04 janvier 2014

Une "spidercave" pour Superior Spider-Man ?

Le Spider-Man (v.4) #7 ouvre le bal des aventures arachnéennes de 2014. Tout de suite, le point sur le contenu.
(attention, cet article contient quelques spoilers mineurs)

On commence par deux épisodes de Superior Spider-Man, écrits par Dan Slott & Christos Gage et dessinés par Giuseppe Camuncoli
Le Tisseur se trouve toujours au Raft, la prison de haute sécurité, et tente de faire échouer la tentative d'évasion d'Alistair Smythe alias l'Anti-Araignée. Ce dernier s'est offert les services du Scorpion, du Vautour et de Boomerang pour l'appuyer, notamment en menaçant les civils venus assister à son exécution...

Une occasion de plus pour Otto (qui remplace Peter Parker, cf. cet article si vous n'avez pas suivi) de montrer sa supériorité intellectuelle mais aussi son inclination pour les solutions violentes et radicales. Rien de bien neuf ou excitant toutefois, si ce n'est un déménagement amusant qui pourrait permettre de développer quelques bonnes idées : Otto a en effet obtenu le Raft pour son usage personnel, le transformant ainsi en QG. Ce projet, purement "octopussien", montre bien les différences d'ambition et de philosophie qui existent entre ce Monte-en-l'air "supérieur" et sa version historique. 
Espérons cependant que Slott va aller jusqu'au bout du concept et ne pas se contenter de combats répétitifs et sans grand intérêt (c'est un peu un spécialiste du genre). 

L'on en vient ensuite à un nouvel arc de la série Scarlet Spider. Là encore, on a droit à deux épisodes. Le scénario est de Chris Yost, les dessins de Carlo Barberi & Ale Garza.
Kaine a passé un marché avec la Guilde des Assassins. Afin que ceux-ci s'engagent à ne plus intervenir à Houston, et à laisser ses proches en paix, il a accepté de remplir un contrat pour eux. La guilde lui dévoile donc sa cible : Wolverine. Ah, pas de bol. Devoir buter un type possédant un facteur auto-guérisseur n'est tout de même pas ce qu'il y a de plus facile...
Kaine s'embarque donc pour New York en compagnie d'Aracely. Celle-ci apporte une petite touche de fraicheur et d'humour qui sauve ce début d'intrigue, tout de même très convenu. 
Baston et guests prestigieux, mais rien d'époustouflant.

Enfin, on termine par l'annual d'Avenging Spider-Man. Pfff... je m'étais réjouis le mois dernier (cf. cette chronique) de la fin de cette série insipide mais évidemment, quand il n'y en a plus, il y en a encore ! Nous voilà avec l'annual maintenant ! Et en plus, figurez-vous qu'il paraît que des lecteurs écrivent à Panini pour demander si les épisodes manquant d'Avenging (ah ? il en manquait ?) seront publiés...
Alors, là, je n'en reviens pas. Il y a des gens qui écrivent à Panini ?? Pour réclamer du Avenging en plus !? Mais enfin, pourquoi ces individus ne sont-ils pas traqués et abattus ? Ne serait-ce que par humanisme, il est odieux de les laisser ainsi souffrir inutilement. Alors, si vous voulez, je peux m'en charger. Toutefois, comme cela va m'occasionner des frais, j'accepte bien entendu vos dons. Et n'hésitez pas à y aller franchement, je ne vous cache pas que je préfèrerais m'acheter un AA-12 plutôt qu'une arbalète.
Ah ben tiens, on me dit que le fameux lecteur masochiste est en fait une lectrice (véridique). Bon, ben... je me demande si c'est bien charitable de la descendre comme ça, juste pour un courrier. Il faut être tolérant, accepter la différence, lui expliquer patiemment pourquoi Avenging est indigeste... je pourrais tenter de la convaincre à l'occasion d'un dîner, c'est plus moderne qu'une traque. Qu'elle n'hésite pas à me contacter (du coup, j'ai quand même besoin de vos dons, et allez-y franchement, je ne vais pas l'emmener au MacDo pour un premier rendez-vous !).
Alors, trêve de conneries, l'annual est aussi nul que le reste de la série. Oui, c'est court mais c'est bien suffisant. Et mes histoires de traque et de dîner ont pris beaucoup de place.
Tiens, on me signale maintenant que, peut-être, Panini invente les courriers de toutes pièces. Alors si c'est pour me retrouver avec Christian Grasse portant une perruque, le tout dans une ambiance feutrée, avec chandelles et compagnie, je vous le dis tout net, ça ne fait pas tellement partie de mes projets pour 2014 ! Ou alors, à la limite, si c'est lui qui paie... 

Bilan assez moyen pour cette première fournée de l'année, même si Otto et Kaine apportent un nouveau souffle indéniable.

+ Otto, aussi implacable que brillant
+ le charme, l'innocence et l'humour d'Aracely
- beaucoup de scènes de combat manquant d'intérêt
- intrigues sans surprises, ressorts éculés
- Avenging qui n'en finit plus de finir...