10 mai 2012

Spider-Man : Le retour d'Anti-Venom

Un symbiote et de vieilles connaissances sont au menu du Spider-Man #148 de ce mois.

Après le petit flop du mois dernier (cf Spider-Man #147), l'on retrouve un Spidey plus classique, avec Dan Slott et Christos Gage au scénario et des dessins réalisés par Giuseppe Camuncoli et Ryan Stegman.
Plus "classique" ne signifie pas automatiquement meilleur. Comme depuis maintenant un bon moment, la série est un peu en dents de scie au niveau qualitatif, enchaînant, depuis One More Day, reprises frileuses et déceptions supplémentaires (même One Moment In Time n'ayant pas permis de réellement colmater les brèches).
Le premier arc de la revue accorde une large place à deux personnages issus de Brand New Day : Anti-Venom et Mr Negative (cf Spider-Man #114 et Spider-Man hors série #31).

Tous les poncifs habituels sont là : résurrection d'un personnage, rencontre d'un allié avec qui le Tisseur se tabasse sur un malentendu (là, les auteurs ont tout de même la présence d'esprit de s'en amuser un peu), la tante May qui fait sa 8547ème syncope, bref, la routine.
Ce n'est pas mauvais, c'est sans surprise.
D'autant que l'on enchaîne ensuite avec un épisode typique, dans lequel la vie privée de Parker souffre de son activité de justicier (il faut dire qu'il se "wolverinise" depuis un moment). Toujours également une demoiselle à sauver, ou plutôt ne pas sauver, pour se prendre une bonne dose de culpabilité. Là encore, le récit en lui-même n'est pas en cause, et les dessins sont franchement à la hauteur, mais impossible de ne pas se dire qu'il manque un petit quelque chose et que le titre fait un dangereux surplace, alimenté, sans doute encore, par la désastreuse confusion entre fondamentaux et une partie des conséquences de ces derniers. Pour l'anecdote, signalons que Flash, l'actuel Venom (cf Spider-Man Universe #1), fait une apparition, et adopte d'ailleurs une attitude assez étrange en ce qui concerne sa petite amie...

On termine par la suite des mini-épisodes "teaser" concernant le futur Spider Island, ainsi que par un court récit proclamant... l'amour de Peter pour - ô surprise - sa mère de substitution (de substitution ? vraiment ? cf cette chronique).
Passons à Panini maintenant. Pas de souci me semble-t-il avec la traduction. Grasse, dans son édito, nous parle d'un triptyque pour la "famille" Venom, avec ce dernier, Carnage et Anti-Venom. Il semble avoir oublié Toxin (dont il est vrai que l'on n'a plus beaucoup de nouvelles).
Par contre, l'obsession paninienne pour le cinéma n'a pas faiblit puisque, pour suivre l'actualité de Hollywood (dès que Kenneth Branagh pète, ils sortent un spécial Thor), ils nous annoncent bravement une remise à zéro de la numérotation de la revue Spider-Man en juillet (basée sur absolument rien bien entendu au niveau narratif). Toujours le mythe des spectateurs, supposés nouveaux clients, qu'il faut débusquer, quitte à leur mentir (cf cette chronique).
Bah, ils reprendront la numérotation actuelle dans une cinquantaine de numéros, histoire de "fêter" le #200...

En tout cas, pour ce "french relaunch", on nous promet des surprises. Ouh ! Et vous savez ce qu'est la première "surprise" ? Le fait que la "nouvelle" revue s'ouvrira sur... une aventure de Spider-Man. La deuxième surprise, c'est une nouvelle série, Avenging Spider-Man, et la troisième, c'est tout simplement le début de Spider Island. La vache ! Doucement avec les surprises hein, on va finir par se déchausser les prémolaires d'étonnement.
Si ça se trouve, en plus, ils vont changer la couleur de fond du sommaire, ou la police de caractères... putain, les dingos ! De plus, signalons à Grasse, avec tout le respect dû à son rang, que le concept de surprise voudrait, à la base, que l'on n'en annonce rien à l'avance. Sinon... il n'y a plus surprise justement. Bon là, qu'il y ait du Spidey dans la revue Spider-Man, ça va, ça ne gâche pas trop le suspens, mais enfin, attention quand même, on sait jamais. ;o)

Espérons que Spider Island apportera un petit vent frais sur une série qui ronronne trop actuellement pour susciter la passion.