12 octobre 2013

Minimum Carnage

Retour sur la saga Minimum Carnage publiée dans le Spider-Man Universe #7.

Le dernier numéro de Spider-Man Universe est sorti le mois dernier mais reste toujours disponible en kiosque. Il contient six épisodes qui sont bien entendu une allusion à la saga Maximum Carnage, datant des années 90.
Le Spidey original est absent du récit mais l'on retrouve son clone, Scarlet Spider (incarné de nos jours par Kaine) ainsi que Venom, ou plutôt l'agent Venom (alliance du fameux symbiote et de Flash Thompson).
Tout commence lorsque Cletus Kasady parvient - une nouvelle fois - à s'évader. Après le massacre d'usage, il s'enfuit vers le Microvers où Venom et Scarlet Spider le poursuivent afin de le neutraliser.
Une fois sur place, ils découvrent que Carnage est utilisé par un taré local, bien décidé à détruire le Rédempteur, incarnation de la Force Enigma et vieux sage à la Yoda.

Précisons pour l'anecdote que la Force Enigma, qui donne notamment leurs pouvoirs aux différentes incarnations de Captain Universe (cf. la rubrique présentant les costumes de Spidey), est ici appelée "force énigmatique". Nouvelle bizarrerie de Panini, qui n'est d'ailleurs pas sans conséquence, car si "Enigma" est un nom qui se rapporte à un élément bien précis du marvelverse, en faire plutôt un adjectif transforme la dite Force en concept qui a l'air mystérieux même pour les personnages qui savent parfaitement de quoi il est question.
Cette saga complète est en réalité un crossover (à l'ancienne, cf. cet article pour plus d'informations sur le sujet) entre les séries Scarlet Spider et Venom. Le scénario est écrit par Cullen Bunn et Christopher Yost, les dessins sont de Lan Medina, Declan Shalvey, Khoi Pham et Reilly Brown.
Graphiquement, rien d'extraordinaire mais l'ensemble reste honnête.

Le récit, qui est surtout un prétexte pour réunir les nouvelles versions de Venom et Scarlet Spider, fait la part belle aux combats (sans beaucoup de finesse), avec une touche de SF métaphysique. Si en solo les deux protagonistes s'en tirent plutôt pas mal (cf. le premier Spider-Man Universe pour Venom, ou le Spider-Man  (v3) #6 pour Scarlet Spider), leur aventure reste ici un peu plate. Non seulement le côté dangereux et bestial de Carnage ressort mal, mais les ennemis rencontrés dans le Microvers s'avèrent complètement nunuches.
L'on peut toutefois penser que c'est un parti pris permettant de rendre hommage au "style" de la première saga, ce qui n'empêche pas de s'interroger sur la pertinence d'une telle idée. Le lectorat a évolué, les techniques narratives également, et même pour un bon vieux récit à l'ancienne, il conviendrait de s'inspirer du fond mais certainement pas de la forme (de nos jours, on n'utilise plus de caméras des années 30, même pour tourner un film en noir & blanc). 

Il y a bien quelques échanges parfois un peu amusants et une interrogation pseudo-philosophique à la fin (pour la énième fois sur le fait de tuer ou non un ennemi), mais ces éléments sont trop peu nombreux pour emporter l'adhésion et éviter un sentiment d'inachevé. La saga ne rend justice ni au nouveau défenseur de Houston ni à un Flash qui a pourtant pris une certaine ampleur depuis les évènements tragiques qui l'ont diminué physiquement. 
Etrangement, alors que le crossover devrait être une incitation pour les lecteurs d'une série à se précipiter sur l'autre, il aurait plutôt tendance dans ce cas à décourager les plus curieux. Dommage.

Du classique, déjà vu et bien terne malgré la présence de deux personnages aux capacités pourtant énormes.

+ rencontre des nouveaux Venom et Scarlet Spider
+ un peu d'humour fort bienvenu mais trop peu présent
- des combats ennuyeux, à l'enjeu superficiel
- un Microvers manquant singulièrement de panache
- habituels problèmes au niveau du texte VF