24 avril 2013

Green Lantern Saga #11


Le petit monde (univers ?) spatial de Green Lantern continue sur sa lancée dans Green Lantern Saga #11. Alors, que nous réservent les quatre séries ce mois-ci ? 

Green Lantern : LA série principale se trouve toujours fort déconnectée des complots et autres magouilles des Gardiens. Sinestro et Hal Jordan ont percé le secret de la tribu indigo mais dans la foulée, Black Hand est mort. Avant de voir un anneau noir le faire revenir à la vie. Autant dire que nos deux héros ont une belle menace sur les bras (Blackest Night bis repetita ?). 
Geoff Johns offre toujours une série haletante, certes un peu décompressée mais qui offre un rôle important à Sinestro. Celui-ci, redevenu GL contre sa volonté, se montre être un personnage complexe et plein de zones de gris. 
C’est l’exploration de ces zones qui rend la série très sympathique.


Green Lantern Corps : Guy Gardner a très mal vu le fait que John Stewart soit condamné pour avoir « protégé » le corps en tuant de sang-froid un GL qui allait craquer sous la torture et révéler comment attaquer Oa. 
L’agitation est à son comble et les Gardiens entendent bien en profiter pour faire avancer leurs sombres desseins.
Sans doute LA meilleure série du magazine : Peter Tomasi explore les relations entre les personnages (il est très doué pour ça, son Batman&Robin est une perle aussi) et fait avancer les pions sur l’échiquier galactique bien plus que ne le fait la série-mère.



New Guardians : Les Blue Lanterns sont attaqués sur leur planète par la ruche, un collectif insectoïde dont l’attaque aurait été commanditée par Larfleeze, l’Agent Orange. Il n’en faut pas plus pour que les Power Rangers, pardon, les Avengers de l’espace, encore loupé, le groupe sans nom que nous nommons Les Nouveaux Gardiens se lance en quête de vengeance et de réponses à leurs questions diverses et variées. Voila une série bien laborieuse, car après 11 numéros, on ne sait toujours pas pourquoi une entité a réuni un membre de chaque corps pour en faire une sorte d’équipe.
Bon, le titre de la série est peut-être un indice, mais sait-on jamais... 
Tout comme la série-mère, New Guardians est relativement déconnectée de ce qui se trame sur Oa mais également des autres séries : c’est un vrai casse-tête de remettre dans l’ordre chronologique la situation des personnages par rapport à une autre série ! Ainsi, les apparitions de Fatality et Bleez sont dures à remettre en contexte par rapport à la série Red Lantern.



Red Lantern : La série paradoxale par excellence : il ne s’est rien passé en huit épisodes qui n’aurait pu être conté en trois (et je suis large), mais le vide peut être fascinant quand il est bien rendu. Pourtant, depuis que Bleez veut prendre le contrôle, la série a passé la seconde ! Un Red Lantern humain émerge, Atrocitus voit son autorité remise en cause et voila que tout le corps des Red Lantern est maintenant condamné à petit feu s'ils ne sauvent pas leur batterie centrale. Ouf, enfin des enjeux, enfin du mouvement. Pendant qu’Atrocitus cherche l’être qui a condamné son Corps à mort, Bleez se rend chez les Star Sapphires qu’elle croit être responsables ! Et là, bonjour l’imbroglio de continuité ! Comme je le disais plus haut, difficile de savoir où tout cela prend place chronologiquement par rapport à New Guardians (c'est bien simple, c'est encore plus brumeux avec deux séries que l'ensemble des séries Avengers et les séries en solo des héros composant les équipes !).
Et l’éclatement des intrigues n’aide pas vraiment à s’attacher à un personnage ou un autre. D’où un certain désintérêt pour cette série.



Green Lantern Saga continue donc d’être à mes yeux un magazine en demi-teinte qui s’ouvre sur deux excellentes séries pour se terminer sur deux séries dont l’intérêt va en décroissant. Peut-être qu’en aillant arrangé le sommaire différemment, cette sensation ne serait pas aussi forte.