20 juin 2012

Bêtes de Somme : Mal de Chiens

Nos animaux de compagnie sont à l'honneur ce mois avec le premier tome de Bêtes de Somme.

Tout commence lorsqu'un sympathique Beagle se retrouve confronté à une... niche hantée ! Chaque nuit, transi de froid, il entend des hurlements et des lamentations. Pour lui venir en aide, les autres chiens du quartier décident de faire appel au Sage Berger, un spécialiste de l'ésotérisme dans la communauté canine.
Ce n'est là que le début d'aventures étranges que vont vivre Cador, le Husky, Dobey, le Doberman, Terry, le Jack Russel, Carlton, le Carlin, Bégueule, le Beagle et le chat Sans-Famille.
Les mystères vont s'enchaîner pour la petite troupe qui devra affronter les égouts et leurs hordes de rats, une pluie de grenouilles et même de pauvres chiens écrasés, revenus d'entre les morts.
Loin des regards humains, le monde animal cache bien des surprises...

A la base, Evan Dorkin, au scénario, et Jill Thompson, au dessin, ne pensent réaliser qu'un bref récit destiné à un recueil de Dark Horse basé sur les histoires d'épouvante. Mais après un accueil enthousiaste des lecteurs, les deux artistes vont rapidement étoffer l'univers de ce qui deviendra Beasts of Burden, avec de nouveaux épisodes de plus en plus longs et même une mini-série. Ce sont ces premiers comics (couronnés par plusieurs Eisner Awards) qui sont rassemblés ici, dans un très bel ouvrage publié par Delcourt.
Les aquarelles de Thompson sont tout simplement somptueuses. Inspirées d'illustrations à l'ancienne, du genre Club des Cinq, elles gardent tout de même une dimension moderne indéniable (les scènes de nuit, dans la neige, sont magnifiques) et permettent de donner à tous les animaux une personnalité bien définie qui les rend vite attachants.

Au niveau de l'intrigue, l'on peut être quelque peu étonné dans un premier temps, puisqu'il s'agit de fantastique tendance gentilles bestioles. Il ne s'agit nullement d'anthropomorphisme à la Grandville par exemple, ni d'épopées héroïques du genre Légendes de la Garde, mais bien d'animaux normaux, devant faire avec les contraintes imposées par leurs maîtres humains et dotés d'un langage propre. Chacun possède un caractère bien particulier (le râleur, l'intrépide, le peureux...) et leurs relations sont aussi émouvantes que parfois drôles.
A la rigueur, les auteurs auraient même pu se passer de l'intrusion du surnaturel tant la petite bande est charismatique et le monde réel déjà plein de dangers pour les quatre-pattes. Néanmoins, l'aspect paranormal est toujours plutôt bien amené et n'empêche nullement une dimension dramatique (les petits chiots perdus, le jeune garçon recueilli par la troupe) ou même amoureuse (Sans-Famille et Dymphna).

Pas moins de quatorze pages de bonus complètent l'ouvrage, avec une postface, un carnet de croquis, souvent commentés, et de jolies illustrations. Le tout est présenté avec une hardcover, elle-même illustrée malgré la présence d'une jaquette. La traduction est quasiment parfaite malgré une petite faute ("sympa" est invariable et ne prend jamais de "s") et la toujours aussi déraisonnable graphie 'y a (cf la fin de cet article).

Une excellente BD qui devrait convenir à tous les publics et en particulier aux lecteurs qui nourrissent une tendresse particulière pour nos amis poilus.