26 août 2013

Chapeau Melon & Bottes de Cuir

L'on se penche aujourd'hui sur un comic très british avec l'adaptation de la célèbre série Chapeau Melon & Bottes de Cuir.

La télévision britannique a souvent fait preuve d'une inventivité dépassant largement, dans le domaine de l'humour ou de la science-fiction, les pathétiques tentatives gauloises. Chapeau Melon & Bottes de Cuir (The Avengers et The New Avengers en VO) fait partie de ces séries devenues cultes et profitant maintenant de la mode vintage.
Ces deux histoires, disponibles depuis quelques jours chez Soleil (et initialement publiées par Boom! aux Etats-Unis), mettent bien entendu en scène le très flegmatique John Steed, associé à la très sexy Emma Peel (même Tara King fait une apparition).

Au scénario, Grant Morrison, capable du meilleur (We3) comme du pire (Kill your boyfriend), ainsi que Anne Caulfield. Les dessins sont assurés par Ian Gibson, qui s'en sort d'ailleurs très bien, parvenant à ne pas trahir le souvenir qu'ont laissé les acteurs tout en recréant une ambiance fidèle à la série. Notons qu'il existe une version colorisée de ces épisodes mais que l'éditeur a opté pour le Noir & Blanc. Le choix peut se discuter mais paraît sensé ; si certaines planches bénéficiaient de la couleur (comme celles présentes ici, (cliquez en haut à gauche sur "see what's inside")), d'autres (cf. cette page) perdaient assurément au change sur le plan esthétique. 

Voyons de quoi il retourne au niveau des récits. Le premier (le plus long, écrit par Morrison), amène Steed et Peel à enquêter sur un étrange club de jeu dont les fondateurs ont le mauvais goût de décéder les uns après les autres, et de manière fort brutale qui plus est.
Le second, bien plus bref, entraîne les protagonistes dans un village déserté où ils devront faire face à des guerriers du peuple léopard - des descendants des incas - très énervés que l'on vienne déboiser leurs terres.
Dans l'ensemble, les fondamentaux sont respectés : humour pince-sans-rire, action désuète et une touche de bizarre, voire de fantastique. Pourtant, difficile de s'emballer. Les enquêtes ne sont guère passionnantes et les personnages, franchement lisses, n'existent que parce qu'ils bénéficient de l'aura télévisuelle qui parvient à leur insuffler un semblant de consistance.

Voilà peut-être le plus gros défaut de l'ouvrage : ne miser que sur la célébrité de la série (et sans doute également celle de Morrison) sans tenter d'apporter réellement quelque chose de significatif (seule Caulfield fait un maigre essai, d'ailleurs plutôt réussi, lors de l'introduction de son épisode). Sans le côté rétro et la pastille (virtuelle certes, mais inconsciemment présente) "vu à la télé", cette BD n'aurait jamais été publiée. Tout simplement parce qu'elle n'est pas assez travaillée au niveau du scénario.
Ceux qui connaissent la série seront sans doute déçus par tant de platitude, uniquement bousculée par quelques trop rares sympathiques clins d'oeil. Quant aux autres, ils passeront leur chemin, probablement avec raison.

Enfin, signalons que l'ouvrage est particulièrement aride sur le plan rédactionnel : pas de bonus, passe encore, mais il n'y a même pas non plus un petit texte d'intro pour présenter les épisodes (ou même la série dans les grandes lignes pour ceux qui ne la connaîtraient pas). Impossible donc, sans faire de recherches soi-même, de savoir d'où sort cette déclinaison papier des Avengers. Tout cela sent le service minimum, et c'est fort dommage.

Un comic rétro qui surfe sur le souvenir de qualités qu'il est loin d'avoir.

+ aspect graphique
+ ambiance originale relativement bien rendue
- récits à l'intérêt relatif
- personnages sans épaisseur
- aucun effort de la part de l'éditeur pour correctement présenter la série aux lecteurs