02 janvier 2012

Univers Marvel & autres Comics : Septième Saison

Ce premier article de janvier me permet de vous souhaiter à tous une bonne et heureuse année 2012. Puisse-t-elle vous apporter bonheur, santé et prospérité !

Vous remarquerez qu'avec toutes ces conneries de prophéties, de calendrier maya et de fin du monde programmée, on a tout de même un petit stress en mettant les pieds dans cette nouvelle année. D'autant que "fin du monde", c'est vague. Entre la météorite que l'on se prend sur le coin du Groenland, le virus qui nous décime tous en deux semaines ou une troisième guerre mondiale, avec joyeusetés nucléaires, on ne sait pas trop finalement s'il faut simplement racheter les stocks de masques contre la grippe, se construire un abri souterrain ou très vite contacter Cetelem, Financo et Cofinoga pour s'en payer une bonne tranche avant le grand rush final...
Heureusement, l'on peut aussi interpréter les choses et voir en 2012 une possible fin "d'un monde", et non pas du monde. Auquel cas, il convient de ne pas prendre trop de crédits si l'on veut éviter de se retrouver en slibard dans une tente Quechua lorsqu'il s'agira d'aborder 2013.
Ah tiens, vous avez vu ? Dans "2013", il y a 13, du coup, l'on connaît déjà la thématique des programmes télévisés l'année prochaine : "2013, année maudite ?", "le 13 est-il dangereux ou bénéfique ?", "les grands évènements survenus un 13 du mois", "comment, comme Michael Vendetta, parvenir à traverser une route sans se faire écraser avec seulement 13 de QI ?", etc.

Mais revenons à notre fin "d'un" monde (c'est marrant comme une apostrophe et une consonne peuvent vous redonner le moral). En finir avec ce monde-ci, ne serait-ce pas une bonne chose ? Il y a tout de même un paquet de trucs, de trucs fondamentaux, qui ne tournent pas rond dans ce monde, non ? Ne serait-ce que ce principe, fou, de croissance exponentielle dans un monde fini, aux ressources limitées. Bon, on ne va pas être trop sérieux non plus, mais par exemple, un monde sans Pierre Dukan, ce ne serait pas plus sympa ? Vous ne savez pas qui est Pierre Dukan ? C'est un médecin nutritionniste qui gagne sa vie en écrivant des bouquins sur les régimes. Bon, pourquoi pas, jusque là, rien de bien méchant. Mais le bonhomme vient de proposer, aux candidats à la présidentielle, une réforme qui a le mérite d'être presque aussi stupide qu'elle est abjecte : donner des points supplémentaires au baccalauréat aux élèves qui parviennent à conserver un indice de masse corporelle entre 18 et 25, de la seconde à la terminale... 
Oui, heu, celle-là, il fallait tout de même avoir un certain aplomb pour la sortir sans se déchausser les dents.
Déjà, qu'est-ce que ça vient foutre dans un examen sanctionnant un apprentissage de connaissances ?
Et surtout, tout médecin qu'il est, ce type semble ignorer que l'obésité n'est pas un choix, que c'est une souffrance, et que sanctionner un mal-être relève au mieux de l'idiotie, au pire de la malveillance.
Et pourquoi pas aussi rajouter des points pour ceux qui se brossent régulièrement les dents, qui sont bien coiffés ou qui se mouchent avec élégance ?
Incroyable... et on n'est que le 2 janvier hein. Je ne m'attendais pas à être étonné aussi tôt dans l'année.

Bref, la fin du monde, de ce monde, dans lequel certains s'imaginent que l'on pourrait obtenir un diplôme parce que l'on est en bonne santé ou que l'on correspond à un standard physique, pourquoi pas. ;o)

Venons-en un instant au blog et à la nouvelle saison qui commence. Les habitués l'auront remarqué, le rythme de publication s'est un peu ralenti ces derniers temps. Il faut dire que décembre a été un mois très calme au niveau des sorties comics, mais cela vient aussi du fait que, ayant moins de temps à consacrer au blog, je préfère, plutôt que de multiplier les articles courts, continuer à rédiger des posts que j'espère intéressants, quitte à ce qu'ils soient plus rares.
Dans cette optique, c'est naturellement la librairie qui sera privilégiée (je n'abandonne pas totalement le kiosque pour autant, mais la tendance actuelle, de n'aborder que les évènements importants, s'accentuera sans doute).
Il n'est donc pas question d'abandonner ces chroniques, mais de les faire évoluer vers quelque chose de plus sélectif, tout simplement pour maintenir mon idée personnelle de la qualité. Je n'ai pas la prétention de penser que mes articles sont "bons", je veux simplement ne pas en avoir honte. Les relire et me dire "ok, ça passe, ce n'est pas un truc chié en trois minutes, sans aucun but".

L'année qui vient, à titre personnel, sera certainement chargée et cruciale pour nombre de mes projets. Certains le savent peut-être déjà, j'interviens de temps en temps au sein du magazine Geek, j'ai le plaisir de rédiger des articles pour WEBellipses et de faire partie de cette aventure éditoriale numérique, et, plus récemment, j'ai également commencé à travailler, comme correcteur, pour Urban Comics. Un rêve donc, puisque je peux à la fois transposer (dans un autre format et avec d'autres exigences) mes chroniques sur papier, accompagner les premiers pas d'auteurs français talentueux et participer, même dans l'ombre et de manière très modeste, à des oeuvres cultes (corriger du Batman, ça me va très bien, je serais même content de balayer les rues de Gotham).
Toutefois, l'essentiel ne réside pas, pour moi, dans ces activités.
Je ne me suis jamais considéré comme chroniqueur, critique, journaliste ou correcteur (bien que ces métiers m'intéressent au plus haut point) mais comme conteur. J'ai d'ailleurs publié ma première nouvelle, à quelques mois près, au moment où j'ouvrais ce blog, inconnu et visité à l'époque par quelques amis et deux ou trois dizaines de curieux.
J'espère donc que 2012 me permettra de vous présenter non pas seulement des avis sur le travail des autres, mais aussi mes propres travaux, parmi lesquels une BD parodique sur nos amis super-héros (rassurez-vous, ce n'est pas moi qui dessine) et un roman plongeant des adolescents "surhumains" au coeur d'une intrigue mélangeant drame, uchronie, action, humour et petits clins d'oeil au monde des comics.

Je pense que je publierai les premiers chapitres (du roman) et les premières planches (de la BD) sur le blog afin de recueillir vos avis mais aussi pour vous remercier de votre fidélité, de votre soutien et même, pour deux ou trois, d'avoir été tellement, tellement casse-couilles que vous avez réussi à me motiver même dans les pires moments. ;o)

Voilà, 2012 ne sera peut-être pas un Armageddon - et heureusement étant donné que l'on n'est pas tous toujours aussi cool que Bruce Willis quand il s'agit de balancer une bonne réplique avant de clamser - mais ce sera différent.
Je souhaite que cette différence améliore tout ce qui peut l'être dans vos vies.
Et puis, dites-vous bien que tout a une fin. Une douce après-midi de printemps, passée à flirter avec une jolie fille... un roman dont chaque page nous a fait vibrer... l'enfance, aussi magique que terrifiante... un bon repas avec des amis... et pour cela, il convient de céder à la mélancolie, mais la fin est aussi une délivrance. Les tortures, les peines, les manques, les larmes et la douleur, un jour, s'arrêteront. 
Il ne faut pas craindre la fin du monde, le pire serait, je crois, un monde qui jamais ne finit.
Bon, pour le nôtre, on va quand même espérer qu'il tienne encore un temps, c'est qu'on veut les voir, bordel, les vaisseaux, les bagnoles qui volent et la Ferme Célébrités sur Mars !

Bonne année !