23 mars 2012

Super Patriote : le cas Kirkman

Une nouvelle mini-série, consacrée à Super Patriote et signée Kirkman, vient de débarquer en librairie. La kirkmania peut-elle tout vendre ?

Alors, tentons de prendre les choses dans l'ordre. Super Patriote est un héros issu des publications Image Comics. Il côtoie notamment Savage Dragon et a la particularité d'être blindé de prothèses bio-ioniques (sans la discrétion d'un Steve Austin).
Plutôt maladroit avec les femmes, il fait régulièrement équipe avec ses enfants, dont son fils, un peu nouille et fan de ses exploits.
Ajoutons à cela que Super Patriote se bat évidemment contre des nazis (ah, ces salauds de nazis, ils ne crèveront donc jamais ?) et même contre un Hitler dont le cerveau a été conservé et transféré sur un... gorille, puis un... robot-gorille.
Hum.

Ces quatre épisodes sont scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Cory Walker.
Voyons déjà le positif : le soin apporté à cette édition. Comme souvent, Delcourt ne se contente pas de balancer le truc à la va-vite et permet aux lecteurs d'aborder le récit dans les meilleures conditions grâce à un long (et intéressant) texte expliquant le parcours éditorial du personnage mais aussi avec un topo complet sur les protagonistes principaux. En guise de bonus, un carnet de croquis (12 planches), commentés par les auteurs, a été ajouté.
Le traitement est donc sérieux. Kirkman, lui, l'est beaucoup moins.

On ne le répétera jamais assez, The Walking Dead est une exception dans la carrière de Kirkman. Il a pondu là non seulement "SON" oeuvre, mais une oeuvre qui, d'une manière générale, marquera durablement les comics. Le reste de sa production est tout autre. Pas forcément mauvais (il y a du bon et du moins bon) mais très différent.
Si l'on ne peut reprocher aux éditeurs de coller un petit "par l'auteur de Walking Dead" sur la couverture (c'est de bonne guerre), le choix de publier un Super Patriote demeure franchement risqué, voire incompréhensible.
Penchons-nous un instant sur les écrits de Kirkman. On lui doit Invincible, récit super-héroïque classique mais sympa, Battle Pope, dans un genre franchement déjanté, ou encore le plus sérieux Haunt, une quasi exception chez Kirkman, qui ajoute en général toujours une forme de burlesque, voire de recul prudent, à ses productions super-héroïques. Même chez Marvel, avec Marvel Team-Up ou Marvel Zombies, il semble toujours à la limite de la parodie, comme s'il avait du mal à prendre son sujet au sérieux. Les exemples précédents n'en souffrent pas et, sans être des chefs-d'oeuvre, se lisent avec un certain plaisir. Malheureusement, Kirkman s'égare aussi parfois, avec un Astounding Wolf-Man un peu faiblard et, surtout, un Brit sans intérêt, accumulant les poncifs inhérents au genre.
Super Patriote s'avère être malheureusement dans la même lignée.

Tout comme dans Brit, on a bien droit à quelques vannes, mais le reste s'avère d'une platitude et d'un manque d'inspiration assez étonnants. Et tout comme Brit, Super Patriote a le c... omic entre deux chaises, à mi-chemin entre la dérision assumée d'un Battle Pope et le classicisme inspiré d'un Invincible (qui avait ses moments d'émotion et ses coups de théâtre).
Difficile de trouver le moindre intérêt à ce héros mou qui n'a de super que le nom mais qui constitue, malgré tout, presque une caricature du genre tant il est ridicule et vide, sans pourtant jamais parvenir à être réellement drôle.
C'est donc très mauvais. Tellement mauvais que l'on se demande si Kirkman ne le sait pas lui-même. Et s'il est vraiment fait pour un genre certes incontournable aux Etats-Unis mais qui ne semble guère lui réussir.

Une présentation soignée mais qui n'améliore en rien le contenu.
A éviter, sans hésitation.