01 septembre 2014

Sons of Anarchy, version comics

Le premier tome de la version comics de Sons of Anarchy vient tout juste de sortir en France. Le point en détail sur ce premier arc.

Kendra, une actrice de films pornographiques, a été témoin d'une scène qu'elle n'aurait pas dû voir. La voici en danger et poursuivie par de dangereux criminels.
Elle décide alors de se rendre à Charming pour demander la protection de SAMCRO (Sons of Anarchy Motorcycle Club - Redwood Original), le gang de motards local dont son père était membre.
Tig, qui est encore hanté par la mort de sa fille, va tout tenter pour venir en aide à la jeune femme.

Les séries TV qui connaissent une déclinaison en BD sont assez nombreuses. Il s'agit parfois d'adaptations strictes, reprenant l'histoire principale (comme pour Game of Thrones, bien qu'en réalité ce soit une adaptation des romans et non des épisodes TV), de suites après l'arrêt de la série (Jericho, Buffy, L'homme qui valait trois milliards) ou encore de récits parallèles, venant enrichir l'univers (True Blood, ou même Kaamelott dans un autre registre).
Cette série, publiée par Boom! aux Etats-Unis, appartient à cette dernière catégorie. Le récit se déroule après le meurtre de la fille de Tig, alors que Jax est devenu président du club.

Première constatation, l'ambiance de la série est assez fidèle. Le scénariste, Christopher Golden, s'attache à respecter le caractère des personnages et alterne scènes d'action et petites trahisons. 
Du point de vue graphique, c'est là aussi très correct. Le dessinateur, Damian Couceiro, s'en sort plutôt pas mal, tant au niveau des personnages, qui sont tous reconnaissables, qu'au niveau des décors, simples mais suffisants.
Le seul petit bémol tient à la représentation du sang (la série étant violente, il y en a quelques litres tout de même). On dirait plus de la peinture qu'autre chose. L'effet tient sans doute autant à la colorisation qu'à la manière, trop nette, de délimiter les coulures. 

La plus grosse réserve tient cependant à la série elle-même. Pour profiter pleinement de ce comic, il faut l'avoir vue et bien connaître les protagonistes. Entre les magouilles de Clay, le passé chargé de Tig, les allusions à certains personnages disparus ou les relations tendues entre Gemma et Tara, il sera difficile de comprendre vraiment ce qui se joue si l'on n'a pas l'histoire principale en tête.
Ce premier arc, complet, de six épisodes est accompagné par un grand nombre de covers alternatives ainsi que quelques pages montrant l'évolution d'une planche, du storyboard à la version finale colorisée, en passant par le crayonnage et l'encrage. 
Élégante hardcover, traduction soignée, le tout pour un peu moins de vingt euros.

Un premier album sympathique qui, sans atteindre des sommets, parvient à restituer l'essentiel du ton de la série TV.

+ des trognes reconnaissables
+ une ambiance fidèle
+ approfondissement des relations entre certains personnages
- difficile à suivre si l'on n'est pas fan de la série
- un topo sur les personnages principaux n'aurait pas été de trop