16 juin 2014

Avant-Première : Batman & Robin

Le mois prochain sort, en librairie, le premier tome de Batman & Robin. Une occasion de voir Batman faire équipe avec son propre fils.

Le plus célèbre des sidekicks reste probablement Robin. Mais, si vous n'êtes pas un adepte des comics estampillés "Dark Knight", peut-être ignorez-vous que le justicier de Gotham a, en réalité, bénéficié de la compagnie de plusieurs acolytes différents.
Dick Grayson (aujourd'hui Nightwing), Jason Todd (tué par le Joker), Tim Drake (devenu Red Robin) et même la turbulente Stephanie Brown (alias Spoiler) ont alternativement revêtu le masque de Robin.
Aujourd'hui, le rôle est tenu par Damian Wayne, le propre fils de Bruce.

L'on comprendra aisément que la série soit basée sur les houleuses relations père-fils des principaux protagonistes. Il se trouve que, si Batman peut parfois être un papa maladroit, son rejeton, formé par la Ligue des Assassins, est aussi doué pour la castagne qu'horripilant. 
Surtout, il est encore fort jeune et n'a pas les mêmes convictions morales que son paternel. Il va notamment faire usage d'une violence excessive à plusieurs reprises.
Et il n'en faudrait pas beaucoup pour qu'il bascule vers une radicalisation totale.

Les dessins, plutôt sympa et efficaces, sont de Patrick Gleason. Le scénario est de Peter Tomasi (que l'on a pu voir à l'œuvre sur Green Lantern Corps ou War of the Green Lanterns).
Si Tomasi ne va pas chercher une thématique bien originale (faut-il ou non buter les criminels ?), il parvient néanmoins à développer une intrigue agréable et à rendre compte des difficultés relationnelles du tandem de super-héros. L'utilisation de Personne, alias Morgan Ducard, permet d'offrir une scène d'introduction musclée tout en pimentant un peu la réflexion et le cheminement personnel du jeune Damian. L'on peut regretter le dénouement, franchement téléphoné, mais le tout se lit vraiment avec plaisir.

Rappelons que Damian avait déjà fait équipe avec Batman, dont le rôle était à l'époque tenu par Grayson (cf. Batman Universe #3). Cette fois, le lien de parenté qui unit les deux encapés permet d'enrichir le personnage de Robin. Damian n'est plus seulement un gosse antipathique et surdoué, mais un gamin qui doute, fait des erreurs et éprouve des sentiments très contradictoires à l'égard de son père.
Devoir seconder Batman (ou, pire encore, rêver de l'égaler) n'a rien d'évident. En montrant non pas seulement les caprices ou les vantardises de Damian mais aussi ses failles, Tomasi parvient à l'humaniser et à le rendre (presque) sympathique. 

Si vous n'êtes pas un lecteur assidu des séries Batman et ne connaissez pas son fils, rassurez-vous, tout est tout de même parfaitement compréhensible. L'on a droit à un rappel, heureusement rapide, des origines, à quelques flashbacks - utiles dans le contexte - sur l'entrainement de Bruce Wayne, mais globalement, même s'il est fait une rapide allusion à Batman Incorporated, cet arc peut se suivre sans réelles connaissances préalables.  

L'ensemble est donc accessible, bien mis en scène et maîtrisé. Il manque peut-être une touche de folie qui aurait pu permettre de sortir des sentiers battus et du prévisible. 
A recommander tout de même.
Sortie, chez Urban Comics : 11 juillet 2014.

+ de belles planches et des plans aux effets percutants
+ un Robin intéressant, qui peut être aussi inquiétant qu'émouvant
+ une ambiance sombre et violente, avec du sens en prime
- très (trop ?) classique dans le déroulement