, bien au contraire, la série gagne encore en suspens et en richesse.
Les dialogues et le découpage sont maitrisés à la perfection et ce dans la plupart des scènes. La petite expédition de Kinsey et ses amis dans la base navale est à elle seule un monument de savoir-faire. En quelques planches seulement, tension, humour et émotion alternent le plus naturellement du monde.
Dans un autre registre, l'autodestruction de Nina est aussi terrible et sans concession que brillamment décrite. Plus que toutes les saloperies qui leur sont tombées dessus, c'est sans doute l'attitude de leur mère - et les mots qu'elle emploie parfois, poussée par le désespoir - qui reste le plus difficile à affronter pour les enfants Locke. Hill démontre ainsi qu'il manipule aussi bien le matériau humain que le fantastique.

Quant à Rodriguez, il s'offre ici un moment de bravoure, avec une série de pleines pages, sans texte, assez impressionnante, mais il s'avère tout aussi habile pour faire passer de nombreuses nuances dans les yeux de ses personnages ou bâtir des décors réalistes et fort agréables à l'oeil.
L'artiste a su imprégner la série d'un style personnel qui permet d'intensifier encore les frissons, les larmes et les sourires, aussi amers soient-ils.

Ce volume comporte une introduction de Brian K. Vaughan ainsi que des extraits du journal de Benjamin Locke qui permettent de présenter les clés connues (pas loin d'une dizaine maintenant) et leurs effets. Une petite galerie d'illustration clôture le tout.
Un seul bémol : l'éditeur aurait pu prévoir un petit résumé des chapitres précédents afin de permettre aux lecteurs de se remettre plus facilement dans le bain.

Un pur chef-d'oeuvre, sombre, subtil et terriblement efficace.
Sortie : 20 janvier 2012