20 juin 2014

Avengers : Disassembled

Un nouvel arc à ne pas manquer, dans la collection Marvel Comics de Hachette, avec Avengers : La Séparation.

Voilà une borne chronologique très importante pour l'univers Marvel, qui marque l'arrivée de Brian Michael Bendis (cf. cet article) sur les séries Avengers et prépare le terrain pour le futur House of M. C'est d'ailleurs ce récit qui ouvre la chronologie Marvel présente sur ce site.
Voilà déjà dix ans que cette "séparation" spectaculaire a eu lieu, signant le basculement de la Maison des Idées dans l'ère moderne, avec des récits plus adultes et ambitieux (jusqu'à Civil War et ses suites directes, avant la période de stagnation que l'on connaîtra ensuite).
Et en plus de la valeur historique, la saga est bien écrite et plutôt spectaculaire.

Les Vengeurs subissent de plein fouet plusieurs attaques. Leur manoir part en fumée, She-Hulk devient folle et tue l'un de ses collègues, des Ultron débarquent en masse, suivis d'extraterrestres Kree belliqueux. Plusieurs membres du groupe perdent la vie. Pire encore, l'image même de l'équipe va se dégrader. En effet, Tony Stark, alias Iron Man, alors qu'il est à l'époque ministre de la défense, pète les plombs et menace de tuer l'ambassadeur de Latvérie en pleine séance de l'ONU. 
Des sanctions internationales tombent, Stark ne peut plus financer le groupe, plusieurs Vengeurs font part de leur désir de passer à autre chose... c'est la fin d'une époque.

C'est David Finch qui officie, en tant que dessinateur, aux côtés de Bendis. C'est peu de dire que ses planches sont superbes et rendent l'épopée spectaculaire. D'autres artistes sont également présents sur Avengers Finale, l'épisode qui conclut la saga et revient sur les grands moments de l'équipe. Alex Maleev, Michael Gaydos, David Mack, Steve McNiven, Eric Powell et bien d'autres sont de la partie, ce qui renforce encore l'aspect hommage et "fin de règne" du récit.
Récit d'ailleurs mené brillamment par un grand Bendis qui lancera dans la foulée les New Avengers (cf. ce deluxe, qui compilait Disassembled et les premiers numéros de la nouvelle série).
Tout est subtilement dosé et harmonieusement placé, de l'émotion d'un Hank Pym qui veille son ex-compagne blessée, jusqu'à l'humour - traditionnel mais efficace - d'un Spidey (cf. scène #1 du Bêtisier) qui commente une situation pourtant dramatique. 

Evidemment il y a énormément de protagonistes et un bon nombre de références au passé prestigieux des Vengeurs, ce qui peut parfois perdre un peu le lecteur novice. La narration et l'intrigue sont cependant suffisamment claires pour que, même sans connaître les personnages secondaires qui interviennent régulièrement, chacun puisse comprendre l'importance de ce qui se trame.
Niveau bonus, pas grand-chose. C'est même le service minimum : deux pauvres pages sur Bendis et son arrivée sur le titre. Bon, on peut quand même rajouter à ça le "point sur la situation", au début de l'ouvrage, sur lequel on trouve des infos vraiment succinctes sur la composition de l'équipe (un portrait de chaque membre et son nom). Rajouter ne serait-ce que leurs pouvoirs aurait été un plus.
Quant à la VF, elle est plutôt correcte à part la disparition, une fois sur deux, de l'adverbe de négation "ne", ce qui donne l'impression que les personnages sont aussi demeurés que des candidats de télé-réalité (cf. ce petit rappel sur les effets pervers de la dégradation volontaire d'un texte dans les dialogues). 

Au final, il ne s'agit pas réellement d'un arc complet mais plutôt d'un moment, certes important et même émouvant, arraché à une continuité complexe. 
Excellent en tout point, et donc forcément conseillé.

+ de l'action grandiose
+ une écriture inspirée et efficace
+ richesse de l'aspect relationnel entre les personnages
+ historique, tout simplement...
- des bonus peu nombreux, quant à ceux qui sont présents, ils manquent de détails