23 mai 2014

Marvel Select - X-Men : Les Origines

Réédition en Marvel Select des épisodes concernant les origines des X-Men. 

La Maison des idées a lancé, il y a quelques années, une série de one-shots revenant sur les origines de certains des plus célèbres mutants. Panini avait à l'époque publié la série en 100% Marvel. Tout cela est aujourd'hui compilé en un seul volume à bas prix, avec pas moins de onze mutants au casting. 
Certains épisodes ayant déjà été chroniqués ici-même en 2011, nous allons passer rapidement dessus.
Petit rappel tout de même.


La première fournée (cf. cet article) était consacrée à Colossus, Diablo, Emma Frost et Gambit. Les deux premiers épisodes étaient assez faibles et souffraient de défauts conséquents (notamment des clichés assez énormes), mais celui consacrée à la jolie Emma relevait le niveau, en s'attardant sur la jeunesse de la télépathe et en permettant de briser un peu l'apparente froideur du personnage. Le tout en plus avec de belles planches de Karl Moline.
Le chapitre sur Gambit permettait également de bien découvrir le cajun, ses pouvoirs et une partie de ses ennemis.
L'on restait tout de même globalement sur une impression mitigée.

La deuxième fournée, qui ouvre ici cet épais recueil, mettait en scène Cyclope, Iceberg, Jean Grey et Beast (alias le Fauve), autrement dit le canal "historique". 
Une présentation assez complète de Scott Summers et un récit plutôt bien mené - et traitant du problème mutant - centré sur le jeune Iceberg font office d'honnête entrée en matière, mais ce sont surtout les deux protagonistes suivants qui vont marquer les esprits. Le one-shot sur Jean Grey est visuellement magnifique (Mike Mayhew est aux crayons) et Mike Carey (qui s'occupe des débuts de Henry McCoy) parvient à rendre Beast attachant (cf. cet article pour plus de détails).

Puisque l'on avait fait l'impasse sur les trois épisodes qui complètent ce recueil, c'est sur eux que l'on va se concentrer. Au sommaire : Wolverine, Sabretooth et Deadpool
On attendait beaucoup de l'ami Wolvie, évidemment, ne serait-ce que pour justifier son statut de vedette. Malheureusement, Chris Yost ne parvient pas à écrire autre chose qu'une sorte de résumé confus du passé du Griffu. Il y a bien quelques références aux jeunes années de Logan (contées dans ce Deluxe) ou à l'Arme X, mais l'ensemble reste (peut-être volontairement) complexe et fragmenté. Même les scènes de carnage, censées pourtant être bestiales, manquent leur but et n'ont qu'un impact très limité.   

On poursuit avec Dents de Sabre. Le début commence fort bien, avec un Victor Creed très jeune, déjà sadique et fascinant. C'est probablement cette piste qu'il aurait fallu continuer d'explorer. Au lieu de cela, Kieron Gillen développe une sorte de chassé-croisé ennuyeux et absurde entre Creed et Wolvie. 
Et on termine par Deadpool, avec une entrée en matière déjantée, typique du bonhomme. Celui-ci veut en effet contacter des scénaristes afin de lancer un projet de film sur sa vie. Une bonne occasion d'en dévoiler certaines parties. 
L'astuce trouvée par le scénariste, Duane Swierczynski, est plutôt bonne et a le mérite d'expliquer, en quelques scènes clé, le passé du mercenaire. 

Difficile au final de tirer un bilan général de ce Marvel Select. Les épisodes sont très inégaux, autant sur leur aspect graphique que leur valeur informative. Certains peinent même à seulement divertir et se révèlent lourdingues, alors que d'autres mettent parfaitement en valeur les personnages et leur insufflent une bonne dose d'humanité. 
Quelques coquilles ou maladresses au niveau de la traduction, mais ça reste dans les limites du tolérable.

Un ensemble moyen mais qui bénéficie d'un prix avantageux.

+ Frost, Grey, Beast... (émotion et profondeur)
+ les planches de Mayhew ou Moline
+ un rapport pages/prix avantageux
- Wolvie, Diablo, Colossus... (clichés et platitude)
- des origines qui peinent à éclaircir véritablement le passé de certains mutants
- certaines histoires, trop quelconques