23 mars 2012

Spider-Man Universe : Venom

Le tout nouveau Spider-Man Universe #1 contient le début de la nouvelle série consacrée à Venom.

Eugene "Flash" Thompson est un héros de guerre. Pour avoir servi son pays, il a gagné l'estime des siens et... un fauteuil roulant. Car il est maintenant privé de ses jambes. Mais bien que lourdement handicapé, Flash a trouvé le moyen de servir encore la cause en laquelle il croit. Et même de remarcher.
Il a accepté d'intégrer un programme secret visant à utiliser le fameux symbiote de Venom lors d'opérations spéciales. Il va notamment s'attaquer à des trafiquants ayant mis la main sur du vibranium antarctique, un matériau qui, s'il est utilisé pour produire des munitions, peut traverser n'importe quel métal.
Sur sa route, Flash va trouver Jack O'Lantern. Et pour encore compliquer sa tâche, il ne peut porter le costume plus de 48 heures, au risque de voir le symbiote prendre totalement le contrôle. Un risque calculé d'ailleurs, puisque ses supérieurs ont prévu, en cas de dérapage, de détruire Venom. Et tant pis pour son nouvel hôte.

Encore une nouvelle revue Panini qui arrive en kiosque ! Entre les nouveaux mensuels Heroes, la gamme Classic, les Universe, Deadpool et j'en passe, il y a de quoi être étonné par cette profusion. Difficile en tout cas de tout suivre si l'on n'est pas prêt à un sérieux investissement en temps et, bien sûr, en argent.
Le trimestriel qui nous intéresse aujourd'hui - et dont la cover est un hommage à Amazing Spider-Man #300 - vise l'univers du Tisseur et les personnages qui gravitent autour de lui. C'est un Venom (cf le Spider-Man hors série #28 pour découvrir ses origines, ou encore ce tome des Incontournables pour se remémorer certains moments importants de sa "carrière"), nouvelle version, qui ouvre le bal.
Le scénario est de Rick Remender (The End League, Punisher), les dessins sont de Tony Moore et Tom Fowler.

Il est loin le temps où cette brave brute de Flash servait essentiellement à martyriser un encore jeune Peter Parker. Toujours inspiré par Spidey, Flash est devenu un homme, certes courageux mais également plus sage. Le sort cruel qui lui avait été réservé avait marqué les esprits, il a cependant droit ici à une petite revanche avec cette on-going, plutôt réussie, dont il est la vedette.
Faire des personnages secondaires "civils" des super-héros ou vilains n'est pas forcément toujours une excellente idée, mais elle s'avère payante dans ces cinq épisodes, sombres et violents. Flash a grandement gagné en profondeur, d'autant qu'il doit faire face également aux problèmes d'alcoolisme de son père et à une vie sentimentale grandement malmenée par ses activités (ça, on connaît déjà). Niveau "méchant de service", l'on a droit à un Jack O'Lantern assez charismatique et effrayant, ce qui n'était pas gagné étant donné le côté gentiment kitsch du personnage. Et enfin, Kraven et Spider-Man himself servent de guests de luxe.

Une bonne histoire en tout cas, pour peu que l'on s'intéresse un minimum à Flash Thompson. Le prix est également raisonnable et devrait attirer les indécis, d'autant que graphiquement, l'ensemble est de bonne qualité.
Le prochain numéro de SMU sera consacré au grand et délicieusement détestable Norman Osborn mais Venom reviendra dès le numéro #3.

Une bonne entrée en matière pour cette nouvelle publication arachnéenne.