23 juillet 2013

Tu mourras moins bête


On associe sciences et déconne aujourd'hui, avec Tu mourras moins bête, qui est à la fois un blog, une BD, et une manière de vous initier à la zoologie, la médecine ou la balistique.

Est-ce qu'il est vrai qu'il nous arrive d'avaler des araignées pendant la nuit (heurk, dire qu'avant je n'étais même pas au courant de cette légende urbaine  (faites que ce soit une légende urbaine,  faites que ce soit une légende urbaine !)) ? Peut-on vraiment utiliser un Mac 10 comme au cinéma, sans se brûler les paluches ? Voulez-vous tout savoir sur la sexualité des acariens ou des manchots ? Eh bien, Tu mourras moins bête est fait pour vous.
Cette BD en ligne, dont deux tomes sont aussi disponibles en version papier, explore avec humour les grands mystères de l'univers et démonte les idées reçues qui sont parfois véhiculées par les media, tout cela grâce à la plume et aux crayons de Marion Montaigne.

Mais alors, est-ce que c'est vraiment drôle ?
Oui, cent fois oui, et surtout, voilà une artiste qui parvient à nous faire marrer sans nous imposer de pseudo-réflexions autobiographiques parfaitement indigestes. Hmm ? Oui, bien sûr qu'un auteur parle toujours de lui, au moins indirectement, mais les mieux élevés font en sorte que ça ne se voit pas. 
Et on apprend vraiment des trucs ?
Ben oui, m'enfin, c'est tout de même plus fait pour passer un bon moment que pour préparer un doctorat ou votre brevet de pilote (en général, les futurs docteurs ou pilotes s'en rendront compte d'eux-mêmes, du moins je l'espère).
Plus sérieusement, l'auteur se sert de faits scientifiques, voire d'anecdotes ou de faits divers, pour en livrer une relecture pétillante et légèrement acide. Tout cela avec l'aide d'un style graphique bien particulier.

Niveau dessin, effectivement, on est dans du minimaliste, très percutant mais très difficile à maîtriser, à la Carali. En général, soit l'on se vautre lamentablement, soit l'on touche à l'irrésistible, ce qui est ici le cas. Marion Montaigne parvient presque à chaque fois à trouver l'expression, le décalage, l'absurdité qui convient, que cela soit pour évoquer le cas Lisa Nowak (à mourir de rire, même si en réalité cela n'a rien de bien marrant), ou expliquer pourquoi ce ne sont pas nos aisselles qui puent mais les "pets" des bactéries qui "bouffent" notre sueur.
L'on part pour lire un ou deux billets, et on s'embarque pour presque une après-midi à glander et se poiler en réfléchissant sur l'aspect comique de la cryogénisation ou de la vie de Pythagore.

Mais alors, c'est bien ?!
C'est très bien, ça respire le travail, la passion et c'est souvent surprenant. Et en plus, c'est gratuit, sur un blog jeté en pâture aux internautes fauchés ou en mal de stimuli des zygomatiques.
Idéal pour l'été. Ou même l'hiver d'ailleurs, on se fout de la saison quand c'est bon.


+ drôle (vraiment drôle)
+ original
+ basé sur des "faits" réels et des notions scientifiques
+ gratuit...
- un style graphique un peu "brut", très efficace, mais qui ne plaira pas à tout le monde (en même temps, c'est pas le but)