07 juin 2014

Marvel Now : Avengers

Panini poursuit la publication en librairie de la gamme Marvel Now avec le premier tome de la série Avengers.

Après All-New X-Men et Uncanny Avengers, c'est à un autre groupe - et à une nouvelle formation de Vengeurs - que l'on s'intéresse maintenant.
Le scénario est de Jonathan Hickman, les dessins sont réalisés par Jerome Opeña et Adam Kubert.
Le récit, comprenant les six premiers épisodes de la série, et sa thématique ne seront pas très surprenants pour qui connaît un peu le scénariste et ses habitudes.
Il n'est d'ailleurs pas inutile de revenir un instant sur Hickman. Panini le présente comme un génie (très exactement comme "l'auteur le plus talentueux travaillant actuellement chez Marvel"), ce qui semble tout de même un poil exagéré...

Traiter tout le monde de "dieu-vivant" en préambule de chaque ouvrage commence à être lassant, voire ridicule. Evidemment, l'éditeur ne va pas nous dire que les auteurs qu'il publie sont des peigne-culs, m'enfin, sans aller jusque là, un minimum de travail et de recul dans la présentation ne ferait pas de mal.
On connaît Hickman pour son travail chez Marvel (par exemple sur les Fantastic Four, mais il a aussi collaboré avec Bendis sur Secret Warriors) mais également pour des œuvres plus personnelles, comme Red Wing ou le déjà plus contestable East of West. L'on sait que Hickman aime les trips un peu étranges, parfois métaphysiques, qu'il peut déconcerter par une narration souvent complexe (pour ne pas dire obscure) et que le travail en profondeur sur les personnages n'est pas son fort (si l'on excepte quelques arcs, comme Three).
Eh bien tout cela se retrouve dans ce premier tome.

L'histoire tout d'abord est plutôt galère à suivre. On commence avec des créatures cosmiques, Ex Nihilo et sa frangine Abyss, qui ont comme hobby d'aider à l'évolution de certaines espèces ou, suivant leur jugement et leur humeur, de détruire des planètes entières. Les informations sont lâchées au compte-goutte, on a droit à des flashbacks, à un très grand nombre de personnages et à des références subtiles (parfois sous forme de "flash" dessiné) qui plongeront certainement le nouveau venu dans la plus totale confusion.
Encore une fois, mais c'est clairement une tendance pour Marvel Now, l'accessibilité n'est vraiment pas le souci principal de la Maison des Idées. 

L'équipe maintenant. Il s'agit d'une version "étendue" des Avengers, supposée pouvoir faire face à des menaces variées et de haut niveau. L'on retrouve le noyau dur Cap/Iron Man/Thor (ainsi que Hulk), plus l'incontournable Wolverine et même Spider-Man. Pour ce dernier, on se demande vraiment ce qu'il fait là. Il n'a tout de même pas vocation, de part ses pouvoirs limités en comparaison de ceux de ses collègues, à affronter des ennemis cosmiques. Enfin, passons.
L'on a ensuite des seconds couteaux, plutôt sympathiques. Hyperion, classe et rarement employé finalement, Rocket et Solar, qui assurent une touche un peu humoristique, et Spider-Woman ou encore Captain Marvel en atout charme. Et on est loin d'avoir fait le tour.

L'origine de certains nouveaux personnages est bien dévoilée, mais d'une manière si froide et rapide qu'elle ne permet pas d'insuffler de la profondeur ou de simplement permettre l'empathie. Comme souvent avec Hickman, on reste à la surface des protagonistes pour se concentrer sur l'intrigue et l'action.
Si ces épisodes peuvent être déroutants, ils n'en ont pas moins des qualités. L'on se trouve ici devant du grand spectacle, avec des flottes extraterrestres, la garde impériale Shi'ar, un petit détour sur Mars et même l'univers en personne incarné sous une forme humanoïde. Et tout cela fait son petit effet pour peu que l'on ne soit pas trop regardant sur le quotidien des personnages ou leurs relations.

On se surprend à être intrigué, fasciné même, par ces entités improbables ou ces allusions au mystère de la création. Il s'agit là d'Avengers "larger than life", côtoyant des dieux et influant sur le destin de l'univers. L'aspect visuel (surtout grâce à Opeña) rend le tout impressionnant et esthétique.
A voir donc. Si l'on apprécie le style Hickman et que l'on connaît la plupart des personnages, la série peut s'avérer agréable et en tout cas bien différente du faiblard Uncanny Avengers. Si au contraire l'on débarque dans l'univers Marvel, ou que l'on préfère les scènes plus intimistes, l'écriture ciselée et les adversaires plus terre-à-terre, le titre risque de décevoir.

A tester sur le long terme.

+ vaste casting
+ trip cosmique
+ les planches de Opeña
- des personnages complètement lisses si l'on n'a pas déjà un attachement pour eux, ou au moins une vague connaissance de leur passé
- une intrigue parfois confuse