02 février 2015

Coffin Hill : flic & sorcière

Une nouvelle série Vertigo a débarqué il y a peu chez Urban Comics et flirte avec le polar et le fantastique : Coffin Hill.

Eve Coffin est une jeune policière qui vient juste de mettre fin aux agissements d'un serial killer, s'attirant ainsi la curiosité de la presse. Alors qu'elle retourne chez elle, dans le Massachusetts, elle découvre que deux jeunes gens ont disparu dans les bois où, plus jeune, elle a elle-même vécu une expérience traumatisante.
En effet, lors d'une nuit mémorable mêlant magie, sexe et drogue, quelque chose de terrible s'est déroulé au cœur de la forêt. Quelque chose qui peut vous faire disparaître dans les ténèbres ou vous rendre fou...  

Cette série est écrite par Caitlin Kittredge, romancière connue pour ses ouvrages de fantasy mêlant justement polar et magie. Les dessins sont l'œuvre de Inaki Miranda
Alors que l'on aurait pu s'attendre à un bon gros ratage à la Mercy Thompson ou du genre La Maison de la Nuit, l'on a la surprise de découvrir non seulement une histoire qui tient la route mais également une ambiance tout à fait réussie qui génère frissons, curiosité et cette indispensable envie de tourner les pages.

Si l'aspect graphique est indéniablement séduisant, Miranda installant des décors plutôt impressionnants (crypte, vieille bâtisse, bois brumeux...) et des personnages au look gothique, l'écriture de Kittredge s'avère être d'une efficacité redoutable.
Le personnage principal, sorte de sorcière moderne et futée, est parfaitement campé et l'histoire progresse régulièrement, entre flashbacks et révélations. Bien que l'on rencontre tout ce que l'on pensait être en droit de trouver (le médecin taré dans l'asile glauque, l'entité effrayante, l'histoire d'amour contrariée...), l'auteur parvient à dépasser les clichés pour livrer un récit agréable qui navigue entre enquête policière, secrets de famille et pratiques ésotériques. 

Ce premier tome se termine sur un gros cliffhanger qui donne envie de découvrir la suite (prévue pour juin 2015). Même si Coffin Hill ne dispose pas de toutes les qualités d'un Locke & Key (la saga de Hill maniant en plus l'humour et l'émotion et étant sans doute plus inventive), l'aspect étrange des lieux et des personnages, le suspense ainsi que la forte teneur en paranormal peuvent quelque peu rapprocher ces deux titres (attention cependant, la magie reste relativement light et "réaliste", à base notamment de potions ou de symboles dessinés sur le sol [1]). 
Un récit qui, quoi qu'il en soit, ne fera pas honte au label Vertigo, riche en comics de qualité.

Du sang, des sorts et un peu de sexe. Un mélange qui n'est pas suffisant en soi pour faire une bonne BD mais qui ici est particulièrement bien employé et dosé. 

+ un style graphique efficace et percutant
+ de la magie crédible
+ aisance narrative évidente
+ une héroïne charismatique...
- mais dont la dureté et la froideur empêchent pour l'instant le petit plus émotionnel qui rendrait le tout imparable et complètement addictif


[1] Ce n'est bien entendu pas un défaut, cela rend même certaines pratiques plus vraisemblables et leurs effets mieux compréhensibles (cf. cet article sur le sujet).