21 septembre 2010

Ringhorn : Aelement met le cap au Nord

La scène French Comics s'enrichit ce mois d'un nouveau venu qui explore le riche univers des Vikings. Habillez-vous chaudement car l'on part pour les Terres du Nord avec le premier numéro de Ringhorn.

Herolf Ragnarsson est un guerrier, un marin mais aussi l'étrange héritier d'un pouvoir effrayant. L'homme est en effet un Berserker, un guerrier sacré d'Odin qui peut se transformer en un monstre assoiffé de sang.
Sur son drakkar, le Ringhorn, il est accompagné entre autres par Loki Lodinn, un voleur quelque peu dérangé, ou encore Magnus Bjarnsen, un combattant inspirant la terreur tant par les runes peintes sur son visage que par le marteau, Sigismund, qu'il utilise pour terrasser l'ennemi.
Le petit groupe est en expédition au Markland afin de libérer les captifs d'une secte sanguinaire. Mais les adorateurs du dieu-serpent Jormung pourraient bien donner du fil à retordre, et des crânes à exploser, aux fiers hommes du Nord...

Après un Hoplitea fort sympathique, Aelement Comics enchaîne sur un autre univers prometteur avec le premier épisode de Ringhorn. Le titre prend racine dans le XIème siècle et, plus précisément, le monde rude et aventureux des célèbres vikings. Une culture et une mythologie fascinantes mais relativement peu explorées, si ce n'est, aux Etats-Unis, par Brian Wood et son Northlanders.
Ici, c'est J.H. Wzgarda qui va avoir la lourde tâche de signer scénario et dessins. La colorisation, elle, est en partie assurée par Cecilia Alemany. Graphiquement, l'on peut affirmer qu'il y a de très bonnes choses, les planches d'ouverture ne sont pas loin du sublime, avec de très jolis effets faisant s'effacer progressivement les mots latins d'un livre ancien pour découvrir une mer déchainée. Malheureusement, les pages suivantes présentent aussi parfois des cases un peu en dessous techniquement, notamment à cause d'une impression de flou, ou d'encrage grossier, sur quelques dessins. Quelques problèmes de proportions peuvent également gêner un peu. C'est d'autant plus dommage que l'ensemble est d'un bon niveau et que certains plans sont réellement enthousiasmants.

Pour ce qui est de l'histoire, difficile de juger en un seul épisode. L'auteur installe les personnages et nous livre quelques informations essentielles. L'on notera que certaines idées semblent augurer du meilleur si elles sont bien exploitées, comme le subtil mélange entre fantastique et Histoire, ou encore l'introduction de héros atypiques, par exemple cet amérindien qui tient apparemment le rôle d'un "déraciné" confronté au monde viking qu'il ne connaît pas.
Il est important de souligner l'effort de documentation de l'auteur, qui emploie des termes propres à l'univers qu'il dépeint (ceux-ci sont d'ailleurs expliqués grâce à de petites notes fort utiles). Globalement, les textes sont d'un bon niveau, avec même parfois une pointe de poésie.
Pour l'instant, mais c'est un peu inhérent à la volonté de présenter le contexte, l'émotion n'est pas encore au rendez-vous mais le lieu, les protagonistes et l'époque constituent un cadre idéal pour faire vibrer le lecteur.

Alors, petite structure et petit tirage sont évidemment synonymes de coûts de production élevés, ce que l'on retrouve dans le prix de ce numéro (4,60 euros). Cependant, l'éditeur a fait son possible pour montrer sa bonne volonté. Ainsi, en plus des deuxième et troisième de couverture rappelant ce qui se fait chez les "grands" que sont Delcourt ou... Panini, l'on pourra trouver quelques bonus : une postface de l'auteur, des topos sur les artistes, un sketchbook agrémenté de quelques explications (2 pages), une mini-galerie issue d'un concours (1 page), et enfin, sans doute le plus intéressant, une page d'informations sur les explorations menées par les vikings, ainsi qu'une petite carte permettant de mieux situer l'action.

Une saga qui a tout pour devenir culte si elle parvient à développer les pistes qu'elle laisse entrevoir.