18 avril 2012

Fear Itself : Avengers Academy s'impose comme le meilleur tie-in

Le Marvel Heroes Extra #10 est entièrement consacré ce mois aux jeunes recrues de l'académie des Vengeurs.

La petite bande de Avengers Academy, après s'être invitée dans le dernier Spider-Man, a droit cette fois à une revue entière rien que pour elle. Les six épisodes regroupés ici (AA #15 à #20) montrent les apprentis Vengeurs aux prises avec le Serpent et ses Dignes, autrement dit les vilains de l'évènement en cours : Fear Itself.
Dans un premier temps, l'équipe vient au secours des héros classiques, débordés, en tentant d'évacuer des civils en fâcheuse position dans Washington. La capitale américaine doit en effet faire face à des méchas qui fondent sur elle façon blitzkrieg en butant tout ce qui bouge...
Par la suite, Foudre, Voile, Hazmat, Reptil, Finesse et Cuirasse, rentrés au manoir infini des Vengeurs (leur base, située dans une autre dimension), doivent affronter deux Dignes : Titania, devenue Skirn, et l'Homme-Absorbant, devenu Greithoth.
Les criminels, transformés en dieux à la puissance phénoménale, vont en faire salement baver à l'équipe, isolée et prisonnière du manoir.

Le scénario est évidemment signé Christos Gage, les dessins sont de Tom Raney, Sean Chen et Andrea Di Vito. L'on retrouve ici la qualité d'écriture de Gage, qui a fait de ce titre l'un des plus intéressants du moment. C'est bien simple, tout y est : émotion, action, réflexion et un peu d'humour en prime. La richesse de cette série est tout simplement exceptionnelle, surtout en comparaison du côté répétitif et peu ambitieux des on-goings accueillant actuellement des personnages de premier plan.
L'auteur aborde tout d'abord le traumatisme résultant d'un engagement sur le terrain, et il faut bien dire que les académiciens sont tout désignés : l'on oublie trop souvent que, sur les plages de Normandie hier, comme dans le désert irakien aujourd'hui, les combattants étaient et restent pour la plupart terriblement jeunes. Le tourment des professeurs, obligés de les envoyer ainsi à la mort, est parfaitement rendu également.

Les relations entre les membres de l'équipe s'approfondissent aussi peu à peu. Les conséquences de cette saga sont d'ailleurs assez importantes. [Attention, présence de quelques spoilers à partir d'ici]
Une page semble déjà se tourner avec le départ d'élèves mais aussi de professeurs. Et les nombreux développements, à peine ébauchés par Gage, semblent tous prometteurs. Tout d'abord Voile, l'un des personnages les plus profonds, ne serait-ce que par son destin aussi tragique qu'inéluctable, va, seule, se frotter à Briggs Chemical. Un changement de vie qui risque d'être plutôt rock n'roll.
Speedball, de son côté, tire un trait définitif sur sa culpabilité et sa période Penance. Il est rejoint par Justice qui lui propose de faire équipe et d'arpenter un peu les routes d'Amérique. Le duo est sympathique en tout cas et mériterait ne serait-ce qu'une mini-série dédiée. Mais le plus gros changement réside dans le lieu d'entraînement, l'académie prenant ses quartiers dans l'ancien QG des Vengeurs de la côte Ouest ! Cela risque de rappeler pas mal de souvenirs aux plus anciens lecteurs (d'ailleurs, Tigra se charge de rafraîchir la mémoire de Pym d'une manière assez drôle).

Le déménagement permet également d'accueillir de nouveaux élèves, dont, si je ne me trompe pas, Juston et sa Sentinelle, que l'on aperçoit de loin et dont on n'avait plus vraiment de nouvelles depuis la mini-série publiée en France en Marvel Mini Monster (cf cette "vieille" chronique). Il y a d'autres nouveaux venus, mais le fait d'avoir pensé à inclure ce - déjà ancien - personnage secondaire est une excellente idée qui permet de ne pas laisser totalement tomber dans l'oubli des protagonistes attachants qui n'ont pas eu le succès qu'ils méritaient. [fin des spoilers]

Vous l'aurez compris, ce trimestriel vaut le coup, surtout si vous avez suivi les aventures des membres de l'académie depuis le début. Dans le cas contraire, il sera sans doute plus difficile de vous sentir réellement impliqué, et ce malgré le "saga complète" dont Panini affuble presque toutes ses revues (et ce sans même penser à ajouter ne serait-ce qu'une page d'informations sur les persos, ce qui aurait le mérite de rendre ces "sagas complètes" bien plus accessibles pour les fameux nouveaux lecteurs à qui Panini semble toujours s'adresser mais sans rien faire pour faciliter leur très éventuelle entrée dans le marvelverse).

Un excellent titre dont on peut ici suivre, avec délectation, six épisodes d'affilée.
Tout simplement ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle dans ce qui est estampillé "avengers".