26 novembre 2012

A Game of Thrones

Le premier tome de l'adaptation en comics du roman A Song of Ice and Fire (Le Trône de Fer en VF) vient de sortir il y a quelques jours. Une bonne occasion de s'embarquer pour le royaume des Sept Couronnes.

L'Hiver Vient.
Telle est la laconique devise de la Maison Stark, régnant sur Winterfell et les immensités glacées des terres du Nord. Eddard Stark doit cependant quitter son domaine, car le roi Robert lui a demandé d'accepter la plus haute charge du royaume : devenir la Main du Roi, sorte de poste de premier ministre et de chef des armées.
Si la plupart de ses enfants l'accompagnent pour la capitale, Bran, entre la vie et la mort après une mauvaise chute, reste à Winterfell. Quant à Jon Snow, fils bâtard d'Eddard, il part pour le Mur, cet immense rempart qui protège les terres civilisées des barbares et des monstruosités du Nord.
Pendant ce temps, loin à l'Est, le prince Viserys souhaite reconquérir le trône qui lui revenait de droit. Pour cela, il va offrir sa soeur en mariage à Khal Drogo, un seigneur de guerre dothraki à la tête d'une armée de cent mille hommes...

Les romans de George R. R. Martin avaient déjà été adaptés en série TV, c'est maintenant sous forme de BD que la saga est déclinée. Le scénario est écrit par Daniel Abraham, les dessins sont l'oeuvre de Tommy Patterson.
L'histoire, assez dense, se déroule dans un monde médiéval fantastique d'où semblent cependant avoir disparu les dragons et autres créatures extraordinaires. L'intrigue de ce premier tome se concentre sur les relations entre les différentes Maisons et les nombreux personnages, intriguant et complotant pour obtenir le pouvoir. La structure narrative particulière des romans a été respectée puisque le changement de point de vue, selon les chapitres, est ici aussi régulier, des pavés de texte de différentes couleurs exprimant les pensées des personnages. Ces derniers sont d'ailleurs aussi nombreux que bien campés, les pires violences et la plus grande cruauté ne venant pas forcément des ambitions politiques ou des bêtes sauvages, mais par exemple de la réflexion acide d'une épouse bafouée.

Les planches de Patterson sont graphiquement très réussies, même si l'on n'a pas encore eu l'occasion de voir des décors vraiment impressionnants (les splash pages ne sont pas forcément très bien choisies). Attention également pour ceux qui s'attendent à retrouver l'aspect visuel développé par HBO, les comics sont adaptés directement des romans, et non de la série TV.

Ce premier tome, édité par Dargaud, contient une longue introduction de Martin. Le romancier parle de sa passion pour les comics et explique également, de manière fort intelligente, sa façon de voir les différentes adaptations de son oeuvre. Il avoue notamment espérer que la bande dessinée amènera peut-être certains lecteurs aux romans, ce qui est évidemment souhaitable (le roman originel étant forcément plus riche et complet).
Du coup, bien que la version dessinée soit plutôt bonne, elle est déconseillée si vous souhaitez lire les romans en en préservant l'intrigue (à ce propos, voici une interview assez intéressante du nouveau traducteur de la saga, qui revient un peu sur la polémique qu'avait déclenchée le précédent).

Une série palpitante, aussi belle que tragique.

+ un univers riche et crédible
+ une approche politique évitant les caricatures
+ de jolies planches
+ une excellente traduction
- tiens, c'est l'un des premiers comics du genre dans lequel l'on ne trouve pas de carte... un petit manque, car pouvoir situer plus clairement les différents lieux aurait été bien pratique