04 mars 2015

Spider-Man : prologue de Spider-Verse

Le Spider-Man (v5) #3, qui vient tout juste de sortir en kiosque, met en place le futur évènement arachnéen, Spider-Verse.

Le crossover mettant en scène les nombreuses versions du Tisseur (dont nous vous avions longuement parlé dans cet article) commence ce mois, du moins en ce qui concerne les prologues.
Le mensuel contient en effet deux courts récits qui posent les bases de la terrible menace à laquelle Peter (et tous les Spider-Men des nombreuses réalités alternatives) vont devoir faire face.

On commence par le retour du Superior Spider-Man, alias Octopus, qui arpente les différents mondes du multivers afin de constituer une armée de Spider-Men et ainsi contrer le puissant Morlun [1] et sa petite famille. 
Et en parlant de Morlun, on a droit à l'une de ses traques dans l'univers de 1602, Peter Parquagh faisant bien involontairement office de repas.
Ce n'est évidemment qu'une petite introduction pour le moment, mais autant ne pas la rater. Rappelons qu'en plus du mensuel du Tisseur, certains éléments seront publiés dans Spider-Man Universe (notamment la mini-série Edge of Spider-Verse, en juin).

La série principale, Amazing Spider-Man, continue pendant ce temps-là sur la même lancée, avec Dan Slott au scénario et Humberto Ramos au dessin. 
Comme on l'avait vu dans les numéros de janvier et février, Black Cat et Electro, maintenant alliés, poursuivent leur croisade anti-Spidey. Quant à Peter, il doit toujours gérer Silk, la nouvelle venue pour qui il éprouve une attirance animale.
Un épisode sympa, sans réelle surprise, qui se termine sur un enjeu usé jusqu'à la corde, à savoir la révélation, ou pas, de l'identité du Monte-en-l'air. Reste que le ton de la série est plutôt agréable.

On passe rapidement sur les New Warriors, toujours aussi soporifiques, pour s'intéresser directement à Spider-Man 2099, de Peter David. Miguel O'Hara accompagne son propre grand-père (qui a à peu près son âge et qui ignore qu'il deviendra son grand-père dans le futur) dans un pays en guerre auquel ils vendent des armes. L'accueil est plutôt musclé, à coups de fusil d'assaut, et le jeune "papy" se fait enlever comme la première princesse Peach venue. 
Moins d'humour et plus d'action que dans les épisodes précédents. 

Enfin, on termine par le retour de la série Superior Foes of Spider-Man, un petit chef-d'œuvre d'humour et de dérision à base de seconds couteaux, qui a débuté en France voilà pile un an (cf. cet article). Nick Spencer continue dans le même style décalé, accompagné par un Steve Lieber inventif et qui colle au propos à défaut d'être esthétiquement impressionnant.
Un vrai bon moment mais dont la publication a été chaotique (et qui fait ici office de bouche-trou).

Bref, un numéro globalement agréable et qui vient nous titiller avec les prémices d'un Spider-Verse très attendu. 
VF de qualité et pas de courriers des lecteurs, ouf, un machin inutile en moins !

+ prologue Spider-Verse
+ la fraîcheur apportée par Silk
+ l'humour de Spencer
- des New Warriors décidément sans intérêt 




[1] Morlun est un personnage, créé par Straczynski, dont on peut suivre les débuts dans ce Marvel Icons. Il rencontrera de nouveau le Tisseur plus tard, lors de la saga The Other, ce qui donnera l'occasion à Spidey de livrer l'un de ces plus terribles combats, dont il ne ressortira pas indemne. Morlun est également indirectement la cause de l'isolement de Silk, alias Cindy Moon, qu'Ezekiel a enfermée dans un bunker pendant des années afin de la protéger de l'instinct de prédateur de ce monstre.