06 septembre 2014

UMAC : bientôt 10 ans !

Dans quelques mois s'ouvrira la dixième saison de ce blog. Ce sera sans doute l'occasion d'un petit jeu/concours, mais aussi de sujets un peu spéciaux, permettant de revenir sur ce qui restera une longue et belle aventure.

Vous pouvez "admirer", ci-contre, l'évolution des logos du blog. De "Univers Marvel" à "UMAC" en fait.
Oui, ça fait mal aux yeux. Un peu comme ces vieilles photos où l'on se voit affublé de sous-pulls et de machins bariolés épouvantables (cruel avantage d'être né dans les années 70). 
Les deux premiers sont particulièrement gratinés. Avec notamment un très joli "brun caca" constituant, pour le deuxième, l'une des plus belles fautes de goût dont je puisse m'enorgueillir. A partir du troisième, j'ai été aidé. Ou plutôt, je ne m'en suis plus occupé du tout, ce qui a permis un certain gain en qualité visuelle.
Vous pouvez vous moquer, c'est fait pour. ;o)
Je vais aussi vous montrer pourquoi je ne suis jamais devenu dessinateur, puisque tous les dessins qui suivent sont de moi. Il y a de tout, le truc à la Carali mais en moins bien, le crayonné grimaçant immonde, la peinture de jeunesse dont on a honte... comme quoi, c'est un vrai boulot. Quand on fait les fonds de tiroirs, on trouve de quoi alimenter les bêtisiers !

Lorsque j'ai commencé à écrire ici, j'avoue que je ne savais pas trop où j'allais. C'était la mode des blogs où les gens racontaient leur vie, j'avais donc surtout envie de parler de tout sauf de la mienne. 
Concernant les comics, il n'y avait pas cette profusion actuelle de blogs et de sites. J'ai donc eu envie de parler de la BD américaine dans des chroniques se voulant différentes et faisant, si possible parfois, le lien entre pop culture et culture "institutionnelle". Ce que j'aurais aimé lire plus jeune en somme. C'était sans doute prétentieux de ma part (lorsque l'on commence un boulot, mieux vaut ne pas être humble, l'ambition est un moteur et bien des gens se chargeront déjà suffisamment de vous ralentir) mais je crois, en regardant en arrière, que je n'ai pas à rougir de l'évolution de ce bon vieil UMAC.

J'ai commencé à prendre des notes concernant l'histoire de ce blog il y a quelques années déjà. C'était presque une blague à l'époque, je m'étais dit que ça me servirait à faire un article pour fêter la dixième saison. Et voilà que la dixième saison se profile à l'horizon...
De ces notes, je n'ai pas tout retenu. J'ai notamment laissé de côté bien des gens qui ne méritaient pas d'être cités. D'autant que leur aspect nocif est finalement très relatif. C'est l'un des rares avantages d'accumuler les coups durs dans la vraie vie, l'on relativise très vite les abrutis du net que l'on a pu croiser. Et j'en ai croisé un certain nombre. Des incapables enragés par le fait que l'on pouvait pointer du doigt leur impéritie, de faux amis qui n'hésitèrent pas à planter des lances, de préférence dans le dos, au plus mauvais moment, des trolls dont le courage se mesure à l'aune de leur anonymat, des menteurs, des profiteurs, des jaloux... rien que du très banal en somme. 

J'ai heureusement fait également de belles et lumineuses rencontres. Des gens que je tiens en haute estime et qui m'ont souvent apporté des opportunités inattendues, malgré mon caractère impulsif, entier et hargneux (j'ai aussi des qualités je pense, mais il parait qu'il n'est pas de bon ton de les dévoiler en public). 
Ce dont je suis le plus heureux est sans doute la conséquence de mon acharnement à ronchonner contre les publications blindées de fautes ou certains travaux trop amateurs. Bien souvent, j'ai vu des gens ricaner sur des fora, pensant que je me battais contre des moulins à vent ou que je défendais des utopies. Ces utopies ont conduit un jour un certain François Hercouët à me demander si je ne voulais pas mettre en pratique les principes que je défendais. Cela m'a permis de devenir correcteur pour Urban Comics. Et mon avis n'a pas changé depuis : si l'on est suffisamment rigoureux, on peut faire un travail correct. 

Des gens comme David Bianic ou Guillaume Matthias m'ont également fait confiance pour tenir un rôle de rédacteur au sein du magazine Geek ou du webzine de WEBellipses. Ce fut parfois chaotique mais toujours enrichissant. J'ai également rencontré de nombreux dessinateurs, scénaristes, éditeurs, traducteurs, lettreurs, coloristes... parfois, juste pour une interview pour le blog, qui n'allait pas beaucoup plus loin. Et d'autres fois, en tissant de drôle de liens qui me menaient à d'autres personnes et influençaient (en bien) mes projets personnels. 
Le bilan est donc positif. J'ai consacré beaucoup de mon temps à ce blog (les premières années, j'avais tout de même un rythme d'une chronique tous les deux jours, voire plus) mais les retombées auront été à la hauteur, non de mes espérances (je n'en avais aucune) mais de ma passion.

Le blog a également évolué, et pas seulement au niveau des logos. D'un site consacré exclusivement au marvelverse, on a lorgné progressivement vers une ouverture englobant tous les comics, puis toutes les formes de BD, et enfin la pop culture dans son acceptation la plus vaste.
Pour aborder ce nouveau chapitre, des rédacteurs sont venus m'aider et apporter leur plume et leurs connaissances au service du blog. Vance, Geoffrey, Cindy ou encore Jeff m'ont aidé à aborder des domaines tels que le manga, le cinéma, les romans ou les jeux vidéo.
Tout cela est venu en fait d'un besoin personnel.

A une époque, je lisais absolument tout ce qui sortait en kiosque au niveau comics, plus l'essentiel de la librairie, plus un peu de VO et quelques trucs hors mainstream. Je ne me forçais pas, j'aimais ça, mais après quelques années d'un rythme de dingue, je suis arrivé à saturation. Je n'avais plus envie de lire les mêmes sempiternelles histoires, d'autant que le marvelverse plongeait dans un surplace narratif peu enthousiasmant. 
J'ai donc imaginé que, comme naguère l'on était passé des seuls comics Marvel à tous les comics, je pouvais faire en sorte que le blog évolue vers quelque chose de plus large. Qui puisse mieux correspondre à mes envies mais aussi aux vastes domaines que maîtrisent les rédacteurs qui m'accompagnent aujourd'hui.
Ainsi sont nés notamment les Step Back in Time, dans lesquels nous avons pu évoquer jeux vidéo, séries TV et films, ou les plus récentes "sélections UMAC", m'ayant permis de parler de Koontz, des romancier anglais ou de quelques polars cultes en DVD. Mais de cette nouvelle orientation sont aussi nés ces sujets sur Ulysse 31Saint Seiya ou le plagiat

UMAC a évolué pendant toutes ces années. Ce qui est normal et même sain. Certaines choses ne changeront cependant jamais. Ceux qui interviennent en ce lieu ont, je le pense, une plume habile, une connaissance certaine du sujet abordé, une véritable déontologie (qui parfois est absente des organes de presse) et, sinon un goût pour "la" vérité, du moins une absence de frilosité qui empêche d'en rester à de simples évidences ou des quatrièmes de couverture.
Sommes-nous parfaits ? Carrément pas.
Est-ce que l'on prend au sérieux ce que l'on fait ? Oh, putain oui !

Je ne sais pas si la dixième saison qui se profile sera la dernière, j'espère, comme toujours, qu'elle sera la meilleure, mais je sais que les ingrédients que l'on mettra dans nos chroniques seront toujours les mêmes : des couilles, des neurones et beaucoup de boulot. Et zéro pub.
Comme promesse, ce n'est pas si mal, non ?

Merci aux fidèles lecteurs, aux nouveaux et aux curieux. 

Guns & Apple Pie !