09 mars 2015

Sélections UMAC : Top 5 des titres pour se nettoyer les tympans !

C'est reconnu par tous les bons ORL, l'abus de niaiseries, de style Calogero ou Black M, peut faire perdre plus de 35% de l'audition à moyen terme, et avoir même des répercussions sur la santé mentale, le bon sens et l'humeur.
En nous basant sur des études purement scientifiques, nous vous recommandons de vous laver les dents au moins deux fois par jour, de manger des fruits et des légumes si vous le pouvez (à part des kiwis, parce que franchement, faut le vouloir pour bouffer ça), et d'écouter les titres qui suivent.




1. Van Halen  - Ain't Talkin' 'bout love 
Deux à trois fois par semaine, à fond dans la bagnole (ou dans la chambre si vous vivez chez vos parents). Normalement, ça doit stresser tout le monde. Expliquez-leur que la vraie musique, ça s'écoute à fond et en transe. Si vous avez un chat, protégez-le en lui mettant des boules Quies (sauf si c'est un putain de cat hardos). 
Bond de testostérone : + 1000
(écouter : click)

2. Iron Maiden - Fortunes of War 
Tout peut s'écouter dans la longue discographie de Maiden, mais ce morceau-là, aux alentours des deux minutes, s'affole pour devenir guerrier et transcendantal. Courant chez Maiden, mais bon, il fallait en choisir un. Et celui-ci n'est pas trop connu.
Envie de maltraiter une gratte : + 17 500 / envie de s'acheter un glaive et d'envahir la Perse antique (ou le Luxembourg, histoire de se faire la main) : + 80
(écouter : click)

3. Twisted Sister - King of the Fool 
Là, je reconnais, c'est spécial. Le chanteur m'a toujours fait flipper. Il ressemble un peu à une vieille polonaise qui tenait un stand de frites dégueulasse à Thionville (véridique). Elle était trop maquillée et avait toujours l'air d'être deux minutes dans le passé quand on lui parlait. 
Mais bon, Twisted quoi. On ne peut pas dire qu'il y ait tromperie sur la marchandise.
Je passe pour un asocial et un mec bizarre : + 50
(écouter : click)

4. Blue Oyster Cult - Don't Fear the Reaper 
Si ça c'est pas un putain de classique de sa race, alors autant abandonner toute notion ayant un vague rapport avec l'harmonie, la justesse et la mélodie. 
Ce truc-là, ça doit te filer des frissons, au minimum. La chiasse si tu es très sensible. Mais de toute façon, ça doit avoir un effet physique. Pour l'anecdote, c'est ce titre qui ouvre l'adaptation en téléfilms du roman Le Fléau de Stephen King. 
Joie : + 5000 / Drague : - 18 (bonus de + 35 si filles bourrées et texanes)
(écouter : click)

5. Clutch - Electric Worry                     
Plus récent, Clutch est présent pour son petit côté redneck, sa basse brutale et couillue, et sa tendance, très "maidenesque" [1], à pondre des textes surprenants et bien plus profonds qu'on ne pourrait le supposer (en faisant notamment référence aux classiques de la littérature, à la mythologie ou à certains hauts faits historiques. Ah ben, c'est pas du Cali, c'est sûr).
J'ai l'air d'un plouc : + 40 / je jubile secrètement en sachant qu'il y a plus de neurones dans un refrain de Clutch que dans toute la discographie de Bruel : + 1 000
(écouter : click)


Si vous ne vous retrouvez pas dans ce top 5, c'est normal, vous avez des goûts de chiottes [2]. Plus sérieusement, et bien que la première hypothèse ne soit pas fausse dans tous les cas, ce n'est pas spécialement fait pour vous convenir mais pour rappeler que la musique, ce n'est pas forcément de la soupe tiède qui convient à tous les gosiers, mais un truc qui peut être épicé, violent, orgasmique et fameux ! Et puis, même si un seul titre vous intrigue dans le lot, ce n'est déjà pas si mal.
Et de toute façon, j'aime bien aussi Dorothée, comme quoi, tout est relatif. ;o)




[1] Cf. cet article qui revient notamment sur la diversité et la qualité des textes du groupe, très loin de l'image ridicule qu'en donnent parfois certains médias.
[2] Là je mettrais bien que c'est une plaisanterie, histoire de m'éviter à avoir à virer sur facebook le gros lourdingue habituel qui ne manquera pas, dans les 24h, de venir pleurnicher sur l'injustice de mes propos, mais si on pouvait expliquer le second degré aux cons, ça se saurait. Donc, merde. Simple, clair.