03 mai 2012

Avant-Première DC Renaissance : Catwoman

L'on s'intéresse aujourd'hui au premier album Urban Comics consacré à la jolie féline, Catwoman.

Selina Kyle fonctionne à l'adrénaline. Elle aime le risque, le frisson qui la parcourt lorsque, dans Gotham, elle s'empare de ce qu'elle désire. Car Selina est une voleuse, particulièrement douée et qui s'en prend aussi bien à la haute société qu'à la pègre.
Malheureusement pour la jeune femme, elle va cette fois tomber sur un os, un os appelé Louis Ferryman. Ce dernier ayant été la victime d'une petite visite de la demoiselle, il va lui mener la vie dure et commencer par détruire son appartement. Avant de faire bien pire...
Et pour tout arranger, Selina va également avoir les flics sur le dos. Des flics du genre pourris, qui se goinfrent d'argent sale et préfèrent tirer avant de poser des questions.
Les chats ont beau avoir neuf vies, il arrive un moment où le facteur chance ne suffit plus.

Voici l'une des séries, bénéficiant du relaunch général du DC Universe, qui a pris un excellent démarrage. La qualité de ces premiers épisodes, scénarisés par Judd Winick et dessinés par Guillem March, justifiait largement un bel album librairie.
Les auteurs remplissent en effet un cahier des charges pourtant exigeant : non seulement le titre est accessible, et ce même si l'on ne connaissait pas le personnage, mais il s'avère agréable à lire et graphiquement très réussi. L'accueil a cependant été parfois réservé aux Etats-Unis, certains critiquant le côté supposément trop sexy de Catwoman ainsi qu'une scène quelque peu osée (osée pour un enfant de 12 ans disons) avec Batman.
Pourtant, cette scène est à la fois sensée et parfaitement maîtrisée. Si March parvient à exprimer parfaitement le côté bestial de Selina (et de Bruce d'ailleurs), il ne tombe jamais dans la vulgarité. Et surtout, comment s'étonner que des "marginaux" (c'est le moins que l'on puisse dire !), qui se déguisent et prennent leur pied en sautant d'immeuble en immeuble, puissent avoir des pulsions quasi animales et une sexualité... intense ?

Attention, Selina est loin de n'être employée que comme une fille sexy aux formes avantageuses. Winick parvient, dès les premières pages, à la rendre attachante. Surtout, par la suite, il ne va nullement l'épargner, que ce soit au niveau physique (elle se prend tout de même de sacrées raclées !) ou psychologique (ses erreurs ayant de lourdes conséquences).
Tour à tour désemparée, pleine de ressources, fragile ou incroyablement séduisante, elle apparaît comme une héroïne moderne et très humaine.
Bien entendu, il n'y a pas ici de réflexion alambiquée ou de thématique cachée. Juste une très bonne histoire, intéressante, parfaitement dosée entre action et psychologie, et visuellement léchée. Ce qui est tout de même un résultat on ne peut plus méritant, n'en déplaise aux râleurs qui ne supportent pas que l'on ose des choses - pourtant bien innocentes et totalement justifiées - avec leur personnage favori.

Un excellent comic, travaillé et divertissant. 
Idéal pour un premier (bon) contact avec Catwoman.
Miaw !
Sortie : 8 juin 2012.